1

Lato, Kritsa, la Crète éternelle

Article du 25 août 2010
Lato, une antique cité dorienne © Maurice Rougemont

Lato, une antique cité dorienne © Maurice Rougemont

« C’est là, dans la Crète orientale, au-dessus d’Aghios Nikolaos, à une heure de montée du village de Kritsa, que je découvris un de ces sites comme seule la Grèce et la Turquie du sud vous en proposent encore« . C’est après avoir relu l’Eté Grec (Plon « Terre Humaine », 1975) pour la énième fois que je remontais vers Lato, « une ville ancienne étagée sur des versants recouverts de broussailles, à peine dégagées des herbes et des rocs par des fouilles oubliées et retournées depuis à son destin d’empire des grillons », dit encore Jacques Lacarrière.

Lato et la vue sur Mirabello © Maurice Rougemont

Lato et la vue sur Mirabello © Maurice Rougemont

Le site n’a pas changé. Cette antique cité dorienne du VIIe siècle avant JC, avec son vaste puits central, son agora avec ses gradins, son théâtre, son temple, son Prytanée, impressionne. On admire la grandeur du lieu, on évalue ce que fut sa richesse, on imagine sa construction, pierre à pierre sous un soleil de plomb. La vue plein cadre sur Mirabello et sa baie offre un panorama époustouflant entre mer et montagne, résumant la Crète, le pays des dieux, de Zeus, d’Icare: l’infini de la montagne aride et l’horizon bleu de la mer« , note encore Lacarrière. L’entrée coûte deux euros. C’est le prix modique d’un voyage vers l’infini.

La marchande de dentelles © Maurice Rougemont

La marchande de dentelles © Maurice Rougemont

Plus bas, à 5 mn à peine en voiture, on découvre le beau village de Kritsa, avec ses maisons authentiques accrochées à la montagne, ses cafés colorés, ses boutiques variées qui vendent l’ouzo et le raki, les vins grecs, comme l’huile d’olive d’ici, ses dames qui jouent du crochet et de la dentelle pour les touristes et font admirer leurs oeuvres, son coutelier moustachu, Georges Lagadinos, qui propose ses lames fines et précieuses pour la cuisine, pour le plaisir.

Le Coutelier George Lagadinos © Maurice Rougemont

Le Coutelier George Lagadinos © Maurice Rougemont

On achète ici et là des bidons ou des flacons d’huile locale, des faïences colorées, des savons parfumés. Et on prend le temps de boire, dans une taverne authentique, en terrasse sur la rue montante, le jus de fruits frais, le soda pétillant ou le cappuccino frappé, en goûtant tzatziki ou omelette. Puis, on reprend la route vers la mer.

Deux Crétoises sur un banc à Kritsa © Maurice Rougemont

Deux Crétoises sur un banc à Kritsa © Maurice Rougemont

Se cache dans un champ, à gauche du village, sur le retour vers Aghios, une dernière merveille: l’église byzantine de Panagha Kéra avec sa simple façade à coupole et ses fresques splendides du XIVe siècle dédiée à la Vierge. Lato, Krista, Panagha Kéra: trois images de la Crète éternelle.

Deux clients au Café Platanos © Maurice Rougemont

Deux clients au Café Platanos © Maurice Rougemont

HAEKTPON (Ambre), Georges Lagadinos et Maria Verda, Kritsa (Crète). Tél. +30 28410 52061. Pour la collections de jolis couteaux crétois.

Le Café Platanos © Maurice Rougemont

Le Café Platanos © Maurice Rougemont

Platanos, Manolis Pagalos, Kritsa (Crète).Tél +30 28410.51230. Carte : 20€. Petite taverne simple et exquise pour boire ou se restaurer avec gentillesse

A propos de cet article

Publié le 25 août 2010 par

Lato, Kritsa, la Crète éternelle” : 1 avis

  • jbzeimet

    merci pour les infos

    je suis à Plaka et je me prépare à suivre vos traces

    Jbzeimet

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !