Gérardmer : retour au Rouan

Article du 8 mars 2019

Julien Jeanselme © GP

Sérieux comme un pape, rigoureux comme un bon élève ayant ses gammes chez  les grands, revenu chez lui depuis une décennie, après notamment un passage au Beau Rivage à Lausanne et chez Georges Blanc à Vonnas,  Julien Jeanselme instille, dans un cadre clair et gai de pension de famille avenante et coquette, les marques d’une cuisine vosgienne et légère à sa manière qu’il égrène dans sa table d’hôtel lumineuse.

Bar des Grandes Gueules © GP

Le bar dédié aux « Grandes Gueules », film mythique de Robert Enrico, avec Lino Ventura, Bourvil, Michel Constantin, Marie Dubois, tourné ici même, donne envie de prendre son temps. Les chambres ont fait leur mue sur le mode contemporain. La cuisine de Julien, qui représente la 6e génération de Jeanselme présente ici même, vaut largement l’étape.

Terrine de montagne du papy © GP

Les menus ont de l’idée, jouant le met de nostalgie d’enfance ou le côté végétarien, comme la gourmandise au jour le jour, les prix n’ont guère augmenté depuis notre dernier passage ici même il y a six ans. En cuisine, les idées fusent et rusent. Quel dommage, en revanche, que le personnel ne soit pas vraiment à la hauteur, donnant le sentiment de n’être guère motivé, dans la prise de commande, comme dans le service à la-va-comme-j’te pousse sur le mode de « ce plat, c’est pour qui? »

Tartelette aux sot l’y laisse, potiron et fines herbes © GP

Mais, côté assiettes et qualité, il n’y a guère à y redire. La terrine de montagne du papy Ernest, la jolie soupe de poisson au cappuccino safrané (le met préféré du copain et voisin Michel Philippe des Bas Rupts), la tartelette aux sot l’y laisse, potiron et fines herbes, la fine composition sur le thème des légumes du moment, le sandre en viennoise croustillante avec son écume au raifort, ses frais légumes croquants sont de la meilleure eau, servis en bien généreuses portions.

Sandre en viennoise à l’écume de raifort © GP

On y ajoute le choix de vins malicieux et à bon prix dont le régional et gouleyant côtes de Toul en pinot noir des Lelièvre à Lucey (mais les beaujolais à moins de 20 € font également de belles tentations), plus des plaisirs carnassiers fort réussis comme le carré d’agneau en croûte de chorizo avec son jus corsé au porto ou encore l’escalope de ris de veau aux cèpes, jus relevé au xocopili (le 72 % de Valrhona!): audacieux.

Composition de légumes du moment © GP

Et, in fine, de bien jolies douceurs, comme le parfait glacé au fromage blanc, agrumes et mikado meringué, la composition autour de la pomme, du caramel et de la vanille ou encore le moelleux au chocolat Caraïbes avec son sorbet framboise.

Parfait glacé au fromage blanc, agrumes et mikado meringué © GP

La Table du Rouan à l’hôtel de la Jamagne

2, boulevard de la Jamagne
88400 Gérardmer
Tél. 03 29 63 36 86
Chambres : 70-140 €
Menus : 20 (sem.), 24 (végétarien), 36, 50 €
Carte : 60 €
Site: www.jamagne.com

A propos de cet article

Publié le 8 mars 2019 par
Catégorie : Restaurants, Voyages Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !