1

Edgar Mahler, le maestro des façades

Article du 27 décembre 2010

La façade de Christian illuminée © GP

Je parle souvent de lui. Son nom est connu dans le nord de l’Alsace d’où il est originaire mais qui se cache derrière son nom? Ce dernier est prédestiné. « Maler », sans « h », en allemand, veut dire « peintre ». Or Edgar, natif de Mietiesheim, est l’homme qui peint les façades en Alsace. Celles de Christian, le fameux pâtissier de la rue de l’Outre à  Strasbourg, de l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern ou de l’Agneau à Pfaffenhoffen, c’est lui. D’ailleurs, dans cette dernière commune, proche de son village d’Engwiller et au cœur du très traditionaliste pays de Hanau, Edgar a multiplié les œuvres murales.

Edgar peignant le pâtissier Christian au chocolat © Maurice Rougemont

Edgar peignant le pâtissier Christian au chocolat © Maurice Rougemont

Là, des légumes qui se transforment, un étrange général Cornichon, une horloge qui inverse la marche du temps… c’est sa manière à lui de raconter le monde comme il va, à la lumière d’hier. Ce brillant élève des Beaux Arts, reçu avec les félicitations du jury, a subi un traumatisme dans l’enfance, quand son père, PDG de l’entreprise de jus de fruits Cidou est remplacé, renversé devrait-on dire, par son frère, perdant son poste et son pouvoir. L’inversion des mondes, les hommes qui tirent les chevaux, qui prennent la place des animaux et ces derniers qui s’arrogent le pouvoir : voilà sa marque.

Que l’on trouve ici sur un mur, là sur une fresque. Cent vingt façades en Alsace portent l’estampille Mahler. Dont une multitude de pâtisseries, outre Christian à Strasbourg, la toute première, celle qui fera sa gloire, Gilg à Munster, Rebert à Wissembourg, Wach à Sélestat. Mais encore d’autres entreprises vénérables, telle l’ENA strasbourgeoise. Et beaucoup de winstubs, tavernes, brasseries font appel à ses talents, de Colmar (Côté Cour) à Paris (l’Alsaco, près de la gare de l’Est), sans omettre le centre Alsace, avec cette fresque exemplaire des animaux en carriole tirés par des humains qui figurent à l’Illwald, non loin de la mystérieuse forêt du même nom.

Edgar peignant le pâtissier Christian au chocolat © Maurice Rougemont

Edgar peignant le pâtissier Christian au chocolat © Maurice Rougemont

Peintre humaniste, volontiers allégorique, Edgar Mahler a emprunté une bonne part de son inspiration au génial et méconnu Wendling Grapp dit Wenzel Dieterlin, né à Pullendorf dans le Wurtemberg en 1550, mort à Strasbourg en 1599.  Ce dernier, qui était à la fois graveur, peintre, imprimeur et architecte, décora notamment la Neuer Bau, devenue la Chambre de Commerce et d’Industrie strasbourgeoise, place Gutenberg. Sortilèges, symboles multiples, anamorphismes : on retrouve là la source de l’esprit Mahler.

L’autre jour, Edgar peignait la façade d’un chic bazar de Ribeauvillé. Un mois plus tard, il s’échinait sur le mur d’entrée du Lion d’Or, une auberge de la Petite Pierre. Tout le monde commande du Mahler. Certains lui reprochent de faire des façades « germaniques ». Ils ont tort bien sûr. Ce donneur de bonheur qui picote l’œil avec joliesse, exalte une promenade, interpelle le marcheur ou le gourmand avec ses histoires ensorcelées a pris son envol là où le Rhin prend sa source. Est-ce un hasard si sa mère est née à Schaffhouse, à l’endroit précis où Goethe et les romantiques allemands venaient s’extasier sur les chutes tourbillonnantes du fleuve ? A deux pas de là, à Stein-am-Rhein, sur les bords du lac Constance, règnent des façades peintes à l’insolite beauté.

Edgar Mahler, 14 Rue Noyers, 67350 Engwiller. Tél. 03 88 90 35 76

A propos de cet article

Publié le 27 décembre 2010 par

Edgar Mahler, le maestro des façades” : 1 avis

  • Peter Frei

    Hallo Edgar
    Monika und ich (Peter) dein Cousin werden für 2 Tage in eurer Gegend sein. Wir haben ein Hotelzimmer in Obermodern-Zutzendorf gebucht. Es wäre schön wenn wir dich und/oder Remy treffen könnten. Habt ihr Zeit für ein Nachtessen, gerne würde ich euch einladen.

    Liebe Grüsse aus der Schweiz
    Peter und Monika

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !