Phalsbourg: la nouvelle jeunesse des Richert

Article du 10 janvier 2018

Frédéric Metzger avec Netty et Roland Richert © GP

Cette  demeure ancienne qui rajeunit, on la connaît de longue main. On y cultive la tradition comme un bel art, dans un cadre sur lequel le temps n’a guère de prise, le tout sur la grande place où jadis on rendait les armes, face à la statue de Georges Mouton, général d’Empire,  comte de Lobau, celui-là même dont Napoléon disait « mon mouton est un lion ».  Les Richert tiennent la demeure en famille depuis les années 1950.

Amuse-bouche © GP

Raviole de fruits secs au foie gras chaud © GP

Netty et Roland (les parents de ce dernier étaient venus d’Alsace reprendre ce qui s’appelait alors « A la Réunion ») affirmaient vouloir prendre leur retraite. Mais rien n’y fait et c’est tant mieux pour un public nombreux et fidèle qui applaudit aux performances toujours renouvelées. Elle est toujours fringante et alerte en salle. Lui, relayé par le jeune Frédéric Metzger, passé aux Douceurs Marines de Romanswiller, renouvelle le répertoire, au gré de sages menus aux tarifs pondérés.

Carpaccio de saint jacques aux pommes de terre fumées © GP

Bar au corail , épeautre et clémentines © GP

Roland, qui aime le pays basque, va trouver des idées ici et là. Frédéric, qui a également oeuvré au Palais à Biarritz avec Jean-Marie Gautier, l’aide à composer des menus pleins d’esprit. Ces temps-ci, on se régale de foie gras et sa gourmandise en raviole aux fruits secs façon berawecka, carpaccio de coquilles Saint Jacques aux pommes de terre fumées, grains de caviar et kalamansi, bar (attention tout de même à la surcuisson), avec corail, risotto d’épeautre et clémentines pour la note acidulée, enfin tendre chapon d’Alsace avec son cromesquis aux truffes, avant cette jolie douceur qu’est la torche aux marrons avec son frais sorbet mandarine.

Chapon d’Alsace et cromesquis truffé © GP

Vue sur la grand place ©  GP

Là-dessus, on boit classiquement le champagne Laurent-Perrier, le pinot gris signé du beau-frère Jean-Bernard Siebert à Wolxheim, un frais lalande de pomerol plaisir de Siaurac au joli nez truffé, en se disant  que cette maison emblématique d’Alsace et Lorraine, qui unit rigueur et joyeuseté, ambiance tendre et gourmande, sérieux et gaîté, aurait pu figurer dans une scène gourmande de l’Ami Fritz. Santé à tous et bonne année!

Torche aux marrons et sorbet mandarine © GP

Erckmann-Chatrian

14, place d’Armes
57370 Phalsbourg
Tél. 03 87 24 31 33
Chambres : 64-70, 91 (« soirée étape ») €
Menus : 13,50 (déj.), 24, 31,70, 33,40, 46,50 €
Carte : 65-85 €
Site: erckmann-chatrian.net

A propos de cet article

Publié le 10 janvier 2018 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !