4

Les choses humaines vues par Karine Tuil

Article du 21 août 2019

Les choses humaines: le titre est trompeur. On pense à une histoire d’amour et au poème d’Aragon mis en musique par Jean Ferrat (« j’ai tout appris de toi sur les choses humaines/et je vois désormais le monde à ta façon« , chantait-t-il dans « Que serai-je sans toi? »). Là,  l’amour est présent, mais en contepoint. Nous sommes en pleine confusion médiatique, avec un héros central, Jean, journaliste télévisuel à succès qui défie le temps, s’accroche à son pouvoir et à son image, est prêt à tout pour conserver son émission et son aura, dont l’épouse, Claire, fameuse pour ses engagements féministes, va se détacher de lui, gardant le faux-semblant de leur couple pour la société. Le bel édifice va se fissurer lorsque leur fils va commettre l’irréparable avec une jeune innocente, qui n’est autre que la fille du nouvel amour de Claire. Karine Tuil, qu’on suit depuis ses débuts et qui avait écrit, avec l’Insouciance, paru il y a trois ans, un « bûcher des vanités à la française »  excelle dans la mise en scène critique de la société actuelle à travers des personnages exemplaires, jouant sur leurs peurs d’aujourd’hui, les conflits sociaux, politiques, juridiques et même judiciaires. #metoo, Veinstein & co sont les éléments cruciaux d’un livre dans le vent de l’époque. Qui est coupable, qui ne l’est pas? Le saura-t-on davantage au sortir de ce nouveau thriller politico-social? Au lecteur de se prononcer…

Les choses humaines, de Karine Tuil (Gallimard, 352 pages, 21,90 ).

A propos de cet article

Publié le 21 août 2019 par
Catégorie : Livres Tags :

Les choses humaines vues par Karine Tuil” : 4 avis

  • Caradec

    1ère lecture de cette nouvelle rentrée littéraire : très belle lecture, livre d’une grande justesse, sensible émouvant et réellement attachant.Chacun des personnages nous offre un bouleversant témoignage. Je suis très émue Par ce livre, l’auteur nous touche au cœur. Bien cordialement

  • Cher Gilles, le poème d’Aragon, « Il n’y a pas d’amour heureux », a été mis en musique par Georges Brassens en 1953 et non par Jean Ferrat … décidément quand ca ne veut pas !

  • Bien sûr! Merci de nous lire si bien!

  • Schmitt

    C’est dans  » que serai-je sans toi  » que Ferrat chante Aragon et  » j’ai tout appris de toi sur les choses humaines « 

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !