Un bol d’air à St Malo

Article du 30 septembre 2010

Intra muros © GP

D’abord la mer et l’air vif sur le Sillon. Les grandes marées, les plus violentes d’Europe, la mer déchaînée, qui se rue sur la digue, vient lécher le sol. C’est un spectacle dont on ne se lasse guère. Malgré les destructions, les guerres, les incendies, Saint-Malo a traversé les siècles avec superbe. Corsaire, elle a vu naître Chateaubriand, Lamennais, Duguay-Trouin, Surcouf, Jacques Cartier, le découvreur du Canada, ou Mahé de la Bourdonnais, le premier gouverneur de l’île Maurice. Cité touristique, elle cumule deux millions de visiteurs annuels.

La grande digue © GP

Elle s’enorgueillit de son titre de plage fétiche des « bobos ». Le TGV l’a rapproché de Paris, en faisant une halte de week-end. Non loin du Mont-Saint-Michel, de ses voisines au charme rétro, Dinard, Saint-Cast-le-Guildo, Saint Lunaire, dont la Rance la sépare. Saint-Malo, c’est un monde. Dans les années 196O, on a regroupé, autour de la ville « intra muros », le faubourg chic de Saint-Servan, avec ses jardins, sa tour Solidor, sa corniche d’Aleth, puis les voisines faubouriennes de Paramé, avec ses plages du Casino et de Rochebonne, enfin Rothéneuf, son anse fermée, ses dunes, ses rochers sculptés à même le sol par un curé hémiplégique, l’abbé Fouré, qui fut le « Facteur Cheval » d’ici.

L’île du Grand bé © GP

Jadis, elle se contentait de faire mirer son patrimoine, ses maisons d’armateurs, son manoir Jacques Cartier, son Fort National, bâti par Vauban ou l’île du Grand Bé où est enterré Chateaubriand, qu’on atteint, à marée basse, à pied sec. Le petit aquarium, dans un magasin d’artillerie, avec ses 35 bacs d’eau douce, se double d’un aquarium géant, avec ses huit grandes salles, son parcours sur les traces des navigateurs, son épave de galion, le « Vaisseau englouti ». Les festivals marquent les saisons de la ville. Le plus culturel: « Etonnants Voyageurs », dédié aux aventuriers de la plume.

Hôtel Beaufort © GP

La plupart des hôtels et des restaurants sont ouverts à l’année. Mark et Sylvie Peterson, lui Américain de l’Iowa, elle Malouine pur cru, ont ainsi redonné son âme à une demeure de bord de digue: le Beaufort, revu dans le goût Nouvelle Angleterre. C’est le signe que Saint-Malo se trouve au seuil d’une époque neuve, celle où la mode « Côté Ouest » la fait surfer sur la crête de la vague.

Une chambre au Beaufort © DR

 

Y aller

TGV Paris- Saint-Malo: 2h50. www.sncf.com

Dormir

Hôtel Beaufort, 25 chaussée du Sillon. Tél. 02.99.40.99.99. 22 ch.81-241 €. Demeure particulière, avec sa déco Nouvelle Angleterre, ses chambres mignonnettes, certaines en bow–windows, sa vue sur la mer, en ligne de mire sur la digue.

Rapporter

Fromages chez Bordier, confiseries chez Guella, craquelins à la Maison du Craquelin, chocolats et galettes chez Taffin. Cadeaux bretons à la Droguerie de Marine, à St Servan.

Utile

CDT Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine 5 rue du Pré Botté – BP 60149 – 35101 Rennes cedex 3 – Tél. 02 99 78 47 40. Site internet : www.bretagne35.com

Office du Tourisme, esplanade St Vincent. 35400 St Malo. Tél. 0825 135 200.

A propos de cet article

Publié le 30 septembre 2010 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !