> > > > La Bonne École

La Bonne École

« Paris 18e : un bistrot à bonne école »

Article du 31 janvier 2022

Façade © BB

Notre ami Benjamin Berline, communiquant de ce blog, gourmand bavard et tout voisin de la Butte, nous fait découvrir un jeune bistrot du 18e. On l’écoute…

Vincent et Antoine, les deux patrons © BB

Voilà un bistrot jovial et décontracté dans une veine tradi et carnassière à quelques pas de la mairie du 18e. Touches rétro sur fond moderne, le cadre se fait à la fois épuré et chaleureux, avec un hommage appuyé au Paris d’antan. Tons blancs et marines, banquettes en cuir, chaises d’école à la sauce chic, affiches en noir et blanc convoquant le regard d’Audiard, Doisneau, Gabin accoudés à une rangée de flacons de toutes origines. Derrière cette jeune adresse qui a su tisser son nid auprès de la clientèle du quartier, un duo de copains passé dans le giron de Jean-Luc Rouvière (Chez Fernand), Vincent Gallois et Antoine Roquère. Le nom du restaurant saluant la bonne école de ce patron mordu de viandes, ils se sont adjoint les services du chef Sutha, qui a également officié chez Fernand.

Pâté en croûte © BB

Le propos ici ? Une bistronomie sans chichi, réconfortante, franche, efficace où la viande tient le haut du pavé à grands renforts de vins choisis. En premier lieu, on loue la formule déjeuner, belle aubaine au regard de la qualité des produits proposés : pâté en croûte maison côtoyant un crémeux velouté de panais, auxquels succèdent onglet de boeuf sauce au poivre avec pommes purée ou encore fin boudin noir marié aux pommes, enveloppé d’une couche de patates douces et escorté d’une galette crousti-fondante de pommes de terre façon rössti.

Onglet sauce poivre © BB

La carte des vins persiste et signe dans le registre écolier évoquant souvenirs potaches avec son classeur Exacompta et ses feuilles plastifiées. Mais à l’intérieur c’est du sérieux, et les bonnes références vineuses fusent : château de Montmirail en Vacqueyras, domaine des Nugues et de l’Eglantine côté Beaujolais ou encore ce sirupeux Ventoux du domaine L’Eschancel aux arômes de fraises des bois que l’on déguste au verre, en compagnie de ce gouleyant côtes du Rhône Villages signé de la Bastide Saint-Dominique.

Boudin noir, galette de pommes de terre © BB

Le soir, la carte et les morceaux de choix s’offrent dans toutes leurs largesses. Aux côtés des entrées jouant le répertoire tradi et la gourmandise affirmée – gratinée à l’oignon, os à moelle, camembert rôti au thym, miel et éclats de noix, les plaisirs carnés tiennent ici la vedette. Ainsi, l’épaule d’agneau du Limousin ou la côte de cochon à agrémenter à sa guise de churros de pommes de terre, purée de butternut ou sauté de légumes façon asiatique. Plus un colita de cuadril et une sauce chimichurri qui lorgnent côté Argentine.

Millefeuille chocolat © BB

Heureuse surprise, enfin, avec des desserts de qualité (Sutha ayant une formation de pâtissier). En témoigne cet exquis mille-feuille au chocolat, fin et craquant pour conclure rondement l’affaire, mais également profiteroles, pavlova, tarte Tatin ou encore café gourmand alignant avec sagacité brioche perdue, gâteau au chocolat et crème au caramel. On signe la copie en donnant le bon point au Maury du Mas Amiel. Une bonne pioche!

Café Gourmand © BB

La Bonne École

13 Rue des Cloys
Paris 18e
Tél. 01 42 52 00 88
Menus : 17 (formule, déj.) €
Carte : 35-45 €
Horaires : 12h-14h30, 19h-22h
Fermeture hebdo. : Lundi
Métro(s) proche(s) : Jules Joffrin
Site: www.la-bonne-ecole.fr

A propos de cet article

Publié le 31 janvier 2022 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Bonne École