4

Benoît

« Retour chez Benoît (Paris 4e) »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 11 janvier 2011

Chez Benoît © GP

Ouvert dès 1912 par la famille Petit,  ce bistrot de luxe s’apprête à fêter son centenaire. Il a été repris par Alain Ducasse qui a su en garder le côté  bon chic parisien, policé, bien élevé. Il ouvre tous les jours, accueille avec le sourire, a gardé son décor d’avant, s’est même ouvert d’une salle supplémentaire sans que l’on s’en soit aperçu, accueille les membres du conseil municipal de Paris qui viennent en voisins depuis le proche hôtel de ville (ce midi Christophe Girard et Georges Sarre déjeunaient à des tables séparées). Il y a les salons, le comptoir  d’entrée, les patères de cuivres, les banquettes en velours rouge, les plafond au ciel bleu azur, les photos souvenirs (l’une, noir et blanc, montre pépé Petit avec le prince Cur, dans les années 1950). Bref, il donne une idée du Paris de toujours épousseté, certes, mais authentique.

Pâté de tête et céleri rémoulade © GP

Côté cuisine, un chef venu de la Bastide de Moustiers a mis de l’ordre dans la maison et le registre ménager et bourgeois est fort bien mis. Le menu à 38 € constitue une affaire, proposant pâté de tête et céleri rémoulade, daurade grise aux panais et glaces maison. Mais le foie gras sur toast, le pâté en croûte façon Lucien Tendret, avec volaille, trompettes, foie gras, la tête de veau ravigote, les saint-jacques en coquilles sont sans fausse note. Idem pour la farandole de desserts: petits choux façon profiteroles à tremper dans le chocolat, baba chantilly et rhum de la Martinique et de la Guadeloupe, soufflé glacé au Grand Marnier ou mille-feuille vanille.

Dorade grise aux panais © GP

Le service a rajeuni. Il est prompt, efficace, sans excessive familiarité. L’ex-patron Michel Petit passe là, une fois par mois (il était là ce midi!), pour voir si tout va bien. Bref, il y a de la gentillesse, une cave avenante, d’où l’on a tiré un joli fleurie à 35 €, fruité, bouqueté, étonnamment long en bouche. Le cadre a gardé son âme, le lieu son atmosphère. Difficile de ne pas aimer Benoît.

Soufflé glacé au Grand Marnier © GP

Davantage de photos sur: http://www.facebook.com/gillespudlowski

Benoît

20, rue Saint Martin
Paris 4e
Tél. 01 42 72 25 76
Menus : 38 (déj.) €
Carte : 65-90 €
Horaires : Jusqu'à 22h
Fermeture annuelle : Août. Noël, Nouvel An
Métro(s) proche(s) : Hôtel de Ville
Site: www.benoit-paris.com

A propos de cet article

Publié le 11 janvier 2011 par

Benoît” : 4 avis

  • Olivia

    Je suis d’accord avec vous « Benoit » est un endroit délicieux.
    Mon souvenir Une entrée (généreuse) de terrines succulentes, canard sanglier et lapin servis sur une même assiette accompagnées de quelques cornichons croquants, de pain bien frais et d’un petit Corton. Parfois, le Bonheur se conjugue au pluriel!

  • michel szer

    je me souviens d’une bouteille de poire laissée par michel petit et du réveil difficile mais quel grand monsieur et depuis son départ je préfère rester sur ses paroles je perds de l’argent quand il vient diner c’est ce qu’il me disait en regardant Orson Welles s’envoyer le saladier de salade de boeuf.Profitez de votre retraite et encore merci

  • Merci!

  • Bon sang j’en ai l’eau à la bouche, les photos sont à elles seules apétissantes ! Bravo.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Benoît