2

Paris 14e : à mi-chemin, comme un bonheur qui dure

Article du 26 juin 2018

Valérie Solvit, Virginie et Nordine Labiadh © GP

Un bonheur qui dure? C’est exactement cela: un accueil unique – qu’on a récompensé cette année, au Pudlo Paris 2018 -, une ambiance du tonnerre, des mets vifs, fins, mi-méditerranéens, mi-atlantiques, qui frappent par leur finesse, leur créativité, leur souci de vérité. Nordine Labiadh, on le sait, cuisine entre Zarzis et Paris, à mi-chemin de ces deux pôles, comme il le dit si bien. Et tout ce qu’il propose, avec les vins de coeur choisis par la douce Virginie, est d’une limpidité sans faille.

Thon et mechouia © GP

Sardines au cumin © GP

On adore la cocotte de coques au romarin, échalotes, citron, les sardines de Belle-Ile, séchées au cumin avec sa chermoula, cette jolie sauce condimentée made-in-Maghreb, le foie gras de canard du Périgord, curcuma et pamplemousse, le poulpe à l’encre et persillade et perle blanche, la splendide méchouia au thon, comme le joli gaspacho son sorbet pamplemousse qui sont comme des mets de soleil. L’atmosphère en terrasse est toujours celle d’un lieu de grandes vacances. On échange des propos dans l’air du temps d’une table l’autre. On goûte le franc rosé corse du Clos Ornasca ou le rouge ardéchois La Souteronne d’Hervé Souhard en se disant simplement que la vie est belle.

Foie gras et chutney curcuma, pamplemousse © GP

Cocotte de coques © GP

La mouloukhia tunisienne (paleron de bœuf coupé en gros morceaux, ail, poudre « bsaï », cannelle, carvi, fenouil, piment d’Espelette, huile d’olive, coriandre, concentré de tomate), fait un joli souvenir d’enfance. Le tajine de lieu jaune au raz al hanout et fenouil ou la  pastilla de canard à l’orange font de superbes illustrations de sa manière métissant la cuisine française avec les couleurs et saveurs du Maghreb. Cuisine d’amour et de tendresse, cuissons précieuses, jus courts, épices dosées avec une savante sûreté.

Pastilla de canard à l’orange © GP

Tajine de lieu jaune au raz al hanout et fenouil© GP

On achève avec les crêpes caramélisées aux fruits, menthe, citron, épices douces, un vrai café italien de chez Trinci, une prune de Souillac signée Roque, en remerciant le ciel qu’une telle maison existe. Et l’on comprend que le tout Paris qui sort, comme Alain Kruger, d’On ne parle pas la bouche sur France-Culture, et Valérie Solvit, la reine de la com’ gourmande, auteur de Philocalie et de Louchebem, en ait fait l’une de ses cantines cachées. Le bonheur ici se distille ci sans tralala.

Crêpe caramélisée aux fruits, menthe, citron, épices douces © GP

A Mi-Chemin

31 rue Boulard
Paris 14e
Tél. 01 45 39 56 45
Menus : 22 (déj., formule), 26 (déj.), 38 €
Carte : 45 €
Horaires : 12h-14h, 19h30-23h
Fermeture hebdo. : Lundi, dimanche
Métro(s) proche(s) : Mouton-Duvernet, Denfert-Rochereau
Site: www.restaurant-amichemin.fr

A propos de cet article

Publié le 26 juin 2018 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Paris 14e : à mi-chemin, comme un bonheur qui dure” : 2 avis

  • GERARD POIROT

    Que le Pudlo ait attendu 2018 pour récompenser cette excellente maison comme elle le mérite… Mais bon, mieux vaut tard que jamais !

  • Eric S

    Je dois dire que ce Monsieur est un « mensh », cuisine généreuse et succulente, accueil comme si on se connaissait depuis toujours, Nordine n’a pas renié ses origines, et les a complétée par l’amour et de sa femme et de son pays d’accueil. Un vrai bistro comme dans Razzia sur la Chnouf, on pourrait y avoir son rond de serviette.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !