Lyon : au paradis des gourmets

Article du 1 mai 2022

Renée Richard et le beaufort © GP

C’est le temple de la gourmandise lyonnaise. J’en parle peu. Pourtant, je n’omet jamais de faire une visite ici même lors d’un passage à Lyon, le temps de faire la bise à Renée Richard, de dire bonjour à Bruno Bluntzer chez Sibillia, de croquer une galette fine aux pralines chez Jocteur, de mirer les étals des beaux bouchers, tels Clugnet, Masson ou Trolliet, de poissons chez Pupier, de saumon fumé et de foie gras chez Rolle, de faire des emplettes de saint-marcellin, de beaufort, de comté et de saint-nectaire, de goûter tôt, façon mâchon, en l’honneur du grand René Besson et de sa sainte mémoire, la tête roulée et le jésu chez Bobosse, avec le pot de beaujolais du jour et de rigueur.

Didier Masson et la côte de boeuf © GP

On le sait : Lyon est une ville qui donne faim. Bresse et mâconnais, vallée du Rhône et Bourgogne, lacs savoyards et pâturages du Charolais, vignes de pouilly-fuissé et de morgon sont à ses portes. Lyon est un garde-manger profus et varié. Mais qui a toujours su garder le coeur ouvert. On peut goûter houmous et falafels chez Ayman Youness à l’enseigne d’Akle, où un festin libanais vous est promis sous une surface minuscule, comme on fait confiance à Pierre Bastin, qui a racheté Clugnet, pour la volaille de Bresse estampillée Miéral à Montreval, on hésite entre la côte de boeuf du Limousin d’Alexis Trolliet et celle issue de viande charolaise selon le MOF et champion du monde Didier Masson.

Saumon fumé et foie gras aux figues chez Rolle © GP

On guigne les épices de Bahadourian, la rosette vantée par le gars Bruno chez Sibillia, la quenelle Giraudet et les ravioles du Royans (au chocolat!) selon le chef Franck Page, sans omettre de goûter les huîtres chez Antonin, chez Merle ou Cellerier, d’hésiter entre sabodet et choucroute chez Gast, chèvres et brebis chez Mons, d’admirer les beaux fruits signés Cerise et Potiron. On peut également s’attabler chez les Gones, aux Garçons Bouchers, à l’AOC et chez Blanchet, ou encore chez Muzette. En citer c’est forcément en oublier.

Bruno Bluntzer © GP

Il y a là 56 stands, tous gourmands et colorés, souriants et variés, qui vous font de l’oeil dans ce paradis des gourmets qui porte désormais le nom d’un cuisinier oeuvrant au paradis des chefs. Quel beau marché, divers, savant, généreux, exemplaire. Si lyonnais !

Ayman Youness et la gourmandise libanaise © GP

PS : pour visiter le marché avec une spécialiste du genre, s’adresser à l’exquise Virginie du blog Praline et Rosette, qui organise des « food tours » lyonnais et vous mènera de stand en stand et de dégustation en dégustation, explications pédagogiques à l’appui.

Franck Page et la quenelle Giraudet © GP

 

Halles de Lyon Paul Bocuse

102, cours Lafayette (entrée rue de Bonnel)

69003 Lyon

Tél. : 04 72 60 79 57

Horaires : 7h-19h.

Fermeture hebdo. : dim. a-m.

Site : www.halles-de-lyon-paulbocuse.com

A propos de cet article

Publié le 1 mai 2022 par
Catégorie : Coups de coeur, Produits Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !