1

Girafe

« Paris 16e : une Girafe façon Tour Eiffel-sur-mer »

Article du 26 juillet 2018

Le service avec Mathieu Foureau © GP

Après Monsieur Bleu, au Palais de Tokyo et Loulou, dans le Musée des Arts Décoratifs, voilà, au sein de la Cité de l’Architecture, cette Girafe très marine constitue le troisième trophée – et triomphe – du duo Laurent de Gourcuff/Gilles Malafosse, le premier dirigeant le groupe Noctis spécialisé dans l’événementiel, associé à Accor, le second, restaurateur à part entière, qu’on vit chez Petrus et qui co-dirige, avec papa Jacques, le Flandrin dans l’ancien buffet de gare de l’avenue Henri Martin. On retrouve là la même déco raffinée signé Joseph Dirand, donnant un chic neuf et éternel à la fois, à un monument français. En prime: une terrasse avec sa vue à 180° sur la Tour Eiffel, en ligne de mire depuis la terrasse du Trocadéro.

Salade d’artichauts beurrés à cru © GP

Yellow tail en sashimi au sésame © GP

Gamberi rossi cuits à l’huile d’olive et fleur de sel © GP

Au menu, un service élégant et précis sous la houlette de Mathieu Foureau qu’on vit jadis au Crillon, puis chez Thoumieux époque Jean-François Piège, plus une cuisine océane, fine, soignée qu’exécute Benoit Dargère, vu chez Loulou, et qui, ici, donne dans la fusion bien comprise. Salade d’artichauts beurrés à crus, céviche de daurade au lait de coco et yuzu, sashimi de thon, piment jalapeno et citron vert, gamberi rossi crus à l’huile d’olive et fleur de sel ou encore « yellow tail » en sashimi, huile de sésame, sauce tosazu font des entrées vives, fraîches, toniques, végétales et iodées.

Ventrèche de thon en salade niçoise © GP

Sashimi de thon, japaleno, yuzu © GP

Langoustines rôties à la citronnelle et gingembre © GP

On embraye sur les sardines en filets marinés, huile d’olive et citron, les langoustines rôties à la citronnelle et gingembre, la ventrèche de thon en salade niçoise ou, le clou de la carte, ces magnifiques supions poêlés à l’huile d’olive, avec poivrons confits, piment d’Espelette, chorizo, comme au pays basque. Ce qui n’exclut pas les fruits de mer, présentés sur le comptoir d’entrée ou les poissons entiers, juste « planchés », du moment. Le rosé de Minuty, en version Prestige ou en fine cuvée Or et Rose, issu de pressurage direct, suit le mouvement et indique que l’été règne à Paris de bien jolie façon.

Supions poêlés à l’huile d’olive, poivrons confits, piment d’Espelette © GP

Ceviche de daurade au lait de coco © GP

Sardines marinées en filets, huile d’olive et citron © GP

La pavlova aux fruits rouges ou les parfums de glace maison (chocolat, vanille, citron) ponctuent ces agapes chics, tandis que se produisent des groupes improvisés sur l’esplanade du Trocadéro (ce soir on a eu droit à de jeunes danseurs et danseuses tchéchènes en tenue cosaque). C’est drôle, vif, insolite. Cela s’appelle Girafe. Et cela fait face à la Tour Eiffel qui, comme l’écrit joliment Paul Morand, « s’endort debout comme les chevaux« .

En terrasse © GP

Pavlova aux fruits rouges © GP

Girafe

à la Cité de l'Architecture, 1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre
Paris 16e
Tél. 01 40 62 70 61
Carte : 55-95 €
Horaires : 12h-minuit
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Trocadéro

A propos de cet article

Publié le 26 juillet 2018 par

Girafe” : 1 avis

  • CYNTHIA MAGNI BIZZIOS

    ce samedi, j’ai été invitée à déjeuner par une amie qui était déjà venue dans votre restaurant; j’ai été enchantée dés l’accueil (j’avais une petite valise); très professionnel mais pas ostentatoire; très confortablement assise avec vue imprenable , excellent service de la part du personnel à nos petits soins! Tout ce que nous avons commandé et goûter a été à la hauteur du cadre;délicieuse soupe aux crevettes , noix de coquilles St Jacques au Noillit Prat
    et pour couronner la fin un café gourmand digne d’un grand pâtissier! Je ne connais pas le montant de l’addition mais je n’ai qu’une seule envie: y retourner! Bravo à toute l’équipe

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Girafe