> > > > Le Bistrot à Huîtres
1

Le Bistrot à Huîtres

« Mulhouse: la mer selon Bertrand »

Article du 23 décembre 2011

Bertrand Meissner © Maurice Rougemont

Bertrand Meissner, pur mulhousien, formé chez Kiener au Schoenenbourg à Riquewihr et chez Matter à Ribeauvillé, a créé un petit îlot marin juste en face de chez Jacques. Ce bon technicien, qui joue ici le produit frais, sans anicroche, propose quelques uns des plus beaux plateaux d’huîtres et de fruits de mer de la ville. En direct du Cap-Ferret, du Belon, de Prat-ar-Coum et de Marennes-Oléron. On y ajoute les préparations de poissons au gré du temps (dos de bar grillé aux chanterelles, blanc de turbot au champagne, aiguillettes d’empereur et son risotto aux moules) à la fois vive, généreuse et soignée.

Le décor avec ses tables bien mises, mais serrées, son jonc de mer au mur, sa boussole et ses hublots donnent le sentiment d’être parti en croisière. Jolis desserts classiques (torche aux marrons, crème brûlée, café liégeois, ananas frais flambé au rhum) et carte des vins qui fait la part aux vins blancs de tous les terroirs, pas seulement d’Alsace.

Bertrand, l'écailler, les fruits de mer © Maurice Rougemont

Le Bistrot à Huîtres

2, rue du Moenchberg
68100 Mulhouse
Tél. 03 89 64 01 60
Menus : 22, 28 (déj.), 34 (dîn.) €
Carte : 55-70 €
Site: www.bistrot-a-huitres.fr

A propos de cet article

Publié le 23 décembre 2011 par

Le Bistrot à Huîtres” : 1 avis

  • GautierMarciano

    Si vous voulez mourir, le bistrot à Huîtres vous propose de vous y aider par deux façons possibles : en voyant votre assiette ou en voyant votre addition.
    Plus sérieusement 2 choix s’offrent à vous : un plat cuisiné (ou pas/ou peu) dans les cuisines de l’établissement, ou préparé par 2 sympathiques employés qu’on ne voit pas d’objection à laisser travailler dehors.
    Il est évident qu’étant le seul restaurant de la région à proposer un menu spécialisé sur les produits de la mer, il est difficile pour ses clients de faire un comparatif sur la qualité réel de ce qu’il propose.

    Sur les préparations (simple disposition, absence total de travail culinaire) venants de l’extérieur : prenons le plateau de fruit de mer, que l’on vous propose ici pour 1 à 4 personnes. Certes il vous arrive quelque chose de convenablement présenté, mais il cache 2 arnaques principales :
    – L’intégralité des produits présents peuvent être achetés dans de nombreux centres commerciaux très proche de chez vous (CORA notamment) et à des prix moindre. J’ai personnellement fait la vérification. Je précise encore qu’aucune transformation n’est apporté au produit entre son arrivée dans le restaurant et sa mise dans l’assiette, prenez un plateau de fruit avec homard en supplément Je Précise, il s’agit de homard canadien (qualité très inférieure à l’Européen) que l’on trouve à Cora tout préparer (cuisson comprise) toute la semaine. Je vous donne l’exemple du homard pour bien vous garantir qu’il n’y a aucune opération d’accomplit sur les produits du plateau et que ce sont pour la plupart des produits plus industriel que de qualité, et d’origine non Française presque exclusivement.
    – Et une fois servi il ne vous reste plus qu’à tout décortiquer pendant une heure ou deux (ouvrir les langoustines, décortiquer les crevettes, les crevettes grises, sortir les bulots de leurs coquilles, craquer les pinces du homard, du crabe et j’en passe…) cela confirme bien que RIEN ne justifie le prix final. Vous perdez donc plus de temps que vous ne dégustez. Vous perdez surtout le plaisir de déguster, par une rapide lassitude vue l’état de vos doigts et de la table en 5 minutes.
    La qualité n’atteint donc même pas celle du plus mauvais restaurant que l’on trouve au bord de la mer (au moins les produits sortent de leur environnement qu’est la mer et non d’un sac en plastique qui a parcouru 10 000 km).

    Sur les préparations venant de la cuisine même du restaurant. Aucune différence sur l’origine des produits. Et pour ce qui est de la cuisine, Prenons l’exemple du plat proposé à base de homard (J’adore ce produit d’où ma déception) :
    Il s’agit en fait d’un plat de pâte à 80 %, accompagné de quelques tranches de légumes sur le côté (seule chose que j’ai dû avouer bien cuisiné), d’une sauce champignon assez goûteuse, mais à mon avis provenant de boite et pour finir 4 MISÉRABLES MORCEAUX DE HOMARD CANADIEN.
    Donc 2 questions : Où est le homard ? Qu’est ce qui peut justifier le prix ?
    4 morceaux misérables de homard et un plat qui masque complètement le produit et son gout. Absence d’une vraie Bisque de Homard qui l’accompagnera en lui donnant du peps, qui symboliserait surtout du travail en cuisine.
    Ni la qualité, encore moins la quantité qui ne rassasierait pas un enfant ne peut justifier le prix excessif.
    La même critique peut être faite du plat proposer à base de Saint-Jacques et en fait de l’intégralité des autres (je pense avoir bien fait le tour). Petit détail supplémentaire, un de mes amis a trouvé un cheveux dans son assiette…

    Mais avant de pouvoir conclure arrive le moment délicat pour tous : l’addition. Le sel qui vous avait peut-être manqué dans vos plats, vous le découvrez enfin sur cette petite note. Et si vous m’avez bien suivi, rien de gustatif ne le justifie encore moins le personnel qui bien que sympathique n’est que l’emblème de ce que vous recevez.

    Alors, cher compatriotes Alsaciens, conseil d’amis rester chez vous et achetez vous-même les produits méditerranéens qui vous ferait plaisir. Votre porte feuille en pâtira moins, votre estomac saura ce qu’il mange et d’où cela vient.

    Cordialement.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !