Drusenheim : Ludovic et les siens

Article du 24 août 2021

L’équipe en famille © GP

Il a travaillé douze ans durant au Crocodile, n’a que 33 ans, est installé depuis l’automne 2018 à Drusenheim au Gourmet : autant dire que toute une carrière s’est écrite déjà pour Ludovic Kientz, rue de l’Outre, avec Emile Jung, puis Philippe Bohrer, puis Cédric Moulot. Le voilà à son compte, de retour du côté de ses origines, dans ces environs de Strasbourg côté Nord, proche du Rhin. Sa grande maison blanche, bâtie dans les années 1950, revue en, halte moderne, avec sa compagne, la dynamique Sandie Ling, qui a appris la sommellerie chez Michel et Sébastien Bras à Laguiole en compagnie du malicieux Sergio Calderon, charme sans mal.

Golden de foie gras © GP

Au-delà du grand parking, où l’on se gare sans mal, du bout de forêt, bien à l’écart du village, il y a la salle claire et lumineuse aux tables bien espacées, ce service dynamique, ses menus fort soignés, ses propositions généreuses, son choix de vins qui vous emmène bien au-delà de la région. Le crémant de Neumeyer à Molsheim est une invite, mais le maury du Mas Amiel, qui épouse le foie gras, et le rouge Laurus en Beaumes de Venise de Gabriel Meffre, comme le savagnin l’inattendue côté Jura du château de l’Etoile vous emmène ailleurs.

Carpaccio de langoustine © GP

L’idée d’un repas ici même? Le velouté de courgettes à boire en amuse-bouche, le « golden » foie gras de canard à la feuille d’or, avec son chutney de cerises et sa brioche toastée, le carpaccio de langoustine, avec sa marinade de petits légumes et sa couronne de concombre, comme le délicieux œuf parfait bio, avec sa mousseline de pommes de terre à la truffe d’été, sa sauce Albufera, le filet de bœuf Simmenthal aux pommes de terre nouvelles et ses légumes de la ferme, condiment à l’ail noir et sauce vin rouge font bel effet.

Oeuf parfait aux truffes d’été © GP

On n’oublie pas les jolis crus d’Alsace, conseillés par Sandie, comme l’auxerrois de la cave de Cleebourg, le riesling vieilles vignes de Trimbach à Ribeauvillé et le fruité pinot noir de Marcel Huug à Bergheim qui s’harmonise sans mal avec le joli jus de viande. Les desserts, comme le sorbet citron, fruits du moment, crème mascarpone, le crémeux vanille, avec ses abricots rôtis au miel et son sorbet abricot ou encore le joli vacherin glacé, fraise, fromage blanc et framboise, avec son fond de biscuit craquant sur ses sorbets, d’un bel équilibre thermique et gustatif.

Filet de boeuf Simmenthal © GP

Bref, voilà une belle table alsacienne à noter d’une pierre blanche. Jolis menus équilibrés à tarifs sages.

Crémeux vanille et abricots © GP

Au Gourmet

4 Rte de Herrlisheim

67410 Drusenheim

Tél. : 03 88 53 30 60

Fermeture hebdo : dim. soir, lundi, mardi, mercredi midi.

Menus : 49, 59, 71 €.

Carte : 75 €.

Site : www.au-gourmet.fr

 

A propos de cet article

Publié le 24 août 2021 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !