> > > > Caveau Morakopf
3

Caveau Morakopf

« Niedermorschwihr: la nouvelle donne du Morakopf »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 12 août 2011

Façade du Caveau © GP

Le village est fameux pour  sa reine Christine Ferber, qui a fait connaître ses confitures exquises au monde entier, mais aussi son église au clocher vrillé, ses belles maisons à oriel, celles de vignerons aisés et ses winstubs gourmandes. La star locale se nomme le Caveau Morakopf, autrement dit la « tête de maure », qui est dédié aux chevaliers locaux qui partirent pour les croisades et ramenèrent l’effigie qui figure dans le beau vitrail de la maison. Durant 41 ans, Jean-Michel Guidat, que relayait jadis Anne, son épouse en cuisine, en fit la bonne réputation du lieu.

Paul-André Guidat © GP

Il vient de reprendre sa retraite est relayé par son frère cadet Paul-André, qui a travaillé dans la grande hôtellerie internationale, en Asie, après avoir accompli ses classes dans quelques unes des grandes maisons d’Europe (Le Connaught à Londres, Lasserre à Paris, l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern). On comprendra qu’il n’ait ni la rondeur, ni la faconde, ni la générosité de son aîné. Quoique le style de la maison reste identique à ce qu’il fut, avec une équipe de cuisine demeurée fidèle à ce qu’accomplissait la valeureuse Anne.

Presskopf © GP

Salade vigneronne © GP

Vous goûterez ainsi la fine tarte à l’oignon, le joli presskopf maison, la salade vigneronne avec cervelas et gruyère, qu’on nommerait ailleurs strasbourgeoise ou mixte, et qui est ici badigeonnée d’une vinaigrette moutardée un peu balourde. L’un des mets canailles vedettes de la maison demeure la schwina zingala, autrement la langue de porc salée avec sa sauce gribiche, mais les tripes au riesling, avec une sauce tomate, ne sont pas mal, comme les exquis fleischnacka, ces escargots de viandes où le boeuf de pot est joliment emprisonné dans une pâte à nouilles.

Tripes au riesling © GP

Schwina Zingala © GP

Petite déception, in fine, avec des desserts sans grand relief, comme ce kougelhopf glacé un peu fade, le baba au rhum (un peu sec) aux airs de mini kougelhopf, alors que le sorbet framboise arrosé d’eau de vie locale passe tout seule. In fine, le pinot blanc du très local Albert Boxler se boit sans mal. A la régalade.

Kougelhopf glacé © GP

Laetitia sert le pinot blanc de Boxler © GP

Caveau Morakopf

7, rue des Trois Epis
68230 Niedermorschwihr
Tél. 03 89 27 05 10
Carte : 45 €
Site: www.caveaumorakopf.fr

A propos de cet article

Publié le 12 août 2011 par

Caveau Morakopf” : 3 avis

  • Bruno MARSOT

    Repas des 26 et 29 : à chaque fois un accueil très professionnelle de Paul-André qui nous reçois « chez lui » et toujours le service efficace de Simone.
    – Mercredi 26 à midi, pour l’un un vrai presskopf –en demi portion– suivi du plat du jour (excellent rognons en lamelles de veau au pinot noir), dessert au chocolat (le « gâteau Morakopk » sans doute pas assez chocolaté face à la sucrosité de la crème anglaise) et pour l’autre wadele fondant comme sa salade de pommes de terre (depuis la départ d’Yvonne de la S’Burjerstuwel, l’un des meilleurs avec celui du Zanacker de Ribeauvillé) suite d’une tarte aux pommes très correcte.
    – Samedi 29 à midi, pour l’un foie gras d’oie, délicat ferme et bien dénervé, suivi de schiffala bon comme une journée en Alsace…et toujours cette fondante salade de pommes de terre (comment font-ils !?) et pour l’autre, une demi portion de presskopf et le plat du jour, une belle blanquette de veau, à la fois pas grasse et très moelleuse.

    Toujours une des meilleurs tables où nous sommes passés, depuis que j’e fis, fraîchement débarqué à Schiltigheim, mon initiation à travers l’acquisition du guide-Poche « Winstubs d’Alsace /DNA-La Nuée Bleue, en 1997.
    Merci « Pudlo » 😉
    La VT de gewurtz 2008 de la Cave de Turcheim, ne nous fait pas oublier la sublime VT de pinot gris servie lors d’un précédent passage (il y a plus de 3-4 ans t

  • yves thiel

    De retour au caveau après un an passé, c’est quelque peu inquiet que j’allais retrouvé mon « coup de coeur » de 15 ans !
    Amoureux du lieu rassurez-vous ! Point de nouvelle donne mais une continuité effectué dans le respect des traditions !
    L’accueil y est toujours aussi chaleureux et la cuisine sincère ! Longue vie au caveau et à très bientôt !

  • yves thiel

    Que des bons souvenirs….depuis 15 ans, tous les derniers week-end de novembre, le vendredi soir, j’avais l’habitude d’y terminer « une journée particulière »…Bonne et heureuse retraite Mr Guidat !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Caveau Morakopf