> > > > L’Opportun
9

L’Opportun

« Paris 14e: Alzerat croqué par Didier »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 26 mai 2014

Serge Alzérat, « la grande gueule » de l’Opportun, mérite une place à part dans le panthéon gourmand des Parisiens aimant manger bon sans complication. Notre avocat gourmet, Didier Chambeau, nous dit pourquoi.

Serge Alzerat © DC

Serge Alzérat © DC

Voilà un chef comme on les aime : une grande gueule de la gastronomie comme le dit l’ami Gilles, un de ceux qui sont tombés dans le chaudron presque bébé, un chef qui a une histoire et qui ne craint pas de raconter un parcours qui l’a éloigné des fourneaux quelques années pour mieux y revenir, débutant gamin en cuisine chez un oncle du coté de Roanne, apprenant les bases d’une cuisine de terroir, jambon à l’os cuit au foin, cote de bœuf avec davantage de beurre que de moelle ou canard aux cerises. Fort de cet apprentissage, il monte à Paris et rencontre François Calderon qui lui apprend la belle cuisine de brasserie. Une petite césure d’une vingtaine d’années, le voilà qui revient au métier en 1995, pour prendre les rennes de l’Opportun et créer une cuisine de bouchon lyonnais dans ce quartier des théâtres, la Gaité, Bobino, Montparnasse…

Salade de lentilles © DC

Salade de lentilles © DC

On continue le spectacle après la scène, dans un décor de vieux bistrot indémodable. Pourquoi Chirac aurait-il invité Aznar ailleurs en 2000 ? Une entrée toute en largeur avec un long comptoir derrière lequel trône à l’accueil, toujours souriant avec sa voix douce et grave qui respire autorité et gentillesse, Serge Alzérat, blouse noir et boutons de couleur. Une grande salle à droite et une petite à gauche pour festoyer entre copains, murs en papier peint jaune bouton d’or où sont accrochés tableaux, affiches et photos souvenirs, encadrées au cordeau, des tables nappées de papier rouge orangé, chaises de bistrot, serviettes à carreau rouge et blanc, un endroit où l’on se sent à la fois chez soi et au restaurant.

Cuisses de grenouilles © DC

Cuisses de grenouilles © DC

Sa carte fait plaisir qui ne nécessite pas de grandes explications, de la salade de peau de canard aux saladiers lyonnais, de l’œuf mayo à la terrine maison, du saucisson pistaché à la quenelle sauce Nantua, des viandes maturées de trois semaines aux abats et de l’île flottante à la crème brûlée : tout y est, truculent, canaille, apaisant.

La brandade © DC

La brandade © DC

On se régale d’une salade de lentilles toute simple, d’œufs en couille d’âne savoureux, façon meurette, de pissenlits aux lardons parfaitement assaisonnés, de cuisses de grenouilles délicieusement aillées. L’onglet de veau à l’échalote est tendre, la brandade est comme on l’aime, le pavé flambé à l’armagnac sauce crème se savoure, voilà de l’authentique à faire découvrir aux parisiens ou aux cousins d’Amérique à la recherche d’un Paris canaille, celui qui a une histoire que les autres n’ont pas, avec cette cuisine franche et nette pas compliquée mais sans faute, celle de nos mères. On n’est pas dans l’invention, on est davantage dans l’émoi nostalgique. Des valeurs à ne jamais perdre.

Pavé sauce poivre © DC

Pavé sauce poivre © DC

Le Paris-Brest donne envie de faire le retour, et s’il reste une envie, le fondant glace pistache fait plaisir. La cave est à la mesure de la carte puisqu’on y trouve les grands classiques de région. Au sortir de ces agapes, vous pouvez savourer le livre de Serge, histoire de lire un morceau de vie de son auteur sans prendre un gramme, avec quelques unes de ses recettes fétiches dont il nous livre le secret.

Paris Brest © DC

Paris Brest © DC

L’Opportun

62, boulevard Edgar Quinet
Paris 14e
Tél. 01 43 20 26 89
Menus : 80 € (partage lyonnais - pour deux)
Carte : 45-65 €
Horaires : Jusqu'à 23h30
Fermeture hebdo. : Dimanche
Fermeture annuelle : Trois semaines en août
Métro(s) proche(s) : Edgar Quinet, Montparnasse

A propos de cet article

Publié le 26 mai 2014 par

L’Opportun” : 9 avis

  • Dommage avec toutes ces mauvaises critiques je n ai pas envie d y aller.Le prix!!!

  • Philippe latrasse

    J’ai déjeuné samedi dernier 18 nov 2016. Oui le  » cuisinier » Alzerat » est là ! Derrière sa caisse ! Oui il est souriant oui il cause ! Mais c’est tout ! La cuisine est faite par deux larbins ! Le service par deux gamins le résultat est minable tout simplement minable Rien ne laisse penser que Le »chef « 

  • Latrasse philippr

    Reprise. Mr ALzerat presente bien les anciennes cuisines et parait fort sympatique. Je vais me rendre compte personnellement afin de savoir la vérité. La qualité de la cuisine compte que pour 40% Et la courtoisie et la bonne humeur pour 60%. La ligne a suite est facile a comprendre De plus la correction eat obligatoire. Comme la politesse! Un ennui est divisè par 2 par la reconnaissance et la gentillese efface bien Le reste. A bientôt apres mon essai prochain noté que je suis plutôt pas du genre à ne pas me laisser faire par un goujat alors à bientôt

  • Latrasse philippr

    Suis surpris des avis fortement négatifs des soit disants clients. Mr alzerat actuellement cuisinier. Ds l’émission de Christine bravo …. « Les dessous de l’histoire  » se présente d’une façon très agréable et ne ressemble

  • Didier

    Cela fait 11 fois que je vais dîner ou déjeuner à L ´Oportun en famille au avec des amis, le patron me reconnais.. Hier soir est advenu une aventure… A la fin du dîner avec un ami nous avons commandés 2 rhums en demandant avec humour qu’ils soient servis généreusement car nous avions été déçu de notre dîner: Morgon en bouteille servi glacé, insipide et surtout une ambiance tendu au niveau du personnel se ressentant en salle ( Le patron ayant repris ouvertement un serveur qui avait changé de table 3 clients anglaiis en disant que c’est lui qui fixait les règles… ) Nous nous sommes vu répondre que le ressenti d’une ambiance était une affaire personnelle mais que tout allait bien et qu’ils ne pouvaient pas tenir compte du ressenti …. ,Réponse sèche sans courtoisie. À aucun moment le Patron qui nous connaissait n’est venu voir de quoi il s’agissait ! Nous avons annulé notre commande de Rhums .. Le ton est monté et quand apres Un bonsoir j’ai dit que je ne reviendrais plus dans cet établissement je me suis vu répondre par le serveur en chef qui n’a apriori pas voulu perdre la face que des clients comme nous ils s’en passait… Quel considération pour des  » clients » dont la note à deux frôle les 145 €… A ce prix payé Il y a plein d’établissement qui ne surfent pas sur leur renommée et qui considèrent leur client … Cessons de donner notre argent a des restaurants sans amour du client

  • Charles et Julie

    Nous adorons ce restaurant dans lequel nous avons toujours été très bien accueillis par Serge et Gilles,sa main droite en salle. On y mange très bien dans une ambiance sympathique et détendue. La Beaujolaisthérapie nous a toujours fait le plus grand bien. A la fin du repas nous ne pouvons que vous recommander un colonel Charles. Allez-y sans hésitation.

  • FLORENT

    Nous avons eu une bien triste expérience de L’opportun ce mardi 15 juillet 2014 puisque le patron, Serge Alzérat, nous a tout simplement traité de MANGE-MERDES !

    La raison : ma compagne a trouvé pendant son dîner dans son carpaccio un morceau de verre. Elle l’a signalé à une des serveuses, à voix basse pour ne pas faire de scandale et sans pour autant demander à ce qu’on change son assiette. Lorsque, au moment de l’addition, voyant que le carpaccio était malgré tout facturé, nous demandons au patron s’il peut faire un petit geste. C’est à ce moment que ce monsieur s’est permis de nous insulter à haute voix. Je vous passe le reste des échanges.

    Dommage, car les plats étaient de qualité et copieux. Mais BOYCOTTEZ ce restaurant tenu par un Monsieur qui est peut-être un grand chef, mais un tout petit homme.

  • Henry

    Je confirme le commentaire de Martin: nous avons été très déçu par notre dîner d’il y a quelques semaines: nourriture tout au plus banale, service à la limite du désagréable. Dans le même style (et même si là aussi le service n’est pas toujours parfait et le rapport qualité-prix plus ce qu’il était il y a quelques années), nous préférons aller chez le Père Claude, à la Motte Piquet.

  • Martin

    J y ai mangé il y a quelque temps, cuisine en roue libre, quenelle farineuse sauces épaissies, pas une adresse a recommander

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

L’Opportun