2

La Table d Eugène

« Paris 18e: Didier à la Table d’Eugène »

Article du 19 octobre 2014

Notre avocat gourmand Didier Chambeau, qui est à la fois montmartrois et gourmet fureteur, a revisité la Table d’Eugène, l’une des tables stars de son quartier…

Geoffroy et François © DC

Geoffroy et François © DC

Reste-t-il seulement un mystère dans cette rue Eugène Sue quand on connaît la Rallonge puis la Table d’Eugène ? Ouvert en 2008, nouvelle donne puisque Geoffroy Maillard, ancien de Briffard, puis de Fréchon, accompagné de son second, François Vaudeschamps, passé par les Elysées du Vernet puis Taillevent, nous présentent en duo une carte blanche en 4, 7 et 10 plats, accord mets-vins si le cœur (et le portefeuille) vous en disent, agrémentés de « petites surprises », plutôt excellentes. Une déco intemporelle, des rideaux en fil d’or derrière porte et fenêtres isolent la salle des regards indiscrets.

tuile basilic et anchoïade fumée © DC

tuile basilic et anchoïade fumée © DC

Un cadre élégant, des banquettes couleur prune, des tables et fauteuils en bois clair dessinés par le chef, un plafond blanc avec pâtisseries rappelant le décor de cette ancienne boulangerie, entourages rehaussés à la feuille d’or, boiseries en chêne blond à mi-mur, petit parquet de Versailles, belles toiles sobres de forêt de bouleaux et de fleurs stylisées de l’artiste Claire Basler sur les murs gris clairs. Catherine et Mélanie assurent un service souriant et distingué, avec une compétence toute particulière.

Ail noir, chou fleur et calamar © DC

Ail noir, chou fleur et calamar © DC

On se laissera guider vers une carte blanche en sept temps, et en avant la musique ! En amuse-bouche, tuiles basilic avec anchoïade fumée, petit accra de pomme de terre, piquillos-kiwi-feuille de basilic et œufs de harengs. Voilà de quoi patienter. La mousse de girolles, croûtons et émulsion de lard est onctueuse. Foie gras au madère, pâte de coing, navet kabu, poivre de timut, ce poivre rare de Katmandou, on se laisse doucement bercer par un tempo qui prend de l’ampleur. Le carpaccio d’aigle bar, sorbet aux herbes et pickles de carottes violettes a plus que de l’allure. On n’est pas seulement dans le visuel, les alliances sont heureuses.

Maigre poêlé © DC

Maigre poêlé © DC

Plat « signature » avec une très belle composition : ail noir, mousseline de chou-fleur, calamar, et tuile à l’encre de seiche. C’est précis, intelligent, bien vu. Délicieux maigre poêlé, mousseline de cerfeuil, mijotée de trompettes, vinaigre de figue et chips de salsifis. La noisette de veau est fondante, mousseline de fenouil, carotte crayon, langue de coques et fenouil sauvage. C’est surprenant, complexe, mais équilibré. Les épices venues d’ailleurs sont choisies avec élégance, de la sobriété dans l’exotisme. Rafraichissant pré-dessert avec cette compotée de main de Bouddha, agrume aromatique, accompagnée d’un sorbet à la pomme mélisse et d’un bâtonnet de citron meringué.

Noisette de veau © DC

Noisette de veau © DC

Le mascarpone café amande, glace café, mousse café et petite tuile au chocolat est une pure gourmandise. Tout comme cet onctueux chocolat blanc, framboise avec gelée de gewurztraminer, meringue, sorbet de géranium, feuille de capucine, on joue dans le parfum, les arômes, une alliance de goûts et de couleurs. On finira par la sphère chocolat, coque tonka, moment éphémère avant la coulée instantanée de chocolat chaud. Un incontestable talent, un travail ciselé, voilà de la belle ouvrage.

Onctueux chocolat blanc, framboise © DC

Onctueux chocolat blanc, framboise © DC

La cave est belle, des accords mets vins desquels on retiendra, entre autres, un beau Chablis domaine « Patte de loup » 2012 de chez Thomas Pico et un superbe Crozes Hermitage « Clos des Grives » 2011 domaine Combier. Vous l’aurez deviné, on ne vient pas jusque là par hasard puisqu’ici on cultive l’art de recevoir et plus que tout, le souhait de laisser un souvenir, celui d’un très joli moment et d’une belle découverte.

Mascarpone café amande © DC

Mascarpone café amande © DC

La Table d Eugène

18 rue Eugène Sue
Paris 18e
Tél. 01 42 55 61 64
Menus : 28 € (déj.), 35 €, 45 € 55 €, 65 € (4 temps), 89 € (7 temps), 99 € (10 temps), 95 €, 134 €, 160 € (Accord mets-vins)
Horaires : Jusqu'à 21h30
Fermeture hebdo. : Lundi, dimanche
Fermeture annuelle : Août
Métro(s) proche(s) : Jules Joffrin, Marcadet - Poissonniers
Site: latabledeugene.com

A propos de cet article

Publié le 19 octobre 2014 par

La Table d Eugène” : 2 avis

  • Zawadzki

    Accueil pour le moins lamentable ! N’y allez pas avec des enfants, ils ne sont clairement pas les bienvenus dans cet établissement « gastronomique ». Dixit le préposé aux réservations qui vous appelle sans vergogne 2h avant un déjeuner réservé plusieurs semaines avant, pour vous inciter fortement à annuler car vous venez avec un enfant !!! Présence de l’enfant ayant été précisée lors de la réservation. Mais visiblement dans un établissement gastronomique, l’ambiance et le pédantisme prévaut sur le savoir vivre. Si vous souhaitez assaisonner le gastronomique de condescendence et de mépris, l’adresse est bien choisie !

  • Nicola van Heemsbergen

    Une très belle découverte!

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Table d Eugène