1

Paris 8e : la Cour Jardin selon Jean Imbert

Article du 23 mai 2022

Jean Imbert et l’équipe de salle © GP

Cette Cour-Jardin, on la connaît par coeur, on l’adore et on la vante chaque été. Chaque année, de mi-septembre à mi-mai, on vient ici comme si on découvrait le paradis à Paris dans un cadre végétal avec ses notes de rouge et vert, avec un service jeune et élégant, plus une cuisine qui évoque la Riviera sous toutes les coutures. Cette année, Jean Imbert, qui a pris la place d’Alain Ducasse pour signer les cartes du palace de l’avenue Montaigne, boucle la boucle en instillant ici sa marque.

Les fleurs de courgette rôties à la ricotta ©  GP

Après donné un coup de jeune au « Relais Plaza » et un coup de vieux, façon Escoffier, mais en version culottée, avec « Jean Imbert au Plaza Athénée », voilà la troisième table de plein air jouant le pique nique chic et la Provence idéale. Si le lieu garde le même esprit apparent que l’ancienne table supervisée par Alain Ducasse, avec notamment tomates et burrata (rafraîchies ici d’un granité de tomate et d’un bouillon végétal) ou le chèvre de René Pellegrini. Mais l’esprit snacking est là avec le tarama maison avec ses tuiles au sarrasin, le croc’tourteau avec l’avocat et le crabe qui remplacent le jambon et le fromage fondu ou le pain à la tomate.

Les tomates rôties, burrata et bouillon glacé © GP

La maison voit là le triomphe des légumes avec l’artichaut au chèvre, les exquises fleurs de courgettes à la ricotta, la tarte fine à la ratatouille et roquette ou encore l’étonnant maïs/maïs/maïs, où ce dernier, en purée, sauce et craquant, fait une surprise exquise. Il y a encore le rouget, désarêté, cuit à plat, flanqué d’un riz vénéré aux condiments et d’un jus de roche plus des desserts de grand style, comme les coupes glacées (chocolat/chocolat, glacé et en mousse, blanc et noir, rhubarbe et fromage blanc, fleur de sureau et framboise), plus le saint honoré aux herbes et fleurs qui renouvellent le genre.

La tarte fine à la ratatouille et roquette © GP

Le service a le sourire, fait face au succès et les vins au verre suivent le mouvement, comme le champagne Moët et Chandon, le bourgogne blanc les grands terroirs du château de meursault et le rosé de Provence « pétale de rose » du Régine Sumeire au chateau la Tour l’Evêque à Cuers. On ajoutera une salade niçoise, les pommes « coin de rue »  accompagnant la côte de boeuf, plus le fameux avocat dit « classique » chez « To Share » à Saint-Tropez contenant un jaune d’oeuf et sa salade de pousses d’épinard. Bref, le Plaza Athénée poursuit son aggiornamento gai et frais, son rajeunissement et la belle clientèle de Paris est bien là au rendez-vous! On comprend vite pourquoi …

Service du Saint-Honoré © GP

La Cour Jardin au Plaza Athénée

25 avenue Montaigne
Paris 8e
Tél. 01 53 67 66 65
Carte : 110-160 €
Fermeture annuelle : Mi-septembre – mi-mai
Métro(s) proche(s) : Franklin D. Roosevelt, Alma – Marceau
Site: www.dorchestercollection.com/fr/paris/hotel-plaza-athenee/restaurant-bars/la-cour-jardin

A propos de cet article

Publié le 23 mai 2022 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Paris 8e : la Cour Jardin selon Jean Imbert” : 1 avis

  • Gumaille

    Cuisine sans intérêt à des prix stratosphériques
    La Riviera ce n’est pas ça
    La salade niçoise et la tropezienne revisitée sont honteuses
    Restaurant pour touristes instagrammeurs qui ne connaîssent rien mais aiment se faire voir
    Service adapté aux clients
    Seul le lieu est sympa

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !