4

Agapé

« Paris 17e: l’envol nippon de l’Agapé »

Article du 19 décembre 2012
Shawn Joyeux et Toshitaka Omiya © GP

Shawn Joyeux et Toshitaka Omiya © GP

Les chefs se suivent à l’Agapé et ne se ressemblent pas. L’essentiel, dans cette demeure discrète où Bertrand Grébaut, le maestro de Septime prit son envol – et où lui succédèrent Guillaume Bracaval et Yohan Lemmonier – est que la qualité demeure. Voilà donc Toshitaka Omiya, qui, comme son patronyme l’indique, est japonais et poursuit sur la lancée de la maison: beaux produits, traitement délicat au mieux de leur fraîcheur et sans tapage. Ce jeune ancien de l’Asperge à Osaka, passé à l’Astor, au Relais d’Auteuil, à l’Arpège et au V époque Legendre, a également poursuivi chez l’élève de ce dernier, Romain Marzet au M64 et aux côtés de David Toutain à l’Agapé Substance.

Potimarron et fenouil © GP

Potimarron et fenouil © GP

Ormeaux, grenade, persil © GP

Ormeaux, grenade, persil © GP

Autant dire qu’il connait la musique. Le maestro de salle, le franco-gallois Shawn Joyeux, ancien de chez Rochat, de chez Guy Savoy et du Bristol, se fait le commentateur éclairé d’une prestation fine, précise, légère. La mousse de potimarron mariée au fenouil glacé, en liminaire, est une belle illustration de ce que l’on trouve là. Il y a ensuite l’ormeau sauvage avec son mixte de grenade et persil (un peu résistant l’ormeau en son morceau principal) qui fait une belle entrée iodée.

Gnocchi et truffes © GP

Gnocchi et truffes © GP

Mais les gnocchis de pommes de terre Agria accordés à la truffe noire du Périgord, qui cousinent avec celles (plus fermes) de Kei, autre Nippon touché par la grâce de la cuisine française, fait un joli complet terrien et léger. On ajoute les saint-jacques de la rade de Brest accordées au choux de Bruxelles, à la menthe et au citron caviar. Il y a encore de jolis morceaux comme l’agneau de lait des Pyrénées avec chou fleur et harissa et le désormais classique de la maison qu’est le veau fumé au bois de hêtre marié tendrement à la burrata et au citron.

Saint-jacques, choux, menthe © GP

Saint-jacques, choux, menthe © GP

En issue, la pomme confite avec crème d’ange et sorbet au cidre fait un joli retour d’enfance. Choix de vins au verre malicieux, comme le champagne rosé cuvée Sèves d’Olivier Hauriot aux Riceys et l’auxey-duresses les Boutonniers 2010 d’Antoine Duprez, qui jouent le naturel avec aisance. Ne chassez pas le naturel…

Pomme confite © GP

Pomme confite © GP

Agapé

51, rue Jouffroy d'Abbans
Paris 17e
Tél. 01 43 80 68 09
Menus : 35 (déj.), 90, 120 €
Carte : 120 €
Fermeture hebdo. : Samedi, dimanche
Métro(s) proche(s) : Wagram
Site: www.agape-paris.fr

A propos de cet article

Publié le 19 décembre 2012 par

Agapé” : 4 avis

  • GERARD POIROT

    A l’Agapé, merveilleuse soirée orchestrée par Laurent Lapaire, hôte incomparable, toujours à l’affût des vins bienveillants (Le Brutal de Jean-Marc du père Binner… l’Insolent, Vinoceros de Chrstophe Guittet…), remarquablement secondé par Gabriel et un service féminin des plus charmants (exit Rachel, welcome Charlotte). Festival de Laurent Cazottes pour finir en beauté (étonnant Petit Epeautre, puis Goutte de Prunelard). Clientèle chic, bonne humeur communicative, tout pour plaire. Une étoile qui en vaut deux !

  • Le Bras evelyne

    Même boire de l’eau coûte un œil !!!!

  • clerc

    Attention l’addition arnaque total prix des vins en total décalage bref à fuir !!!

  • Entre nous, c’est vrai que c’est pas mal, mais c’est surtout l’addition qui s’envole quand on n’y prends pas garde et qu’on choisit à la carte…un retour sur terre un peu dur quand on le réalise quelques heures après.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Agapé