1

La Casserole

« La Casserole ou Strasbourg côté Sud »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 2 septembre 2010

Nems de crevettes au guacamole © GP

Pour me persuader que Strasbourg bouge, évolue, sans se complaire dans l’orbite winstub (même si j’aime ça!), je suis allé redécouvrir la Casserole. Eric et Marylin Girardin, qui sont les étoilés discrets du cœur de la capitale alsacienne, sont restés drôles, sympas, souriants, modestes, comme ils le furent, au temps où je les découvris.

Eric, qui fut le sommelier expert du Bateau Ivre de Courchevel s’est converti en cuisinier de talent. Ce natif de Ste Marie aux Mines, dont les parents tenaient une ferme auberge, joue la cuisine maraîchère, bio et dans le vent avec brio. Un repas de saison, chez lui, est comme une bouffée de fraîcheur, le sourire de la vive Marylin en plus.

Langoustines aux cosses de petits pois © GP

On se régale d’entrée avec les nems de crevettes du Mozambique flanquées d’un carpaccio de radis noir et d’un guacamole, de vives langoustines aux cosses de petits pois et  radis émincé, d’une maligne déclinaison de tomates (en gelée, bouillon froid et pomme d’amour), puis d’un rouget poêlé avec ses spaghettis de courgette en vinaigrette. Il y a encore le demi-pigeonneau cuit au four, en filet juteux, avec sa purée de petits pois frais relevés de wasabi pour le goût et la couleur (c’est encore plus vert !) : voilà des mets précis qui donnent le sentiment que Strasbourg est une ville   méditerranéenne.

Déclinaison de tomates © GP

J’allais oublier le morceau de bravoure du moment, comme un hommage à la tradition d’Alsace : des escargots poêlés qu’accompagnent une purée de pomme Charlotte et un jus vert de persil plat. Bref, une recette ancienne allégée qui vous remet en mémoire des souvenirs d’enfance. Et le signe que les racines régionales ont toujours leur mot à dire, malgré la mode.

Les vins sont superbes et de partout (pouilly fuissé Saumaize-Michelin vif, fruité, avec un nez de vanille, de cire d’abeille et de miel ou Esprit de Font Caude de Montpeyroux de Chabanon,  merveille languedocienne, issue de grenache et syrah, propre à défier un dégustateur émérite à l’aveugle avec son nez optimum), le service enlevé, le cadre sobre, confortable, lumineux. On ajoute les desserts digestes tels les abricots poêlés avec leur crème légère d’amande et leur glace à la lavande, ou les fruits servis façon  minestrone avec sorbet et gelée à la verveine.

Bref, réservez, car la maison est petite, avec ses recoins, ses banquettes, ses quelques tables rondes, et la place comptée…

La Casserole

24, rue des Juifs
67000 Strasbourg
Tél. 03 88 36 49 68
Menus : 39 (déj.), 60, 80 €

A propos de cet article

Publié le 2 septembre 2010 par

La Casserole” : 1 avis

  • foltzer

    deception restaurant pas a la hauteur de son etoile.Reservation oublier ensuite on nous sert du champagne sans bulles en nous faisant croire que c etait du champagne sans bulles on a oublier de nous dire que la bouteille etait ouverte depuis 2 jours…..on ne s occupe pas de nous c une stagiaire qui court de partout et a chaque questions fille en cuisine pour nous apporter la reponse.le menu a 70 euros tres simple sans recherche avec des produit pas chers du tout en final le plat principal etait froid surement une panne d electricite pas moyen de le chauuffer .Aucune excuse de la part de la patronne a propos du champagne …juste des sourires moqueurs…….addition salee

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Casserole