> > > > Le Tournon
1

Le Tournon

« Ma vie au Tournon (Paris 6e) »

Article du 14 novembre 2011

Aline et Patrick Canal © GP

Ce café historique, vous le connaissez tous. Vous êtes passé au moins une fois devant, l’avez vu – que dis-je ! -, admiré au cinéma (Michel Deville y tourna « Le Mouton Enragé » avec Jean-Pierre Cassel, Romy Schneider et Jean-Louis Trintignant) ou au détour d’un roman (« le Café de la Jeunesse Perdue » de Patrick Modiano). Si vous lisez les plaques sur les façades, vous savez que Joseph Roth, l’immortel auteur viennois de « la Marche de Radetzky », y écrivit avec assiduité entre 1937 et 1939. Bref, voilà un lieu avant d’être un bar où l’on boit et mange, qui a gardé son âme. Mais aussi son zinc, ses fresques sur le thème du proche Jardin du Luxembourg, comme son plafond chantourné très années 1950.

Rillettes en terrine © GP

Oeuf mayo © GP

Laurent Chaînel, qui a repris le Verbalon dans le 13e et le Mauzac dans le Ve, l’a relancé avec succès et veille de loin sur le bon frichti ici servi. Autant sur les produits de qualité, les mets soignés, que les vins sélectionnés avec un nez sans faille. Il a mis là en place une équipe de gérants sérieux et souriants, Aline et Patrick Canal, qui s’affairent en salle et en cuisine. Lui a travaillé à la Tour d’Argent avec Manuel Martinez, mais aussi au Bristol, c’est dire qu’il connaît son affaire. Elle propose avec verve des crus issus d’une carte affriolante, comme les mets changeants au gré de l’ardoise et de la saison, suivant le mouvement des choses.

Brandade de morue © GP

On vient ici pour le foie gras sous toutes ses formes, l’œuf mayonnaise, la terrine de rillettes, la brandade de morue, les belles viandes, comme la côte de bœuf à partager pour deux, l’entrecôte ou l’onglet, l’andouillette AAAAA de chez Gilbert Lemelle à Troyes, sans omettre le lièvre à la royale qui jouait ce midi les grands plats bourgeois du jour. On y ajoute, en issue, le cheese cake, le macaron glacé ou encore le financier avec sa mousse au chocolat servi avec une glace à la vanille.

Andouillette de Troyes © GP

Le plus de la maison – on le suggérait en liminaire -, ce sont les crus probants: un fruité chiroubles de chez Morin, vif comme l’onde, un plaisant aligoté pour se faire la bouche en liminaire ou un surprenant rivesaltes très « vieux porto », avec son nez chocolaté, pour le dessert.

Financier au chocolat © GP

Petit détail: les couteaux maison sont signés Opinel et des plaids sont prêtés aux amoureux de la terrasse qui permet de prolonger les beaux jours, face au Sénat. D’ailleurs, mon pote Jean-Loup Reverier qui vient de quitter la direction des pages régionales du Point pour le cabinet du président de la toute voisine Haute Assemblée, Jean-Pierre Bel, est là, déjà, aux premières loges. Un signe…

Le Tournon

18, rue de Tournon
Paris 6e
Tél. 01 43 26 16 16
Carte : 35-45 €
Horaires : 8h-23h30 (dimanche : 10h-18h)
Métro(s) proche(s) : Odéon
Site: www.cafetournon.com

A propos de cet article

Publié le 14 novembre 2011 par

Le Tournon” : 1 avis

  • Claudio & Adriana Leoni

    Hello everyone & sorry for writing in English (though we’re italian…)! We’ve been in this small lovely place for 26th December’s lunch and everything was Ok and even more: jambon de pays, terrine de campagne, foie gras au torchon and merlu aux herbes (absolutely excellent). We’ve drank two glasses of a sparkling (and delicious) « Roc’ambulle », a « pot » of Jurançon sec and two more glasses of Madiran – not enough space for dessert (next time…), but after two well-made espresso coffees (remember, we’re italian)we went out with about 100 Euros less but definitely satisfied! P.S.: look for a place like this in Italy on the same day, if You can…

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Le Tournon