2

Gallopin

« Paris 2e: le renouveau du Gallopin »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 24 avril 2016
Paolo Abate © GP

Paolo Abate © GP

Mathieu Bucher, qui commence à faire comme son père, Jean-Paul, le fondateur du groupe Flo, cumulant belles adresses comme les prémices d’un empire, a mis la main sur ce chef d’oeuvre en péril qu’est le Gallopin. La maison existe depuis 1876, trône comme une perle, avec ses boiseries, stucs et vitraux, juste derrière le Palais Brongniart, et propose une sage cuisine de brasserie dans la tradition à prix honnêtes.

Hareng pommes à l'huile © GP

Hareng pommes à l’huile © GP

Paolo Abate, que l’on connut de l’autre côté de la place, au Vaudeville, veille avec faconde et bonhommie, tandis qu’on se régale, sans prise de tête, de moelleux filet de hareng pommes à l’huile, pâté en croûte, belle tête de veau, steak tartare et frites maison, château filet de boeuf béarnaise, avant la rituelle omelette norvégienne flambée à l’eau de vie de framboise.

Tête de veau © GP

Tête de veau © GP

On boit un galopin de bière dans son pot en étain ou/et une friande côte de nuits du domaine Durand. Bref, notez à nouveau l’adresse sur votre carnet de valeurs sûres.

Omelette norvégienne © GP

Omelette norvégienne © GP

Gallopin

40, rue Notre Dame des Victoires
Paris 2e
Tél. 01 42 36 45 38
Menus : 22 (formule), 29 €
Carte : 45-55 €
Horaires : 12h-15h, 19h-23h30
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Bourse, Grands Boulevards
Site: gallopin.com

A propos de cet article

Publié le 24 avril 2016 par

Gallopin” : 2 avis

  • BRUN

    Franchement une très bonne brasserie parisienne. Samedi 1er avril 2017 (ce n’est pas un poisson) nous avons vraiment très bien dîner à quatre. Services disponibles et d’une gentillesse extrême.
    La cuisine excellente : le pâté en croûte l’un des meilleurs qu j’ai mangé et j’en ai vraiment mangé beaucoup (même celui du presque voisin WASTERMANN peut se rhabiller), l’œuf meurette sans fausse note.
    Pour suivre grenouilles délicieuses un bémol pas assez persillées (explication : beaucoup de touristes veulent goûter cette spécialité française et donc le chef préfère aller pas trop fort avec la persillade), ris de veau goûteux et quenelle de bar vraiment magnifique.
    Cartes des vins dans les prix des brasseries mais des jolies choses comme ce macon fuissé à 39 €.

  • Goyon

    En effet excellent service et cuisine très bonne , dans un cadre magnifique . A consommer sans modération.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Gallopin