> > > > Auberge de la Klauss
2

Auberge de la Klauss

« Montenach: le bonheur de la Klauss »

Article du 22 décembre 2016
Charles Keff avec son canard et ses cochons © Maurice Rougemont

Charles Keff avec son canard et ses cochons © Maurice Rougemont

Il est l’aubergiste lorrain par excellence, le discret de service, l’homme qui parle à l’oreille des canards et des cochons. Marcel Keff les élève, les bichonne, les transforme, les vend, les fait goûter. Dans sa ferme de 1869, où il œuvre en grand manitou restaurateur, relayé par son fils Frédéric aux fourneaux, il est à l’élevage, en cave, en boutique, sillonne les tablées nombreuses et heureuses, raconte une histoire qui est non seulement la sienne, mais celle de sa famille et de son pays, qui est celui des trois frontières.

Le service © Maurice Rougemont

Le service © Maurice Rougemont

La Moselle en sa pointe Nord-Est, regardant vers le Luxembourg, flirtant avec la Sarre, renouant, via la vallée de la Moselle avec Schengen, circulant vers Sierck et son château, est son domaine, son environnement, sa terre. On a envie de dire son royaume. Charles raconte, mais à peine. Sourit, indique une terrine, conseille une omelette, vante une belle viande fermière, montre une bouteille et l’on comprend que le bonheur est là, tout proche.

Les plats (foie gras, confit, magret, omelette norvégienne) © Maurice Rougemont

Les plats (foie gras, confit, magret, omelette norvégienne) © Maurice Rougemont

On a pris place dans la grande salle rustique pour la fête des choses simples et bonnes: foie gras mi-cuit, cru, frais, poêlé, en copeau, au sel de Guérande, poêlé au chutney de figues ou de pommes, charcuteries mitonnées à demeure (pâté, terrine et hure de jambon de porc, de cerf et de sanglier), salades fraîches exquises comme le céleri rémoulade, omelette nature ou aux fines herbes, au lard, aux gésiers, aux champignons, aux truffes de Meuse, truite au bleu ou aux amandes, entrecôte marchand de vin,  flanqués d’admirables pommes de terre craquantes, et puis encore soufflé glacé ou omelette norvégienne flambée à la mirabelle: voilà ce qui vous attend.

Charcuteries maison © GP

Charcuteries maison © GP

On boit le frais auxerrois ou encore le fringant pinot noir de Haute Kontz au domaine du Mur du Cloître de chez Paquet et l’on est prêt à entonner le grand chant de la Lorraine gourmande au moment où l’on sert la mirabelle de Rozelieures ou de Petite-Hettange. La Klauss ? Une maison du bonheur, tout simplement…

La fidèle Bernadette, 41 ans de maison © GP

La fidèle Bernadette, 41 ans de maison © GP

Façade © GP

Façade © GP

Auberge de la Klauss

1, route Kirschnaumen
57480 Montenach
Tél. 03 82 83 72 38
Menus : 18, 35, 60 €
Carte : 45-55 €
Fermeture hebdo. : Lundi
Site: www.auberge-de-la-klauss.com

A propos de cet article

Publié le 22 décembre 2016 par

Auberge de la Klauss” : 2 avis

  • Vous avez raison: Charles est à Montenach, à la Klauss, son frère Marcel est, lui, à la Lorraine de Zoufftgen. Bien à vous,

  • Michel

    Bonjour,
    ce n’est pas « Marcel » mais « Charles » KEFF qui tient l’auberge de la Klauss à Montenach
    😉

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Auberge de la Klauss