4

Mollard

« Bons baisers de chez Mollard (Paris 8e) »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 25 mars 2011

Mollard, ambiance © GP

Je vous écris de Cherbourg, la Hague, le bout du monde. Vous saurez tout demain. Ou presque. Un mot avant sur ma table d’avant le départ: un monument de bord de gare ferroviaire, millésimé 1895. C’est Mollard, face à St Lazare. Il y a là  un ex-bougnat de 1867 revu en brasserie scintillante par les Mollard qui profitent de l’expansion du quartier pour faire réaliser un chef d’oeuvre Art Nouveau. Leur architecte bâtisseur se nomme Edouard Niermans. Ce dernier fait appel à des mosaïstes italiens. Les faïenceries de Sarreguemines créent, pour lui et pour eux, des motifs originaux, représentant des personnages allégoriques ou des scènes de genre.

Belons © GP

Un siècle et quelques après, le lieu est là, intact. Ou presque, si on oublie l’entrée patibulaire qui attend sa rénovation. On vient pour les mosaïques, certes, les plafonds chantournés à la feuille d’or, le service comme autrefois, la carte riche, abondante, alléchante. La cuisine est sérieuse, classique, sans faiblesse. On goûte là les huîtres plates de la baie du Mont St Michel, dites Belons aux Hermelles (26, rue des Rivières, 35960 Le Vivier-sur-Mer. Tél. 02 99 48 87 28), fraîches comme l’onde, vives, iodées, noisetées, le tartare de homard et de daurade (un brin froid, un poil réfrigéré), auxquelles un rien de condiment et une température normale ajouteraient un supplément d’âme ou encore la soupe à l’oignon ou les escargots de Bourgogne.

Daurade au jus de basilic © GP

Le service est charmant, empressé, souriant. Il rattrape tout. Il y a la bouillabaisse de poissons de roche en filets, la daurade royale poêlée sur la peau, son jus au basilic, la classique et exquise entrecote grillée sauce béarnaise avec ses frites fraîches et croustillantes, la belle côte de boeuf ou  encore le jarret de porc qui fait merveille dans l’assiette du voisin d’à côté.

Entrecôte frites © GP

On y ajoute une carte de vins éclectique d’où l’on tire un fruité chinon du domaine de la Colline de chez Philippe Richard qui se boit à la régalade. Et puis ces desserts de tradition (omelette norvégienne, dite « surprise », joliment flambée devant vous, ou profiteroles au chocolat) qui vous font voir la vie en rose. Après cela, on est fin prêt pour rallier Cherbourg. De là, le Cotentin est la porte à côté…

Profiteroles © GP

… On n’oublie pas le dernier  clin d’oeil à l’omelette norvégienne dite joliment omelette surprise, avec glace, crème et fruits…

Omelette surprise © GP

… ni l’ultime regard aux belles céramiques comme avant qui attirent l’oeil, épousent le regard, prêtent à rêver…

Céramique (détail) © GP

Mollard

115, rue Saint-Lazare
Paris 8e
Tél. 01 43 87 50 22
Menus : 30,25, 54,50 €
Carte : 55 €
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Saint-Lazare
Site: www.mollard.fr

A propos de cet article

Publié le 25 mars 2011 par

Mollard” : 4 avis

  • JL

    Le lieu splendide et oui pour la cuisine.
    Mais alors…
    Non pour l’accueil, vous attendez même en ayant réservé et que vos invités sont arrivés… Vous finissez par y aller seul, en les repérant.
    Non pour la commande, on attend encore… et après c’est TGV, on n’a même pris soin de délivrer les cartes en fonction du nombre de convives. Ne demandez d’explications, faut y aller..
    Non pour les plats qui arrivent FROIDS, forcément vu les grandes tables.
    Non pour le bruit, le restaurant reçoit des grandes tablées de congressistes français et étrangers, tant mieux pour le commerce, pour le resto, mais si vous aviez pris le menu à 130, c’est rageant de manger dans une ambiance digne de la foire de Versailles.

  • Laurence

    Ce restaurant est splendide, le personnel accueillant et souriant, le service est parfois un peu rapide.
    Côté assiette, c’est agréable, mais il ne faut pas y venir pour faire un repas « pantragruelique ». Les portions sont adaptées à un repas complet (entrée, plat, fromage ou dessert) donc autant en profiter.
    Leur soupe à l’oignon est excellente j’ai juste regretté qu’une fois elle ne soit pas tout à fait assez chaude, mais j’ai demandé à ce qu’elle soit un peu plus chaude et cela a été fait sans l’ombre d’un problème.

    La formule Autour du Homard est prodigieuse il faut juste savoir décortiquer le homard pour ne rien perdre de ce mets si fabuleux.

    C’est un restaurant dans lequel mon mari nous réserve régulièrement une table et à chaque fois nous sommes ravis.

  • Claude Kuch

    Mes commentaires:,
    – le cadre est toujours remarquable et trés bien préservé,
    – Le service – vers 13h 30- ce jour là? 11 nov 11- était lent.
    Il semble que il y ait autant de chefs de rang que de serveurs
    – Les petits pains sont particuliérement insipides
    – Le nombre de frites servies avec le filet au poivre permet de conserver la ligne mais je ne viens pas pour cela
    – la sauce des rognons gagnera à être salée et plus consistante
    – la glace au chocolat, à part le nom, n’avait rien de chocolat.

  • Sweetums

    Que c’est beau !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Mollard