2

Tavline

« Paris 4e : un voyage chez Tavline »

Article du 10 mai 2017

Lou, Kobi et Keren © GP

Mais non, Tavline n’est pas l’anagramme de Tel Aviv ! Tavline veut dire épices en hébreu et ceux-ci sont explicités sur la carte proposée par Keren Benichou et Kobi Malka. La première a travaillé dans le traiteur et l’événementiel à Paris, le second, formé dans le groupe Ducasse, passé notamment chez Benoît, est né à Tel Aviv, habite à Paris depuis douze ans,  a tenu la Vitrine, qui fut Spring et est devenu Oka, rue de la Tour d’Auvergne. A eux deux, ils créent l’événement depuis janvier dans le Marais avec une table israélienne, fraiche, limpide et drôle.

La ronde des entrées © GP

Ils proposent là, à prix fort raisonnables, les idées de saison qui donnent envie de découvrir les belles saveurs de Tel Aviv, qui souvent cousinent avec le Liban. Houmous avec tahina (la purée de sésame), pois chiches et cumin, aubergine brûlée (un peu trop passée sans doute), avec tomate et paprika fumé, chou fleur rôti joliment relevé à la tahina, pistou et vinaigrette aux graines de tomate ou encore patate douce nappée de tehina.

Boulettes de poissons et lentilles © GP

Calamars sautés et betteraves © GP

On y ajoute de mini betteraves au labné maison (délicieux!) et au zaatar (cousin de l’origan), la foccacia maison avec ses condiments (carottes marocaines, tomates râpées avec cumin et ail confit). On peut goûter les entrées une à une (de 6 à 8 €) ou en dégustation de quatre (18 €). Les assiettes elle-mêmes, issues de faïence marocaine, sont jolies tout pleins. Le rouge Recanati de Haute Galilée, issu de cabernet sauvignon, se boit à la régalade.

La shakshouka « verte » © GP

On ajoute les plats pleins d’esprit (auxquelles on reprochera juste d’être toutes saupoudrées de grenades, poussant un brin à l’uniformisation sur le thème de la douceur). Mais boulettes de poissons grillées aux herbes et épices marocaines sur lit de lentilles au yaourt et citron confit, shakshouka verte avec ses oeufs mijotés aux épinards, blettes, roquette, féta, calamars sautés aux betteraves jaunes sur crème d’oignon et bière Goldstar sont très séducteurs.

Malabi © GP

Le trio © GP

Les biscuits secs au sésame © GP

En desserts, le « trio », mêlant crème Carambar, tapioca à la fleur d’oranger et compote de poires au romarin ou « malabi », le flan libanais à l’eau de rose et pistache, auxquels on ajoute les exquis biscuits secs à la halva, donc au sésame, font retomber en enfance. Allez-y sans oeillères. Vous allez vite aimer Tavline!

La façade © GP

L’enseigne © GP

Tavline

25, rue du Roi de Sicile
Paris 4e
Tél. 09 86 55 65 65
Carte : 35-45 €
Fermeture hebdo. : Lundi, dimanche
Métro(s) proche(s) : Hôtel de Ville, Saint-Paul
Site: www.tavline.fr

A propos de cet article

Publié le 10 mai 2017 par

Tavline” : 2 avis

  • Eric

    Arrivés à 20h45, effectivement sans réservation, 5 tables de libres, pour s’entendre dire, que le resto est plein, que tout est réservé pour le 2ème service de 21h30, quand le succès vous monte à la tête,
    On m’a appris, qu’il est préférable d’avoir le client tout de suite, que de risquer une annulation de dernière minute, un pro saura toujours géré,
    Dommage!

  • Moock

    Je trouve que les plats sont bons par contre c’est un peu cher. N’y allez pas pour avoir une conversation suivie ni secrète ! Beaucoup de monde et donc du bruit et peu d’espace entre les tables .

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Tavline