1

Mosconi

« Au Luxembourg, chez les Mosconi »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 24 septembre 2010

Ilario et Simonetta Mosconi © Maurice Rougemont

Je vous écris d’Italie. Je suis au Luxembourg chez les Mosconi. Simonetta, qui est la belle hôtesse de la capitale du Grand Duché, accueille avec grâce et malice, tandis qu’Ilario, cuisine avec sérieux, légèreté, finesse. Leur maison, un Relais & Châteaux dans l’historique quartier du Grund, au bord des des flots bouillonnants de la Pétrusse, porte leur nom. Il y a les murs en stucco, la mise de table soignée, les lourds voilages, le service mené à la baguette, la cuisine d’un autodidacte doué de génie dont les produits parviennent en direct de la Botte, les vins exceptionnels, les menus peu chers pour les merveilles qu’ils apportent. Chaque repas est comme un événement, une bonne nouvelle venue d’entre Milan et Amalfi.

Ilario et ses truffes blanches © Maurice Rougemont

Bref, tout gourmet sérieux et sensé, s’il aime l’Italie, se doit d’accomplir le voyage Paris-Luxembourg (2h10, désormais par le TGV Est, donc plus d’excuses!) pour goûter le pâté de foie de poulet à la crème de truffe blanche avec sa polenta rôtie, les spaghetti à la guitare avec mozzarella et herbes aromatiques ou les trennette au thon, palourdes, câpres de Pantellaria et poutargue de Muggine.

Ilario et son équipe en cuisine © Maurice Rougemont

Il y a encore le divin risotto aux légumes du moment, les agnolotti à la truffe blanche, les tortellini à la zucca (la courge) auxquels un brin de tomate confère une note d’acidité bienvenue. Puis, les ravioli de ricotta, pecorino, parmesan, beurre fondu, le risotto avec son riz craquant et monté (« mantecato ») avec sa côte de porcelet sauce diable, le cacciucco, cette bouillabaisse ligure au jus corsé, l’entrecôte de veau panée et son gâteau de poireaux au foie gras: bref, une suite des merveilles à donner de partir en vacances quelque part sur la plaine du Pô, entre Modène, Parme et Mantoue.

La fabrication des raviolis © Maurice Rougemont

Avec de grands toscans (blanc vermentino de Michele Matta, merveilleux rouge Guado al Tasso signé Antinori), plus des desserts à fondre (ah, le caramelle sicilien avec sa sauce à l’orange et ses pistaches de Bronte), on fait là  un repas de grande classe. Qui vaut toutes les étoiles (les Mosconi en ont deux, même s’ils en méritent trois!), et tous les coups de coeur du monde…

Pâté de foie de poulet © Maurice Rougemont

Mais, sachez que dans cette ville du grand Est, qu’on nomme le Gibraltar du Nord et où l’Italie heureuse occupe désormais la première place (les dernières enseignes se nomment Brumi ou Palais, près du palais grand ducal), les Mosconi épatent la galerie avec leur bon « coût », sis au cœur du quartier commerçant, à l’enseigne de Mi&Ti (« Moi et Toi » ou mixte à l’italienne), ils proposent, sous façade discrète, une échoppe moderne avec sa table à l’étage.  Mais c’est déjà une autre histoire…

Côte de porcelet sauce diable © Maurice Rougemont

Mosconi

13, rue de Munster
2160 Luxembourg
Luxembourg
Tél. (+352) 54 69 94
Menus : 44 (sem. déj.), 65 , 115 €
Carte : 130 €
Site: www.mosconi.lu

A propos de cet article

Publié le 24 septembre 2010 par

Mosconi” : 1 avis

  • Philippe Gérauld

    J’ai été plutôt déçu par le personnel et la responsable des lieux…Non pas qu’ils ne sont pas pas sympathique, mais simplement pas à, la hauteur de l’endroit. On s’attend à quelque chose de plus fin, de plus classe, simplement chic… Mais évidemment, la classe cela ne s’apprend et ne s’improvise pas. ..

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Mosconi