> > > > Winstub Henriette
1

Winstub Henriette

« Mulhouse: Henriette, c’est Marie-Christine! »

Article du 21 décembre 2011

Marie-Christine Musslin en cuisine © Maurice Rougemont

C’est une maison rustique, boisée à mi-hauteur, avec ses banquettes, son crépi, ses miroirs, son cadre tout en longueur. Alain Hessel l’avait fait connaître avec allant à la fin des années 1970. Yvonne Ribacher l’avait reprise avec dynamisme un temps,  au terme des années 1980. Marie-Christine Musslin, présente  ici même depuis 1996, en a fait sa maison de cœur. Cette ancienne (de salle) des Trois Rois, mais aussi du Quatre Saisons à Bâle est à la fois en cuisine et au service.

Marie-Christine entre Valérie et Anaïs © Maurice Rougemont

Elle accueille avec cœur, veille sur le bon frichti maison, joue les patronnes à l’ancienne dans un endroit qu’on pourrait dénicher à la campagne, mais se trouve de fait dans le cœur piétonnier de la ville. Le nom, d’ailleurs, ne lui vient pas d’une hypothétique fondatrice, mais de sa rue entièrement dédiée  aux passants qui mène en un clin d’œil à la centrale place de la Réunion. Le service est exclusivement féminin, avec un duo de charme, Anaïs et Valérie, comme la cuisine où Marie-Christine joue le « one man chaud » avec une efficacité confondante.

La salle © Maurice Rougemont

Elle parvient à servir sans coup férir les tablées de copines qui remplissent avec aise sa salle bonhomme, comme les hommes d’affaires en goguette dans la ville – qui n’est pas la plus pittoresque d’Alsace -, mais désireux d’en saisir le côté régional, non des « officiels » venus de la mairie voisine. Tous se rallient au petit menu « plat du jour » à 8€ – prix inchangé depuis des lustres ! – qui est la générosité même.

Vue d’une chaise ©  Maurice Rougemont

Le cadre sans apprêt, les chaises avec leur dossier ajouré en forme de coeur et les nappes rouges donnent l’impression d’être chez soi. L’ensemble est sans chichi, mais ne manque pas de caractère, les plats n’en manquent guère. Tourte de porc marinée au riesling, tartine de Munster sur lit de salade verte, salade vigneronne, bibelakas (fromage blanc aux herbes) et pommes sautées, soupe à l’oignon, feuilleté de munster et crudités font des entrées affables.

Tourte © Maurice Rougemont

Les mets solides et généreux se nomment sandre au riesling sur choucroute, jarret de porc braisé et pommes sautées, baeckoffe, choucroute garnie, schiffala  (palette de porc fumée) et pommes sautées, surlawerla (foie de porc au vin rouge, émincé et sauté) qui est l’une des spécialités de la ville, autant que les « fleischnaka », la viande de boeuf en pâte à nouilles, roulée façon escargots, qui sont ses plats fétiches. On y ajoute tout ce que mitonne au munster, comme en fondue sur un lit de pommes de terre ou en accompagnement généreux du jarret de porc et de l’onglet de bœuf.

Tourte/Strudel aux pommes © Maurice Rougemont

Au rythme des idées du jour et des saisons, la carte s’égrène comme un poème. Les chapitres s’appellent « pour commencer … », « la marée », « le veau…. », « les abats…  », « le bœuf… » ou encore, et c’est le chapitre dévolu aux mets de la vieille Alsace. La tarte à l’oignon et la tête de veau,  l’escalope viennoise et le cordon bleu, la tranche de foie de veau poêlée et le pot au feu passent comme une lettre à la poste. En sus, tarte aux fruits du moment, strudel aux pommes, kougelhopf glacé ou moelleux au chocolat sont à retomber en enfance.

Déco de Noël © Maurice Rougemont

Winstub Henriette

9, rue Henriette
68100 Mulhouse
Tél. 03 89 46 27 83
Menus : 8 (déj.) €
Carte : 30 €

A propos de cet article

Publié le 21 décembre 2011 par

Winstub Henriette” : 1 avis

  • michel szer

    cher gilles,vous avez du oublier un zéro dans les prix des menus ou de la carte,ça change des notes astronomiques que vous nous infligez depuis quelques temps.Accepte t on les tickets restos?LOL!l’adresse m’a l’air très sympa et la retiendrais/

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Winstub Henriette