Strasbourg : Antoine, son bistrot, ses amis, son menu

Article du 6 avril 2022

Antoine Kuster © GP

C’est un de ces lieux qu’on aimerait avoir près de chez soi : QG de copains, rade d’atmosphère, coin complice et gourmand, avec ses mets à l’ardoise qu’on peut partager ou pas, ses bons produits sur lesquels veille un chef qui connaît son boulot. Antoine Kuster, formé dans de belles maisons, comme Julien à Fouday, le Crocodile à Strasbourg, au château d’Adoménil à Lunéville, sans omettre une expérience de chef de croisière sur le Ponant, a créé ici sa « petite boîte » comme disait Curnonsky.

Œuf bio mayo, macédoine de légumes, poutargue © GP

On connut ici une winstub historique, du quartier de la cathédrale et de la place Saint-Etienne. C’était le « Stefanstuebel ». La façade modeste façon guinguette, les quelques marches qui permettent l’accès au lieu, le décor cosy, avec ses recoins, son comptoir-desserte, ses rayonnages remplis de livres, plus les recoins et les poutres, le plafond peint et l’ardoise qui livre le programme du jour donnent envie de prendre de belles habitudes.

Harengs pomme à l’huile © GP

On craque pour les harengs pommes à l’huile (même si ces dernières sont un tantinet « sous cuites »), avec leur jolie présentation, leur exquise salade de mâche, les oeufs bio mayonnaise avec leur macédoine de légumes à la poutargue, le délicieux onglet de bœuf grillé avec ses échalotes confites au vinaigre, sa belle purée, cette mâche fort bien assaisonnée dont on redemande. Plus le dos de cabillaud avec sa marinière de coques, son étuvée de blettes, que l’on peut également servir avec un trait d’huile d’olive pour les allergiques aux coquillages.

Onglet de bœuf grillé, échalotes confites au vinaigre © GP

On loue encore l’île flottante aux pralines roses, modèle du genre, comme la superbe tarte aux pommes façon grand-mère, le fromage blanc flanqué de sa confiture artisanale et la belle mousse au chocolat, cacahuètes et brownie. Le choix de vins, également à l’ardoise, mais double (blanc et rouge), a du répondant. Et on demeure en Alsace avec le croquant muscat de chez Albert Maurer à Eichhoffen et le fruité, rond, vif pinot noir de chez Jean-Pierre Herr à Gertwiller. Bref, voilà un bistrot comme à Paris, mais avec Strasbourg, c’est à dire avec la gaité et le générosité en sus.

Île flottante aux pralines roses © GP

Le Bistrot d’Antoine

3 Rue de la Courtine

67000 Strasbourg

Tél. : 03 90 24 93 25

Fermeture hebdo. : dim., lundi, mardi midi.

Menus : 28 (formule), 35 €.

Carte: 50 €.

Site : www.lebistrotdantoine.com

A propos de cet article

Publié le 6 avril 2022 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !