4

La Gauloise

« Paris 15e: pas de miracle à la Gauloise »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 9 décembre 2013
Ambiance © GP

Ambiance © GP

J’y ai cru. Lorsque mon révéré collègue Maurice Beaudoin a publié un article dithyrambique dans le Fig Mag’, en signalant l’arrivée d’un nouveau chef venu de l’empire Ducasse, Pierre Sahut, je me suis empressé d’y réserver, emmenant avec moi mon vieux pote Henry Marionnet, l’artiste du gamay de Soings en Sologne. De fait, le gars Maurice est sans doute le plus suivi des chroniqueurs parisiens, le plus à même de remplir une salle comme les théâtres au temps où Jean-Jacques Gauthier assurait la chronique théâtrale du Figaro. De fait, la maison était pleine comme un oeuf et un jeune service gentil tout plein nous avait trouvé une place presque tranquille entre banquette de velours rouge et table de bois.

Coquillages gratinés © GP

Coquillages gratinés © GP

Endives, roquefort et noix © GP

Endives, roquefort et noix © GP

Coquillages gratinés © GP

Coquillages gratinés © GP

La cuisine, elle? Pas franchement terrible. Nul besoin de sortir de grandes maisons pour sortir de (jolis) coquillages gratinés, des endives aux noix et roquefort plutôt, un carpaccio de saint-jacques pâlichonnes et mollassonnes (sur une rémoulade assez vive), un blanc de bar vapeur sans relief et un poulet jaune des Landes un peu secs avec pommes de terre aux champignons un brin graillonneux. Le pompon? La vacherin glacé mandarine composé d’un sorbet du dit fruit, d’une chantilly anodine et de deux mini meringues, genre, industrielles.

Blanc de bar vapeur © GP

Blanc de bar vapeur © GP

Poulet jaune des Landes © GP

Poulet jaune des Landes © GP

Bah, le lieu a le charme du vieux Paris, avec son ambiance sénatoriale (ce fut jadis le QG gourmand du dimanche soir de François Mitterrand) et sa clientèle chic, bourgeoise, bien mise. Autant dire qu’on lui pardonne tout.

Vacherin glacé mandarine © GP

Vacherin glacé mandarine © GP

La Gauloise

59, avenue de La Motte-Picquet
Paris 15e
Tél. 01 47 34 11 64
Menus : 24,50 (formule), 29,50 €
Carte : 55-75 €
Horaires : Jusqu'à 23h
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : La Motte-Picquet - Grenelle

La Gauloise” : 4 avis

  • Hatchepsoute

    Si l’accueil et le service sont corrects, la cuisine est immangeable et indigeste. C’est même à se demander si le cuisinier est bien du métier. Pour commencer, une soupe à l’oignon mal présentée, sans fromage avec des croûtons brûlés macérant dans un eau noirâtre. Nous avons dû la changer. Puis une salade niçoise sans thon ni maïs mais juste quelques feuilles de laitues, des petites tomates, des œufs de caille, des filaments de ce qui semblait être de l’anchois, et des morceaux de je-ne-sais-quoi. Du thon crû, m’a-t-on expliqué. Nous avons finalement décidé de renoncer au plat et de passer directement au dessert. Bref, pour 2 entrées, une carafe de vin (50cl) et 2 coupes de glace (de 2 boules chacune) nous en avons eu pour 65 euros. Un vrai attrape touristes. Dommage, car sur l’Avenue, il y avait des restaurants bien moins chers et bien meilleurs.

  • Noluoc

    Tiens fume ! Oh Patron prétentieux! Bientôt enseigne anonyme comme les paquets de cigarettes…….

  • lagarenne

    j’y étais invitée hier et j’ai trouvé çà vmt nul :
    ok ils jouent la carte du tradi pourquoi pas mais alors bien exécuté ! les portions sont minuscules, mon magret était super dur à couper accompagné de purée de PDT bourrée de graines de moutarde
    mon ile flottante à pleurer : crème anglaise industrielle ultra sucrée, blancs tout mous
    même le crozes hermitage était insipide !
    les serveurs sont hautains
    bref peut-être çà a été (si jen crois les nombreuses photos et dédicaces affichées) mais ce n’est plus !!

  • Je constate, non sans une certaine jouissance, que cette maison n’a guère évolué dans le bon sens depuis le 28 janvier 2011 où les « très fine gueules » de la nouvelle équipe du Bottin Gourmand avait convoqué les membres de l’ancienne équipe pour envisager notre avenir. Vin bouchonné, déjeuner désastreux, bref, une journée à effacer, comme ce guide d’ailleurs, et donc une adresse à fuir. Quand je pense que vous y avez invité Henry ! J’espère au moins qu’il a pu y placer ses vins, ça ferait au moins une qualité à cet établissement …

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Gauloise