Obersteinbach : le petit prince des Vosges du Nord

Article du 12 septembre 2018

Sonia Ulica et Georges Flaig © GP

C’est toujours l’un des chouchous de ce blog, l’un de ces petits princes de la cuisine d’Alsace,  depuis temps et tant, revenu il y a belle lurette de ses classes chez Loiseau à Saulieu, Westermann au Buerehiesel, Rochedy au Chabichou à Courchevel, à la Pinède de Saint-Tropez,  qui joue l’Alsace et ses saveurs intègres en version bio, légère, fraîche, douce, indulgente, pile comme on l’aime. Georges Flaig? Un artisan artiste qui échappe encore à l’étoile alors que sa cuisine scintille, brille, séduit.

L’auberge © GP

Le lieu est magique, l’auberge légendaire, la couronne des châteaux forts, qui sépare des Vosges du Palatinat, forme un environnement digne d’un conte ancien. Il y a la beauté de la terrasse d’été, les chambres soignées, certaines avec alcôves, les « bulles » au dehors, pour dormir sous les étoiles, l’accueil bienveillant, le salon quiet, les tarifs doux, les vins de haute tenue, souvent peu connus, servis et commentés par le fameux Laurent Chiocca qui connaît la musique d’Alsace et d’ailleurs par coeur.

Gravlax de truite et dampfnudle ©  GP

Laissez-vous faire et attachez vos ceintures pour un voyage gourmand d’une limpidité biblique. Soupe de tomate façon gaspacho, mousse de foies de volaille et pickles en guise d’amuse-gueule, puis truite en gravlax, mini dampfnudle (beignets vapeur alsaciens) et petits légumes bio de Sturzelbronn en entrée légère, gnocchi farci au chèvre frais du village et girolles ou encore (un grand polat à l’ancienne revisité en légèreté), queue de bœuf confite et farcie au foie gras façon royale font merveille dans la simplicité.

Queue de boeuf confite au foie gras © GP

Le friand muscat de Mélanie Pfister à Dalenheim, le gouleyant pinot blanc de Neumeyer à Molsheim, le vif blanc Ilori de Brana au pays basque, l’élégant, riche et suave pinot noir chilien Refugio vinifié par André Ostertag, le magicien oenologue d’Epfig, font des escortes de grande classe. Le sorbet à l’aspérule joue les « trous » digestifs sur le mode régional bienvenu. Et, en dessert, la pêche plate façon Melba avec son onctueuse crème vanillée est un bonheur du jour.

Pêche plate façon Melba © GP

On n’oublie pas le service mené en douceur par l’exquise Sonia Ulica, la ravissante compagne du chef, qui a gardé une once d’accent slovaque, malgré sa longue présence (plus d’une décennie!) ici-même. Plus les eaux de vie de guère loin et d’ailleurs (kirsch d’Hoeffler à Lobsann, clémentine corse signée Brana). Voilà une maison pile comme on l’aime, bien dans sa région, qui n’offre que du bonheur et sans la ruine!

Au salon © GP

Anthon

40, rue Principale
67510 Obersteinbach
Tél. 03 88 09 55 01
Chambres : 65-110 €
Menus : 26, 54 , 70 (vins c.) €
Carte : 65 €
Horaires : 12h-14h, 18h45-21h
Fermeture hebdo. : Mardi, mercredi
Site: www.restaurant-anthon.fr

A propos de cet article

Publié le 12 septembre 2018 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants, Voyages Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !