Paris 6e : les séductions de Didon

Article du 17 novembre 2021

L’équipe © GP

Imad Kanaan, ce financier libanais saisi par l’amour de la bonne chère et les grands vins de Bordeaux, vous le connaissez par coeur. Il séduit chez Hébé, place Maubert dans le 5e, double la mise avec sa street food à la libanaise (Ya Bayté), la triple désormais avec Didon. Dédiée à la reine de Carthage, consacrée à la cuisine au charbon de bois, conseillée par Michel Portos, l’ex deux étoiles du Saint-James à Bordeaux-Bouliac, qui fut, un temps, le propriétaire, à Marseille, de Poulpe et de Balthazar, veillée également, côté vins, par l’oenologue avisé et charmeur, Stéphane Derenoncourt, la demeure naît sous de bons auspices.

Foie gras, artichaut, escargots © GP

Le service est plein de gaité, le jeune, Francesco Cianfanelli, toscan de Florence, passé chez le maestro Gualtiero Marchesi à Erbusco, connaît la musique. Et la carte joue la séduction sur le mode de la fusion et de la cuisine française revue à l’aune des épices avec notamment des idées venues du pays du cèdre. Des exemples? L’artichaut façon barigoule avec navets, oignons rouges et crème d artichaut persil, les escargots petits gris poêlés au persil, crème d ail, suprême d’orange et céleri branche ou le foie gras en torchon, poire au safran, navet noir, adis rouge, pignons de pin.

Oeuf parfait et potimarron © GP

On y ajoute le potimarron en mousseline, avec son œuf parfait au sumac, zaatar, émulsion d’herbes, le joli risotto aux topinambours, champignons de Paris, cresson, citron et fleur de fenouil. Et l’un des morceaux de bravoure est sans nul doute l’épaule d’agneau des Pyrénées braisée servie avec kumquat, thym, coriandre, câpres et miel, qu’on accompagne de frites en trois cuissons (vapeur, huile de tournesol, gras de bœuf), mais aussi d’aubergine rôtie aux échalotes, raisins, groseille, grenades, herbes et tahini. Splendide!

Agneau, frites, aubergines © GP

Figues rôties, cannelle, anis, crumble coco, glace vanille de Madagascar, pain perdu sauce caramel aux agrumes, glace caramel beurre salé et chocolat en tarte déstructurée, gelée Ricoré avec sa chantilly chocolat font des desserts de choix et, côtés vins, on a l’embarras du choix. Mais le Pomerol du Château Bel Air en 2017 avec son nez très merlot est le roi du genre ! Un adresse à retenir, ouverte samedi et dimanche.

Figues, chocolat, pain perdu © GP

 

Didon

6, rue du Dragon

Paris 6e

Tél. : 01 81 69 63 72

Fermeture hebdo. : lundi, mardi.

Carte: 50-70 €.

Métro (s) proche (s) : Sèvres-Babylone, St Germain des Près.

Site : didonrestaurant.com

 

 

A propos de cet article

Publié le 17 novembre 2021 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !