> > > > Auberge du Bon Laboureur

Auberge du Bon Laboureur

« Chenonceaux : bon laboureur et exquis aubergiste »

Article du 10 mai 2019

Antoine Jeudi © GP

Antoine Jeudi, qui représente la 4e génération d’aubergistes présents depuis 1913 à Chenonceaux (avec un « x » le village, sans pour le château), n’a jamais été si performant depuis la perte de son étoile chez Michelin – assez incompréhensible, du reste,  pour tous les gourmets du Val de Loire. La maison avec ses fleurs, son lierre, sa glycine, sa verdure, s’embellit, s’est agrandie depuis ses débuts, avec ses cinq demeures aujourd’hui, ses chambres de charme, ses jardinets, ses recoins douillets, ses couleurs.

Un salon © GP

Un coin jardin © GP

Son auberge a pris une dimension neuve, sous l’impulsion de son épouse Isabelle avec des lignes contemporaines, des salles à manger sobres et sans chichi. La cuisine d’Antoine? Subtile, régionale, enracinée, avec des idées de technique légère et toujours bienvenues, jouant l’esthétique au goût du jour. Des exemples? Le pâté de Pâques avec oeuf et foie gras, les asperges de Touraine avec sa mousse de chèvre avec ses copeaux de fromage, le foie gras de canard de la Maison Andignac poché, avec mangue, sablé aux épices Kawa et cacahuètes grillées ou encore le blanc-manger de Loire (le sandre en mousse) avec sa gaufre, sa crème raifort, son caviar de Sologne.

Gaufre et blanc-manger de Loire © GP

Le foie gras poché © GP

On y ajoute le sandre au beurre blanc avec ses pommes grenailles et ses radis ou l’épaule d’agneau confite de 72h, jus corsé et sa crème d’ail. Bref, une cuisine vive, finaude, classique, sans manière, ni chichi, qui joue la vérité en majesté. On ajoute les jolis vins de la région au diapason, comme le blanc sauvignon, vif et tendre à la fois, parfait pour démarrer le repas, du domaine de la Chapinière ou le subtil chinon les Grézeaux de chez Bernard Baudry à Cravant-les-Coteaux.

Le sandre au beurre blanc © GP

Epaule d’agneau confite © GP

On achève sur des desserts enlevés, comme les mousses chocolat et poire, le gratin de chocolat blanc, fraise, pomme et rhubarbe ou encore le chocolat Varhona cœur de guanaja au poivre voatsiperifery et orelys avec glace au poivre de Sichuan. Avant de se promettre de revenir très rapidement.

Chocolat Guanaja © GP

Gratin de rhubarbe et fraise © GP

Auberge du Bon Laboureur

6 rue Bretonneau
37150 Chenonceaux
Tél. 02 47 23 90 02
Chambres : 142-280 €
Menus : 32, 41, 58, 115 €
Carte : 75 €
Fermeture hebdo. : mardi midi
Site: www.bonlaboureur.com

A propos de cet article

Publié le 10 mai 2019 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Auberge du Bon Laboureur