Le bonheur des bistrots selon Pierrick Bourgault

Article du 27 novembre 2022

Voilà un joli livre dans la lignée de Robert Doisneau et Bob Giraud (vous souvenez-vous du « Vin des Rues »? ), de René Fallet (la classique « le Beaujolais nouveau est arrivé »), de Jean-Paul Clébert (l’immortel « Paris Insolite ») : un ouvrage dédié aux lieux populaires, où il fait bon s’asseoir le temps d’un verre et d’une « bricole » à grignoter, prendre le temps de la pause autour d’un zinc, refaire le monde à bâtons rompus en devisant du temps qui passe, avec des décors d’antan et de toujours, des gueules d’atmosphère, des « zincs, conducteurs d’amitiés ». Ecrivain et photographe, amoureux des plaisirs démodés, à qui on doit des titres hors mode, comme « la Mère Lapipe dans son bistrot » et « Francis l’artisan du bois » ou encore d’un « Voyage dans les bistrots de l’Ouest », Pierrick Bourgault rassemble ici le meilleur de ses souvenirs et de ses obsessions. A Paris, bien sûr, mais aussi dans le Morvan, à l’Isle-sur-la-Sorgue, comme dans la Sarthe, sa caméra en main, il explore le temps qui ne passe guère dans des lieux agiles, drôles, vifs et colorés. En prime, une jolie préface de François Morel qui rappelle que « les bistrots sont des églises » où l’on vénère Saint Emilion, Saint-Estèphe, Saint-Véran et beaucoup d’autres…

 

Au bonheur des bistrots, textes et photos de Pierrick Bourgault (Editions de la Martinière, 128 pages, 25 €).

A propos de cet article

Publié le 27 novembre 2022 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !