Netanya : Aviv Moshé, le retour

Article du 1 août 2022

Avi Moshé © GP

Aviv Moshé ? On l’a connu à ses débuts chez Messa, retrouvé plusieurs fois, suivi chez Yassou en version grecque, et chez Quattro, dans sa version italienne. C’était il y une décennie et plus, déjà. Depuis, ce sabra d’origine kurde, qui a tout appris de la cuisine classique et moderne, à Jérusalem, aux côtés de Shalom Kadosh, a fait sa pelote, créant ses propres maisons, peaufinant son univers et son style. Il est présent à Tel Aviv (le ludique Poupée, le déli « happycerie ») et à Berlin (Exodus ») s’amuse à créer, sans complexe, une cuisine israélienne d’aujourd’hui. Il s’est assagi, est devenu père de famille, mais garde sa fougue créative, imaginant toujours un foie gras chaud marié à la tarte citron, mais usant d’un registre fusion plus serein où tout le proche Orient est convié à la fête.

Terrasse et vue © GP

Ces temps-ci, on le retrouve au 15e étage d’un hôtel moderne de grand luxe à Netanya avec sa vue grand angle sur les buildings au loin et sur la mer. Le cadre a le chic bling bling, la clientèle est ravie, la partition est soignée et ce qui est nouveau pour le gars Aviv, en version casher (avec viande et poissons, mais sans lait). Et c’est une sorte de symphonie gourmande, colorée, vive, bigarrée, comme un hommage à tous les côtés de la Méditerranée et à l’Orient sous toutes ses formes. Ainsi, la foccacia cuite dans un four à pierre, à tremper dans une crème de citron, une crème de sésame (tahini), de ail confit, en guise de préliminaire.

Sashimi de sériole © GP

Puis le sashimi de sériole, concombre et oignons en pickles, le tataki de bœuf, sauce ponzu, champignons shimagi, chips d’ail, le tartare de thon posé sur une bruschetta au charbon de bois, sa crème d’amande, la fraîche salade de bar aux herbes, le bar aux gnocchi et champignons ou celui au kimchi oriental et olives de Kalamata, l’épigramme d’agneau au caramel de soja, polenta au maïs, pignons au sirop d’érable ou encore l’entrecôte à l’ail et citron, huile d’olive, origan frais, romarin, piment, oignon farci au boulgour.

Tataki de boeuf © GP

Les desserts sont riches et gourmands, comme la pannacotta chocolat, le pain perdu façon « bread pudding » également au chocolat ou la pavlova ananas. Et, là-dessus, on boit régional avec la syrah GSM de Kishor. On n’est jamais au bout de ses surprises avec Aviv Moshé.

Desserts © GP

Marée Sky Lounge

au Vert Hotel (15e étage)

Kehilat Tsefat St 3

Netanya

Tél. : 09-741-0909

Horaires : 19h (sam. : 21h30)-2h du matin.

Carte : 100 €.

Site : ontopo.co.il

 

A propos de cet article

Publié le 1 août 2022 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !