4

Laubach : les délices de la Merise

Article du 30 juillet 2020

Cédric & Christelle Deckert, Joël Brendel, le second Maxime Ohlmann © GP

Ils sont les méconnus de l’Alsace du Nord, si riche en belles tables, de Lembach à Gundershoffen, d’Obersteinbach à Morsbronn. Dans une sorte de no man’s land campagnard avec ses deux maisons anciennes et reconstituées en plein champ, entre Pfaffenhoffen et Haguenau, Christelle et Cédric Deckert, qui ont oeuvré au service de Cathy et Jean-Georges Klein, à l’Arnsbourg de Baerenthal, notamment au temps de leurs trois étoiles, ont créé leur propre univers. Certes, on ne se débarrasse comme ça d’une image et d’une identité qui collent à leur itinéraire de vie.

Langoustine, crème au vinaigre de framboise et caviar oscietre © GP

Les appellations de la carte (des « savoureux apéritifs » aux « petites gâteries de fin de repas« ) rappellent l’Arnsbourg dans ses jolis détours. Mais leur chemin se trace avec sobriété. Ainsi avec la cuiller de pommes de terre confite à l’huile d’olive, celle de tomate sur le même mode, le rouleau de printemps aux carottes émincées, comme la divine langoustine en carpaccio, avec sa crème au vinaigre de framboise et caviar osciètre de chez Kaviari (lointain remake d’un plat fameux d’Alain Passard, repris par Cathy Klein, ex stagiaire à l’Arpège).

St-pierre, niçoise de légumes, bouillon de crevettes © GP

On se fait plaisir encore avec le saint-pierre avec sa niçoise de légumes et son splendide bouillon de crevettes grises perlé à l’huile d’olive. Comme avec le rouget avec sa pomme de terre en fine purée, basilic et huile d’olive. Cette Alsace très méditerranéenne s’accompagne de jolis crus d’ici, choisis par le sommelier Joël Brendel, qu’on connut au Cheval Blanc de Lembach, comme le frais muscat Steinstuck 2018 de chez Muré à Rouffach, le pinot gris de Meyer-Fonné Kaefferkopf grand cru 2017 bien sec à Katzenthal, le riesling 2016 un peu perlant de Julien Boxler à Niedermorschwhir et le même cépage en Hengst grand cru 2014 élégant, riche et minéral  signé Josmeyer à Wintzenheim.

Filet de bœuf maturé, beurre à l’alsacienne et compotee d’échalotes © GP

On s’écarte un brin de la région avec la riche syrah de Pierre-Jean Villa en saint-joseph « Tildé » 2017, au fringant nez de violette et de mûre, histoire de s’harmoniser avec le filet de bœuf maturé aux champignons, avec son beurre à l’alsacienne et sa compotée d’échalotes au jus réduit. Les desserts valent l’applaudissement pour leur fraîcheur et leur légèreté, comme le  feuilleté aux abricots  avec sa crème vanillée et la jolie pinacolada en texture, très « Arnsbourg » d’esprit, mais très gourmande; Bref, voilà une perle à redécouvrir.

Feuilleté aux abricots © GP

 

La Merise

7 rue d’Eschbach
67580 Laubach
Tél. 03 88 90 02 61
Menus : 48, 72, 125 €
Carte : 75-115 €
Fermeture hebdo. : lundi soir, mardi, mercredi
Site: www.lamerise.alsace

A propos de cet article

Publié le 30 juillet 2020 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Laubach : les délices de la Merise” : 4 avis

  • MUCKENSTURM

    Pour y avoir déjà mangé à plusieurs reprises pas de doute c’est une table où l’on fait bien de s’installer
    À bientôt

  • Klipfel

    belle grande table

  • Gauthier

    Nous avons dîné et déjeuné plusieurs fois dans ce superbe restaurant et nous avons toujours été enchantés
    La cuisine est de grande qualité le service irréprochable et l’endroit magnifique
    Une belle adresse

  • Marie-France Foradini Henn

    Ns ns connaissons depuis longtemps….ns avons été ds les premiers à venir vs voir à Laubach et il y a 15jours …..émerveillée par la cadre mais aussi par l’évolution de votre cuisine …..parfait !ns avons fait un excellent repas …
    Vs êtes sur la lancée des très très grands ….
    Et surtout vs êtes tellement sympathiques…..
    Ne changez rien !!!

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !