3

Les chuchotis du lundi : Lucas Felzine le retour, la tornade Takavuli, Ducasse et les glaces, Piège et l’horizon nouveau, Benoît Carcenat à Rougemont, Justin Schmitt à Monaco, Paul Cabayé à Luxembourg, Michel Audiard sculpte Catherine Barrier, Top Chef 12 : Sarah ou Mohammed ? Mauro et Jean-Georges au Maybourne Riviera

Article du 7 juin 2021

Lucas Felzine le retour

Lucas Felzine © DR

Il fut l’apôtre de la cuisine nikkei – entre la rencontre des sushis et des ceviches, du Pérou et du Japon – à deux pas des Tuileries, à l’enseigne de Uma. Lucas Felzine, formé chez William Ledeuil (the Kitchen Galerie), Alain Passard à l’Arpège mais aussi à l’Abeille au Shangri-La, époque Philippe Labbé. On avait quelque peu perdu sa trace. Voilà Lucas le créatif à la tête d’Abstinence, la toute neuve table lancée, par Guillaume Bernard de Fitzgerald dans le 7e, au 47 avenue de la Motte Picquet, à Paris 15e. Ouverte 7 jours sur 7, de 11h30 à 21h. Cadre néo-art déco, ligne géométriques, comptoir de dégustation et tapas à gogo plus plats stylisés sur lesquels la bombe Felzine doit faire son effet : on ne s’ennuiera pas chez Abstinence.

La tornade Takavuli

Hillel Takavuli et son équipe © GP

Ce fut jadis Raphaël, puis Hola Brasserie, au rez de chaussée, face à la mer, avec entrée sur Hayarkon, de la tour King David contigue du vénérable Dan Hotel à Tel Aviv. Ici, c’est gourmandise avec musique, avec coin bar, salles privées, grande salle à manger ouverte sur la plage. On y connut Raphy Cohen, puis Victor Gloger. C’est désormais Hillel Tavakuli, qui travailla cinq ans au Pastel, après le Gavroche des Roux à  Londres, qui se  souvient de ses origines libyennes et iraniennes dans une cuisine fine et rythmée avec des airs latinos et des épices en tourbillon voyageur. La cuisine ici est une aventure, une prise de risque, un périple funambule sur un fil qui ne rompt pas. A Tel-Aviv, ces temps-ci, Animar est « la » table qu’il faut découvrir!

Alain Ducasse et les glaces

Alain Ducasse et les glaces ©  DR

Il nous aura tout fait : les trois étoiles, les bistrots, les trattorias, les tables fusion, le chocolat et le café. Voilà désormais Ducasse glacier. Il ouvre sa première boutique à la fin du mois, rue de la Roquette, à côté de sa Manufacture de chocolat. « Mais, précise-t-il, c’est un retour aux sources. Il y a 45 ans, j’étais commis chez Lenôtre et préposé aux glaces. J’aime les glaces italiennes turbinées ». Il a fait le tour des glaciers de Bologne, capitale de la glace en Italie, en dénombrant 220, assurant qu’il allait faire autre chose, avec Matteo, un glacier bolognais rencontré lors de son périple là bas. Par exemple une glace au pain rassis, une autre au café fort, avec du café d’Ethiopie, ou encore au Bloody Mary (avec tomate et vodka), sans omettre un sorbet pamplemousse/vermouth. On ne s’ennuie jamais avec Alain Ducasse !

Jean-François Piège et l’horizon nouveau

Jean-François Piège © DR

Il rouvre ses diverses tables : son « Grand Restaurant » appelé à un bel avenir, le populaire Epi d’Or, la bourgeoise Poule au Pot, le carnassier Clover Grill, le « healthy » Clover Green, sans omettre le provençal Clover Gordes à la Bastide éponyme, et prépare l’ouverture de sa Table de la Marine dans le magnifique immeuble de l’hôtel de la Marine rénové, place de la Concorde. Mais Jean-François Piège, qui ne fait jamais les choses à moitié et a publié avec succès l’hiver dernier un monumental « Grand Livre de la Cuisine Française », était l’invité jeudi dernier d’Augustin Trapenard, à Boomerang, sur France Inter,  qui l’avait choisi pour fêter la réouverture des restaurants après une longue attente. Brillant, fin, posé, Jean-François Piège avait réponse à tout, esquivant les questions pièges, notamment sur ses rapports avec Alain Ducasse. L’optimisme était de mise. Les bonnes formules abondaient : « le restaurant est un formidable ascenseur social« ; « à table tous les clients sont égaux« . Pour tout savoir, cliquez .

Benoît Carcenat à Rougemont

Benoit Carcenat © DR

Benoît Carcenat? Une grosse pointure qui reprend en main le Valrose près de la gare de Rougemont, cette jolie bourgade suisse du pays d’en haut, limitrophe de l’Oberland Bernois et proche de Gstaad. Ce natif de Périgueux, MOF 2015, a été sous chef à l’hôtel de ville de Crissier, une décennie durant. Puis chef exécutif de l’école hôtelière de Glion. Signalons que le petit village de Rougemont devient ces temps-ci très gourmand, car Edgard Bovier, ancien du Lausanne Palace, qui réside ici même, y a repris le Roc, la table de l’hôtel de Rougemont. Un beau duo gourmand!

Justin Schmitt à Monaco

Justin Schmitt © GP

Il ne sera pas resté très longtemps au Laurent sur les Champs Elysées, Justin Schmitt, que remplace son second Piotr Glodkowski, quitte Paris après vingt ans de présence, dont neuf au Crillon, aux Ambassadeurs, puis à la Brasserie d’Aumont, au Bristol, à la Grande Cascade et au Véfour. Il rejoint Monaco, dont son épouse est originaire, avec le projet d’y ouvrir un restaurant indépendant (de la SBM, qui truste une part du marché sur place). Et y développer un potager dans la Ligurie limitrophe.

Paul Cabayé à Luxembourg

Paul Cabayé ©  DR

On vous a parlé des Jardins d’Anaïs, belle table champêtre, au coeur de la capitale du Grand Duché du Luxembourg, face à l’église de Clausen et à la maison du « père de l’Europe » Robert Schumann. Cette demeure, à la fois hôtel de charme et table étoilée, vient d’embaucher une recrue de choc en la personne de Paul Cabayé, natif de Reims, formé au château de Courcelles dans l’Aisne, passé dans de grandes maisons, comme la maison des bois de Marc Veyrat, la Marine d’Alexandre Couillon, l’Oxalys de Jean Sulpice, plus, au Luxembourg, la Pomme Cannelle à l’hôtel Royal et la Cristallerie place d’Armes, avant  l’Hôtel de Ville à Crissier, côté Romandie. Il vient d’ailleurs d’obtenir en Suisse le titre de « cuisinier d’or », équivalent du Bocuse d’or en Helvétie. Une futur star en vue.

Michel Audiard sculpte Catherine Barrier

Michel Audiard et Catherine Barrier © Yers Keller

Il est l’homonyme du dialoguiste mythique des « Tontons Flingueurs », mais surtout un sculpteur au renom international, là enraciné à Rochecorbon près de Vouvray à fleur de Loire, où il a créé sa fonderie de bronze à la cire perdue, travaillant autant les matériaux magiques pour des stylos qui ont conquis les chefs d’Etat (ivoire de mammouth, bois pétrifié, météorite) que l’acier rouillé, jouant aussi sur la couleur entre bijoux minuscules et monumentaux animaux musiciens. Elle est la fille du grand Charles Barrier, le mythique trois étoiles de Tours, avenue de la Tranchée, le seul de l’histoire du Val de Loire, mais aussi la filleule de coeur de Joël Robuchon. Elle a créé son agence de communication il y a pile cinq ans. Et il était logique qu’ils se rencontrent. Pour fêter les cinq ans de l’agence Catherine Barrier, Michel Audiard a créé des broches de bronze à l’effigie du Phénix, emblème de l’agence et symbole de force et de résilience, exprimant des valeurs fortes comme l’exigence, le partage, le respect, la solidarité, la rigueur ou encore l’humilité. Des valeurs qui auraient parlé au coeur du grand Charles Barrier.

Le phénix de Michel Audiard pour Catherine Barrier © DR

Top Chef 12 : Sarah ou Mohammed ?

Sarah Mainguy © DR

Ils ont des prénoms au nom bibliques. L’un deux gagnera la saison 12 de Top Chef qui s’arrête lundi, avec un repas de prestige orchestré chacun avec leur brigade constituée de leurs ex concurrents dans le cadre du George V. Un parterre de 70 bénévoles de la Croix Rouge goûteront les plats en parallèle aux quatre grands chefs coachs. Mohamed Cheikh, le franco-algérien de la banlieue parisienne, qui a l’expérience des palaces, un goût prononcé pour la grande cuisine française revue à la sauce méditerranéenne, semble le plus solide. Mais Sarah Menguy, nantaise au parcours libertaire, coachée par Paul Pairet (c’est Hélène Darroze, victorieuse l’an passée, qui a la charge d’entraîner Mohamed), a pour elle l’enthousiasme, le culot et la gniaque. Topinambours et homard pour le premier, saint-jacques terre/mer, agneau et langoustines pour la seconde, plus des desserts gourmands pour les deux, de la pomme et du crumble pour l’un, des fruits mêlés aux algues pour l’autre : un duel gourmand dont l’issue demeure incertaine.

Mohamed Cheikh © DR

Mauro Colagreco et Jean-Georges Vongerichten au Maybourne Riviera

Vue du Maybourne Riviera le 29 mai 2021 © AA

Propriétaire de trois prestigieuses adresses londoniennes, le Claridge’s et le Connaught à Mayfair, le Berkeley dans Knightsbridge, le Maybourne Hôtel Group,  s’apprête à ouvrir le Maybourne Riviera en lieu et place de l’ancien Vista Palace de Roquebrune-Cap-Martin. Les architectes et décorateurs s’en sont donné à cœur joie pour réhabiliter ce bâtiment emblématique de la Côte d’Azur très contemporain à la situation vertigineuse, en ligne de mire sur Monaco. L’ouverture est prévue début septembre avec à sa tête Pierre-Alexandre Francin, l’ex-DG de la Villa Lacoste, passé au Meurice, à la Villa Gallici, au Couvent des Minimes, à la Réserve Paris et au Royal Monceau. Mauro Colagreco, chef mentonnais triplement étoilé, signera la carte du restaurant gastronomique tournée vers le produit local terre/mer. Quant à Jean-Georges Vongerichten, le roi de la cuisine fusion, qui règne sur 39 restaurants à travers la planète depuis son bastion new-yorkais, il devrait superviser une table asiatique ou japonaise qui ouvrirait un peu plus tard.

A propos de cet article

Publié le 7 juin 2021 par

Les chuchotis du lundi : Lucas Felzine le retour, la tornade Takavuli, Ducasse et les glaces, Piège et l’horizon nouveau, Benoît Carcenat à Rougemont, Justin Schmitt à Monaco, Paul Cabayé à Luxembourg, Michel Audiard sculpte Catherine Barrier, Top Chef 12 : Sarah ou Mohammed ? Mauro et Jean-Georges au Maybourne Riviera” : 3 avis

  • Oui, tout à fait!

  • Thierry Beckendorf

    Bonjour,ce nouveau chef remplace l ancien pour la Table d Anais a Clausen au Luxembourg, merci…

  • J attends toujours avec impatience la chronique des chuchotis du lundis concernant les restaurateurs d établissements de luxe et comme à chaque fois, je pars en voyage
    De petits moments de rêve
    Merci à vous et à bientôt dans de nouveaux horizons
    Janny Joly

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !