Quand François Cérésa se prend pour Errol Flyn

Article du 29 octobre 2019

Dans son précédent roman, notre François Cérésa national, l’auteur de « Poupe », du « Cimetière des grands enfants » et du « Lys Blanc », prenait sa femme pour Jane Fonda (« L’une et l’autre« ). Dans son petit dernier, il s’imagine en Errol Flynn, se transforme en Robin des Bois bondissant, tout cela parce que sur une plage de Juan-les-Pins le célèbre acteur américain a offert sa Reverso à sa mère. Dès qu’il met la fameuse montre à son poignet, le gars François se transforme en héros intrépide, séducteur impénitent, bourlingueur, aventurier. On connaît  l’argument utilisé jadis par James Thurber pour « la Vie secrète de Walter Mitty ». François, devenu Patrick dans son livre, se remémore ses débuts de journaliste au Quotidien de Paris au Nouvel Os, ses parties de tennis endiablées, charme les dames, passe de Lupe Velez à sa compagne Marianne, mêle à ses pas à ceux de « Gentleman Jim« . On ne vous raconte pas, on déflore pas le suspense assez lâche qui relie ensemble deux destins croisés. C’est cocasse, burlesque, cinéphilique. Et finalement tonique!

La Montre d’Errol Flyn, de François Cérésa (Ecriture, 254 pages, 18 €).

A propos de cet article

Publié le 29 octobre 2019 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !