Paris 10e : comme à Venise mais à la parisienne

Article du 16 avril 2022

Dimitri et son adjointe à la coupe © GP

Ce fut jadis l’Enchotte, un troquet typique du 10e, face au marché Saint-Martin, avec sa haute façade, son monte-charge de 1903, son bar-comptoir, ses mets de toujours. Yannick Aubrée, qui posséda jadis « l’Oiseau sans Tête » rue Beaurepaire et a racheté « Chez Casimir » à Thierry Breton, non loin de là, a fait de ce rade de toujours un lieu à part. La carte des vins est murale, avec sa foultitude d’inscriptions joyeuses, de prix divers, de flacons en tout genre. Les tables couvertes de nappes à carreaux rouges donnent le ton d’un bistrot à l’ancienne. La cuisine est, elle, très franco-italienne façon néo-vénitienne et le lieu se veut « Osteria ».

Sauté de coques, moules et palourdes © GP

Explication : le chef se nomme Dimitri Gris. Et ce natif des Dolomites qu’on vit jadis au Covino à Venise, joue ici une partition pleine de charme et de délicatesse qui mêle les saveurs de la Botte à celle du bistrot parigot à la française. Au programme, des saveurs de la terre et de la mer, rappelant celles de la lagune, comme le délicat sauté de coques, moules et palourdes au vin blanc épicé, les gnocchi maison à l’araignée de mer et tomate, la riche pareillade « triton », avec la pêche modeste du jour, comme le maquereau, la vive, le sar et le grondin.

Gnocchi araignée, tomate © GP

Il y a encore l’oeuf « mao », les rognons de veau à la matriciana, l’os à la moelle  » gouttière  » et le tartare de boeuf, comme les escargots bourguignons avec leurs pommes de terre au four. Cela vibre, émeut, et les végétariens ne sont pas oubliés avec l’aubergine, ricotta et pesto ou la bagna cauda et puntarelle. Côté vins, on fait dans le « nature » (parfois refermentant en bouteille, trouble et pétillant) mais aussi dans le bon et savoureux, avec le bordeaux blanc sec château de Piote, le pinot noir Agapé en Alsace, les cailloux du paradis signé Courtois à Soings-en-Sologne ou le très séducteur nero d’avola bio de Sicile Cento Passi.

Pareillade triton © GP

Les desserts sont gentillets, un peu paresseux. Ils se goûtent tout seuls, sans effort, comme le roulé à la mangue, la brioche perdue avec son caramel et sa glace plus le tiramisu avec ses biscuits à la cuillère très apparents sous sa couche de mascarpone. Mais on pardonne tout à cette maison de coeur, à la jeune ambiance, amicale, fraternelle et complice. Prix doux pour un moment de bonheur.

Ambiance © GP

Chez Marius

11 Rue de Chabrol

Paris 10e

Tél. : 01 45 80 46 27

Fermeture hebdo. : dim., lundi.

Carte: 30-50 €.

Métro (proche): gare de l’Est

Site : osteriachezmarius.business.site

A propos de cet article

Publié le 16 avril 2022 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !