1

Les chuchotis du lundi : Patou le magnifique, Nice change sa Réserve, Chatomat c’est fini, le dernier bon coup de Lanher, Rotonde star modeste, Veyrat vers la 3e étoile, Léard n’ira pas aux Belles Rives

Article du 1 mai 2017

Patou le magnifique

Benjamin Patou © GP

Il vient de lancer Rural By Veyrat, Porte Maillot, ouvert tous les jours, recevant sans réservation à toute heure, proposant des mets aux couleurs de la Savoie, à prix sages (24 € avec 2 propositions, 29,50 € avec trois), le tout sous la houlette de Marc Veyrat et de son équipe de la Maison des Bois à Manigod, réquisitionnés pour l’ouverture. Benjamin Patou venait tout juste de mettre Noto sur orbite, au premier étage de la salle Pleyel, et s’est affiché l’an passé avec Manko avenue Montaigne, au sous-sol du Théâtre des Champs-Elysées, mais aussi Mamo Paris, près de l’Etoile. Bref, après Victoria 1836, l’Arc, le Bus Palladium, Kaspia traiteur et quelques autres, Benjamin étoffe son empire, le Moma Group. Ce petit roi de la nuit, âgé de 38 ans, prince de l’événementiel, qui organise notamment le Festival de Ramatuelle, sait s’entourer: Marc Veyrat aujourd’hui, après Gaston Acurio, Garou, Anne Gravoin, la violoniste épouse de Manuel Valls, ou encore la metteuse en scène Manon Savary, sans oublier Jean Dujardin et Claude Lelouch, qui lui a confié un rôle dans un de ses derniers films. Il aime donner du sens culturel et humain à ses entreprises. Avec « Rural », il entend prouver manger bon, grand, authentique et généreux, sans faire payer le prix fort.

Nice change sa Réserve

Sébastien Mahuet passe le relais à Jérôme Cotta © AA

La Réserve de Nice était la belle table gourmande, savoureuse, maritime de Jouni Tormanen et de Giuseppe Serena. C’était, depuis 2009, celle où s’exerçait aux fourneaux Sébastien Mahuet, angevin, passé sur la côté notamment chez Jacques Chibois, pratiquant une cuisine fine, légère, maritime et provençale. Celui-ci s’apprête à reprendre la direction des cuisines municipales, avec pour challenge celui d’améliorer les plats servis dans les cantines scolaires (2500 repas/jour). C’est son second Jérôme Cotta, 38 ans, qui prend la relève cette semaine. Passé au Négresco avec Dominique Le Stanc, Christophe Leroy à Saint-Tropez, Bruno Sohn puis Philippe Thomas au Palais de la Méditerranée de Nice, présent à la Réserve depuis onze ans déjà, il reprend ici l’esprit maison y insufflant de neuves légères. Pour tout savoir, cliquer ici.

Chatomat c’est fini

Chatomat, c’était l’aventure gourmande d’Alice di Cagno et Victor Gaillard, rue Victor Letalle dans le 20e, aux abords de Ménilmontant, fêtée par la critique. Ces deux anciens de Passard, de le Squer, du Gavroche à Londres, ont fermé boutique … le temps de faire un bébé. La maison a été revendue discrètement à Isabelle Bouillon. Cette diplômée d’architecture, formée par son père Jacques, au Verre et l’Assiette, rue de Bassano en cuisine, a créé là  « le Mijo T », un lieu, qui comme indique enseigne, joue le met mijoté et la retrouvaille du plat à l’ancienne (style bourguignon, blanquette, sauté veau Marengo), comme le produit bio et de saison. A suivre…

Le dernier bon coup de David Lanher

David Lanher © DR

Il y a en qui se passionnent pour les petites voitures, les montres, les porte-clés. Lui? Ce sont les bistrots à l’ancienne rajeunis. David Lanher, qui doit être à sa neuvième enseigne (Racines 1 et 2, sans oublier celui de New-York, No Glu, le Bon Saint Pourçain, le Caffè Stern, avec les frères Alajmo, Panache, la Crèmerie, c’est lui!), ouvre cette semaine une neuve adresse: 1, rue Gribeauval, dans le 7e. A la place d’un banal bistrot de quartier, proche tout de même des éditions Gallimard, il a imaginé un lieu tendance, au classique chic et intemporel, avec, aux fourneaux, l’expérimenté Alexandre Navarro, passé notamment au Violon d’Ingres de Christian Constant, au Pré Catelan, avec Frédéric Anton et au Plaza Athénée, chez Alain Ducasse. Bref, on sent déjà que ça va cartonner… Ah, on l’oubliait: cela s’appelle Racine des Près. Et voilà le téléphone, pour bien faire: 01 45 48 14 16.

Un coin de table © DR

La Rotonde star modeste

Gérard et Serge Tafanel © GP

Emmanuel Macron y a fêté sa présence en tête au premier tour de l’élection présidentielle. Certains – à tort – y ont vu la réédition du « coup du Fouquets » signé Sarkozy lors de son élection de 2007. Grave erreur: le Rotonde est un lieu plus modeste, sinon carrément populaire, que son confrère bling bling des Champs-Elysées. Sous la houlette d’une famille auvergnate – les Tafanel -, cette brasserie montparnassienne propose tout un registre de plats classiques avec d’évidentes inclinaisons carnassières en direct du Cantal. Pas de coup d’éclat, pour ce lieu sage, jadis décoré en rouge par Slavik, qui propose des formules à moins de 40 € et qui bénéficia un temps d’un bib rouge chez Michelin.

Veyrat en piste pour la 3e étoile

Marc Veyrat à la Maison des Bois © GP

« A la Maison des Bois (#2étoiles à Manigod, 74), Marc Veyrat laisse libre cours à son style inimitable… et fait voyager nos papilles !« : c’est le message lancé le 20 avril sur le compte twitter des inspecteurs Michelin. Pour la petite histoire, les dits inspecteurs, apparemment emballés par leur repas, étaient venus un jour de fermeture. Mais la Maison des Bois qui n’avait ouvert ce jour là que pour une table d’habitués/amis du maître de céans avait entrouvert ses portes ce jour là aux visiteurs de hasard. La troisième étoile reviendra-t-elle en février prochain?

Léard n’ira pas aux Belles Rives

Alexandre Léard © AA

Marianne Estène-Chauvin, propriétaire du mythique Belles Rives de Juan-les-Pins (et du voisin Juana), pensait avoir trouvé l’oiseau rare pour succéder à Yoric Tièche, parti pour un nouveau challenge – le Grand Hôtel du Cap de St Jean Cap Ferrat. Alexandre Léard devait devenir son nouveau chef. Cet ancien d’Éric Fréchon au Bristol, du Spondi, le deux étoiles à Athènes, conseillé par le même Fréchon, qui a fait l’ouverture du  Shangri-La Paris puis seconde avec succès les cuisines du Ritz et la Table de l’Espadon de Nicolas Sale, devait prendre ce poste convoité. Il vient de refuser « pour raisons personnelles« …

Les chuchotis du lundi : Patou le magnifique, Nice change sa Réserve, Chatomat c’est fini, le dernier bon coup de Lanher, Rotonde star modeste, Veyrat vers la 3e étoile, Léard n’ira pas aux Belles Rives” : 1 avis

  • Lavauzelle

    Ah ! Quel regret de voir Chatomat fermer… Tenez-nous au courant des prochaines aventures de ce duo indispensable !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !