Le charme discret de l’Hambourgeoisie

Article du 14 mars 2014
Vue sur l'Alster © GP

Vue sur l’Alster © GP

Début de matinée ensoleillée sur l’Alster que les mouettes semblent balayer en tournoyant. Un coup de vent a balayé le ciel qui, de gris perle, est devenu d’un bleu éclatant. Hôtel Vierjahreszeiten, chambre 204: la vue du lac domine la ligne d’horizon. On a reconstruit la ville après la guerre. Aucun immeuble ne nargue la pointe effilée des clochers.

L'hôtel Vierjahreszeiten © GP

L’hôtel Vierjahreszeiten © GP

Toute la journée, on a traîné dans les galeries couvertes, fait du lèche-vitrine,  hésité entre le Ganzemarkt et la Levantehaus, pris un verre sous les arcades qui lorgnent l’hôtel de ville, dérivé sur la Jungfernstieg (la légendaire « chaussée des vierges »). Au siècle dernier, les jeunes filles de la bonne société hambourgeoise s’y promenaient sans se hâter.

Alsterarcaden © GP

Alsterarcaden © GP

Désormais, elles font leurs courses à l’Alsterhaus, sorte de Galeries Lafayette locales, ou encore chez Ferragamo, Boss, Hermès, Cartier, aux Alsterarcaden, bâties, de 1844 à 1846, par le français Alexis de Châteauneuf. Cette construction modèle, avec ses colonnes se reflétant sur l’eau, lui confère un air de Venise du Nord. Jeunes Hambourgeois d’aujourd’hui se réfugient non loin, à l’Alster Pavillon que fréquentait Henri Heine et qui conserve, malgré sa modernisation, des grâces années 1950.

Speicherstadt © GP

Speicherstadt © GP

Hambourg, la plus riche des métropoles germaniques, regarde vers l’Angleterre. On y parle allemand avec un accent traînant. On est fier d’être négociant de père en fils, d’aller savourer des huîtres en famille dans les salons du Cölln’s, un poisson au port au Fischereihafen, une grillade au Carls face à la neuve Elbephilharmonie. On mange désormais plus finement qu’à Berlin ou Munich au Haerlin, au Se7enSeas, au Canard nouveau, au Louis C. Jacob comme au Landhaus Scherrer sur l’Elbchaussee, l’avenue la plus chère d’Europe, que bordent les demeures Jugendstil.

Chez Henssler & Henssler © GP

Chez Henssler & Henssler © GP

Mode et branchée, chic et soignée, riche, quoique comptant ses sous, l’hambourgeoisie se fait fête dans les restaurants mode, au Henssler & Henssler, comme au Rive Bistrot sur le port. Christoph Rüffer, cuisinier-star du Haerlin au vieux Vierjahreszeiten rénové en beauté, joue la modestie en majestie et impose  avec talent et rigueur ses créations primesautières. Voilà autant de signes que la belle de la Hanse demeure dans le vent.

Le voyageur regardant la mer des nuages © GP

Le voyageur regardant la mer des nuages © GP

Le Hambourgeois est fier de sa ville. S’elle n’a possède de monument notable, la Bourse est la plus ancienne d’Allemagne. Et le musée des Beaux Arts, qui contient le fameux « voyageur contemplant la mer des nuages » de Caspar David Friedrich, se prolonge d’un galerie moderne aux airs cubiques. Ses records? 2469 ponts, davantage qu’à Venise, Amsterdam ou Chicago, auquel maints traits, comme la dérive au fil des maisons de verre, près des canaux, l’apparentent.

Chilehaus © GP

Chilehaus © GP

La Chilehaus (maison du Chili), bâtisse d’angle des années 20, la Speicherstadt (« cité des comptoirs »), le port franc, avec ses entrepôts de briques, ses sacs de jute gorgés de grains de cafés ou de thé, ses tapis persans, son musée des épices, ses caves à harengs, valent la visite appliquée.

Décoration sur une demeure © GP

Décoration sur une demeure © GP

Hambourg prend ses aises à Blankenese, où Karl Lagerfeld – qui expose ses modèles au musée d’art contemporain, en parallèle avec les muses de Feuerbach – possède sa demeure cachée. Ou encore sur le Neuer Wall, où Jill Sander, autre native de la ville, a ouvert sa boutique de référence. Cette immense ville offre ses promenades infinies, ses plaisirs variés. Un week-end ne suffit pas à épuiser les charmes.

Lagerfeld au musée © GP

Lagerfeld au musée © GP

Renseignements. Tél. + 49 (0) 40.300.51.300. www.hamburg-tourism.de

A propos de cet article

Publié le 14 mars 2014 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !