6

L'Auberge du Pont de Collonges

« Lyon: quoi de neuf ? Bocuse ! »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 15 septembre 2012

Paul Bocuse © Maurice Rougemont

« Quoi de neuf ? Que du vieux…. », dit l’adage. Chez Bocuse, tout change et rien ne change. La soupe de truffes VGE, la nage de homard en gelée, le rouget en écailles de pommes de terre croustillantes, le sorbet au vin rouge dit « granité des vignerons du beaujolais », la volaille de Bresse à la broche, avec ses girollles légèrement aillées, ses haricots verts, ses pommes de terre soufflées, les (merveilleux) fromages de la mère Richard (dont le saint-marcellin coulant et le saint-nectaire au goût de terre), les délices et gourmandises, avec le gâteau Président ou l’Ambassadeur aux fruits confits de Bernachon, la divine crème brûlée, la glace vanille et le coulis de fraise : voilà l’idée d’un repas à Collonges-au-Mont-d’Or, face à la Saône.

Chez Paul Bocuse © Maurice Rougemont

Mais on ne pas chez Paul Bocuse comme on se rend dans n’importe quel restaurant. La perfection est ici une seconde nature. La cuisine dirigée par le MOF, natif de Mulhouse, Christophe Muller, est digne de la légende bocusienne. Les vins (condrieu les Terrasses de l’Empire de Vernay, côte rôtie Bassenon de Cuilleron) sont au diapason. Mais surtout le maître est fidèle à lui-même.

Paul Bocuse et son tatouage © Maurice Rougemont

A 86 ans, il a tout vu, a voyagé, s’est amusé, reste chez lui désormais, mais n’est pas avare de beaux projets. Il s’apprête à rouvrir l’Auberge de Fond Rose en décembre, à lancer, dans l’Hôtel Dieu, sur les quais du Rhône, une brasserie à son nom, sans omettre un nouvel établissement dans le quartier Mon Plaisir. Bref, on n’arrête jamais le mouvement chez ce diable d’homme qui joue les deus ex machina de son métier, créant l’événement à feu continu, réinventant le monde à sa façon.

Plats © Maurice Rougemont

Desserts © Maurice Rougemont

Desserts © Maurice Rougemont

Il est l’homme qui a fait sortir les chefs de leurs fourneaux, le médiatiseur de la cuisine mondiale, le rassembleur et le propagateur d’énergie, sans jamais cesser de vanter les mérites de la région Rhône-Alpes en général.

A table © Maurice Rougemont

Un repas chez lui est non seulement un plaisir, mais une sorte de pèlerinage pour tout gourmet raisonné qui veut revenir au vrai goût des choses.

L'Auberge du Pont de Collonges


69660 Collonges-au-Mont-d’Or
Tél. 04 72 42 90 90
Menus : 22 (enf.), 145, 185, 230 €
Carte : 180-250 €
Site: www.bocuse.fr

A propos de cet article

Publié le 15 septembre 2012 par

L'Auberge du Pont de Collonges” : 6 avis

  • gonon

    Me concernant; je suis de 83… Lol, gamin !

  • gonon

    Anne, est-ce l’unique cause de votre mécontentement :

     »…le chef ne nous a pas adressé la parole, il s’est simplement installé entre deux d’entre nous en nous demandant « photo ? »…  »

  • Jean-Marc GONON

    J’ai toujours eu un faible pour la cuisine de notre terre et plus particulièrement pour celle de Chef PAUL, chez lui je retrouve à chaque fois les saveurs de mon enfance avec ce quelque chose d’inventivité qui ne dégénère jamais la noblesse des mets travaillés entre ses mains, une qualité de poissons (en croûte par exemple) de viandes, ainsi que ses immenses chariots de desserts ou les mots ne suffisent plus pour en parler…
    Le mieux c’est de lui rendre visite ou pour des prix similaires à d’autres R&C, vous aurez en plus l’expérience du seul plus grand chef au monde (d’après guerre) et qui encore aujourd’hui reste « the best » de notre si belle cuisine de France…. Merci à vous Chef pour m’offrir la continuité de mon rêve, celui d’un gamin de cinq ans et qui depuis perdure à travers vous , Merci pour cette excellence de l’Art Culinaire à la Française.
    Un gamin de Roanne, qui reviendra à votre table des que les médecins lui lâcherons les couverts ! Car oui c’est aussi un véritable guérisseur simplement j’ose dire en nous faisans saliver, Un repas chez vous est nettement supérieur en résultat au bloc de mon chirurgien, vous devriez même être remboursé par la Sécurité Sociale 😉
    Respectueuses pensées aux vôtres et à toute votre équipe

  • Anne

    Comme je suis déçue de cette critique ! Je suis allée déjeuner un midi avec ma famille après que des amis nous aient expliqué par A+B que Bocuse était le meilleur des chefs Français… Mais quelle déception !

    Les plats de Bocuse sont vieux, baignent dans la sauce et le chef ne nous a pas adressé la parole, il s’est simplement installé entre deux d’entre nous en nous demandant « photo ? »…

    Le poulet de Bresse de Blanc est bien meilleur, bien que vieux plat, il ne baigne pas dans une sauce sans âme à moitié froid ! Et le service… Mon Dieu, payer si cher pour un si mauvais service…

    Notre serveur n’a pas écouté une seule de nos demandes, ne serait-ce que pour le dessert. Sous prétexte qu’il, je cite, « restait un baba au rhum sur les bras », celui-ci a été servi à mon grand-père. Il a fallu qu’il commence à hurler pour qu’il lui serve ce qu’il souhaitait.

    Vraiment, je suis déçue par la cuisine de Paul Bocuse, par le service et le lieu qui devient quelque peu ringard… Je ne comprends pas pourquoi les gens en disent du bien

  • Bonjour cher Gilles,
    Ceci est un message plus personnel que public mais je profite de cette fenêtre dans votre blog.
    Nous ne nous connaissons pas directement mais nous avons quelques amis communs.
    Je suis l’auteur de la photo que vous avez mise en tête de ce papier ou Paul Bocuse pause, accoudé dans la pièce de dégustation (le portait noir et blanc). Il m’a appelé il y a une quinzaine de jours pour que je revienne le voir et faire une nouvelle série de photos. J’en suis revenu hier soir, nous avons passé un excellent moment ensemble ou nous avons beaucoup ri tout en travaillant. La photo avec le cageot de légumes, c’était moi également. Je vois que nous partageons la même admiration pour cet homme extraordinaire et tellement simple en même temps.
    Autre ami commun, Jean-François Piège dont j’ai fait le premier portrait, à la demande d’Elodie à l’époque, au Crillon et depuis, nous ne nous sommes plus quitté. Couverture N&B de son livre « JFP dans votre cuisine », le best off, etc… Nous travaillons très régulièrement ensemble. En dehors de ces 2 « personnalités », portraits de Camdeborde, Alléno, Michalak, Vigato, Passard, Frechon et bien d’autres que vous pouvez retrouver sur mon site http://www.bourgies.com
    Voilà cher Gilles, c’était juste un petit bonjour.
    Peut être que nos chemins se croiseront un jour.
    En toute amitié
    Stéphane.

  • Ted

    Les vieux se rencontrent, Lol

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

L'Auberge du Pont de Collonges