8

Lapérouse

« Paris 6e : le renouveau de Lapérouse »

Article du 5 juillet 2010

Un salon chez Lapérouse © GP

C’est un  lieu chargé d’histoire, où le temps reste suspendu sous les stucs, boiseries, gravures et autres miroirs magiques qui décorent avec intimité les petits salons XVIIIe. La grande salle a vue sur la Seine, mais c’est bien les petits salons avec les miroirs gravés par les cocottes qui passèrent là des heures mémorables qu’il d’abord faut revisiter en priorité.

La maison eut trois étoiles, de 1933 à 1969, sous l’égide de Roger Topolinski. Pascal Barbot et Patrice Rohat, aujourd’hui rois de l’Astrance, y passèrent un temps, en duo directeur, avant de connaître la gloire rue Beethoven. Une jeune équipe s’affaire, aujourd’hui, à lui redonner son lustre. Aux fourneaux,  Jean-Sébastien Pouch, qui travailla sous l’égide d’Eric Fréchon au Bristol et qu’on vit un temps au Caméléon de Jean-Paul Arabian, joue la cuisine fine, légère, brillante avec des produits au top, de jolies cuissons, de belles alliances. Découvrir cette demeure mémorable, c’est venir lui rendre visite. Le menu du déjeuner à 45 € (trois plats et vins compris) est, bien sûr, l’affaire du moment. Mais le lieu vaut assurément la redécouverte pour ce qui s’y joue en catimini.

On ajoute les beaux vins choisis avec justesse par le jeune sommelier Mehdi Zerizer, qu’on vit un temps au Beauvilliers montmartrois (mercurey blanc du château de Chamirey, volnay clos de la Pousse d’Or, parfaitement en condition, avec du fruit, de la mâche, mais aussi de la fraîcheur, par ces temps caniculaires), plus un service, réglé comme du papier à musique, qui ouvre la porte de votre salon comme au théâtre, on jouait de Labiche ou de Feydeau. Un peu d’imagination avec en plus de votre goût naturel, et vous aurez là tous les ingrédients qui refont de Lapérouse un des grands « classiques » de Paris.

Façade de Lapérouse © GP

 

Lapérouse

51, quai des Grands-Augustins
Paris 6e
Tél. 01 43 26 68 04
Menus : 35 (vin c. déj.), 45 (vin c. déj.), 130 €
Carte : 150 €
Fermeture annuelle : 24 et 25 décembre, août
Métro(s) proche(s) : Saint-Michel, Odéon
Site: www.laperouse.fr

A propos de cet article

Publié le 5 juillet 2010 par

Lapérouse” : 8 avis

  • Nicolas Dubois

    Anita,
    je suis vraiment désolé pou vous et je compatis. La France a tellement mieux a proposer qu’un mauvais restaurant ensuqué dans un gloire éteinte depuis longtemps.

  • Anita

    Je voulais communiquer mes impressions a propos du restaurant “Laperouse”. A mon avis, il ne merite pas etre visité! Le service y est vraiment horrible! Moi et mon mari sommes russes, mais on a decide` de celebrer le jour de notre mariage a Paris. J`ai trouvé le restaurant “Laperouse” sur internet et il m`a plu beaucoup. Malheureusement, il m` a enchante` autant, que je n`ai meme pas pris la peine de lire les avis des autres. Pour commencer, on a du perdre plein de temps pour reserver une salle dans le restaurant, car le gerant nous repondait par e-mail pendant des semaines, et meme pour savoir la somme du prepayement il nous a fallu envoyer 3(!) “reminders” pour que le gerant nous reponde!
    Le jour de notre mariage on est arrivé dans le restaurant ou on a privatisé le Bar seulement pour notre famille, et on y a trouvé plein de monde! L`administrateur du restaurant nous a expliqué, que nous nous sommes trompés de l`heure de l`arrivee et on devait arriver il y a 1 heure: ne nous voyant pas ils se sont permis de servir les gens qui y sont arriveés…. Mais nous sommes en bon sens pour savoir pour quelle heure on a effectué la reservation le jour de notre mariage!
    Donc, on a passé le temps dans le Bar avec d`autres personnes et puis nous sommes montés dans la Salle reservé pour le diner (La Boussole). La Salle nous a plu, elle etait bien comme sur leur page web. Le repas etant choisi il y a un mois, on a du choisir seulement le vin. La bouteille de vin apportee, le serveur nous a remplis les verres et il est disparu. Mais il est disparu pour 1 heure! Ce n`etait quand meme pas mal, qu`il y avait du pain sur la table, et ainsi on pouvait casser la croute)) Mon pere a du aller chercher le serveur pour qu`il nous serve des entrees! Apres les entrees la situation s `est reproduit, et on a du aller le chercher de nouveau! Ainsi est passée toute la soiree. Et en plus on a reservé le service “white glothes”. Oui, les serveurs portaient des gains blancs, mais je n`ai lu nulle part que cela empeche de verser du vin! A l`exeption de la premiere fois qu`ils l`ont fait, pendant toute la soiree on a du le faire nous-memes. Et a la fin de la soiree, quand on a recu le compte, non seulemnt le service “white glothes” etait inclu dans le compte,mais aussi la privatisation du Bar!!!
    Ce n`est pas tout. Nos parents etasuniens nous ont envoyé un bouquet de 60 roses blanches. Les fleurs devaient etre delivrees dans le restaurant. Elles ont ete delivrees, cela prouve le message qu`ont reçu nos parents, mais le restaurant ne nous les a pas transmis! Nous ne savions pas de ce cadeau-surprise, c`est pour ca qu`on ne les a rien demandé.
    Pour terminer, mon pere a ecrit dans le restaurant pour manifester son mecontentement, mais il parait que le gerant du restaurant ne s`interesse pas pour des riens, il ne s`est meme pas donné la peine de lui repondre.
    En gros – degoutant!!!

  • GRIMAL

    Le 12 avril c’est mon anniversaire. Chaque année mon mari m’emmène dans un grand restaurant.
    Quelle déception chez Lapérouse ! Tout en ayant réservé longtemps à l’avance, nous étions dans la salle à manger annexe sans décoration, au fond. Les portions du menu dégustation étaient minuscules. Le plus incroyable pour un tel établissement a été le filet de boeuf. Arrivé très cuit, à peine rosé au milieu, j’ai abandonné ma « dégustation » à mi-morceau. Je l’ai signalé au serveur qui m’a dit que dans ce menu la viande était servie « à point ». Pourtant le morceau de mon mari était bien rose. Je m’attendais au moins à ce que ma viande soit remplacée. Eh bien non ! Déclaration du serveur : « Je vais me rattraper sur le dessert ».
    Nous ne retournerons pas dans cet établissement, cher, prétentieux, sans rapport avec ce qu’il a été dans le passé.

  • chouai

    Napoléon aurait dit un jour à Talleyrand :  » vous êtes de la merde dans un bas de soie ».
    Cette citation, peut être apocryphe, s’applique en tout cas parfaitement au restaurant Laperouse.
    le cadre est effectivement somptueux, sûrement parce que l’actuel propriétaire n’y est pour
    rien. Évoquons d’abord le service : certes gentil – il ne manquerait plus qu’il soit méchant – il est d’une incroyable lenteur. La table : des portions sont scandaleusement réduites (indignes d’un menu enfant) et les mets sont insipides.Bien évidemment les prix sont très élevés et sans aucun rapport avec la prestation. (comptez 100€ par personne sans dessert et avec une seule bouteille de Sancerre rouge, la moins chère, à plus de 60€). Laperouse ou l’impossible retour …

  • Le nouveau chef Christophe Guibert sait conjuguer tradition et modernité.
    Et pour lier votre déjeuner à Lapérouse à l’art, pour une expérience complète et étonnante, je vous propose de suivre le parcours « Le Vin dans l’art ». Le grand sommelier Geogres Lepré vous guide au Louvre pour vous donner sa vision des tableaux représentant du vin, avant de vous proposer une dégustation sur-mesure, en lien avec les tableaux admirés, dans un alcôve privée de Lapérouse. Le chef propose même un accord mets et vins en lien avec cette dégustation.
    Visites privées de lieux d’art à Paris : http://www.lesvisitesparticulieres.com/le-vin-dans-art

  • Affligeant

    Menu degustation : pavé de thon sur compote de tomate suivi d’un pavé d’espadon sur compote d’oignon, suivi d’un pavé de boeuf sur compote d’oignon. Grande lassitude. Fromage : trois morceaux imposés et une salade cuite pour avoir trop attendu dans sa sauce. Le mille-feuille à la vanille cherche encore son arôme. Quant à l’accord mets vins, si c’etait pour un bourgeuil de bistrot…
    Je pense (malheureusement) avoir vécu la même experience que Nicolas Dubois ci-dessous, c’est une honte. Et je pense que méme la serveuse en rougissait.

  • Nicolas Dubois

    Un cadre magnifique, et une honte. Franchement. Nous avons pris le menu dégustation, une mascarade de bout en bout, tant au niveau de la construction des plats, des cuissons ou des assaisonnement. J’aime toute sorte de cuisine, qu’on ne me taxe pas de passéiste ou snobinard de l’assiette. J’aime autant la cuisine de bistro que l’avant garde. Mais là, non. Des portions minuscules, des cuissons pas du tout maitrisées, une viande arrivée froide… C’est la seule fois de ma vie dans un restaurant à (bien, bien) plus de 30 € que j’ai eu envie de partir -que dis-je, de me barrer- avant même la fin du plat. Comment, mais comment peut-on facturer ça aussi cher? Même le vin vendu 5 fois son prix! Et l’autre question, c’est comment peut-on même conseiller ce restaurant? Je ne vous trouve même pas léger là-dessus, Monsieur Pudlowski, je vous trouve coupable. Quand je pense au plaisir que j’ai pu tiré de repas chez Michel Bras, au Kitchen Gallery, même chez Fernand, dans des registres différents, et ça… La perlouse est une sorte de Waterworld gastronomique. Un nanard culinaire honteusement surfacturé et prétentieux dans un cadre magnifique.

  • balbous

    Bonjour,

    Je viens de déjeuner à Lpérouse….j’en sors enchanté.
    Le chef a de l’audace dans cet « endroit mythique et chargé d’histoires »
    Nous avons pris la formule déjeuner, et je vous avoue que nous avons été étonné de la qualité et de l’intérèt porté à la matière.
    des associations de saveurs bien dosées, équilibrées.
    Franchement, Bravo à l’équipe et bonne chance pour l’avenir.

    frédéric Balbous

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Lapérouse