3

Tournus : la bonne surprise des 7 Fontaines

Article du 4 mars 2022

Le jardin © GP

Entrée © GP

Certes, l’hôtel flambant neuf, signé de l’entrepreneur local fort dynamique Christian Badey, sis dans une demeure du XVIIe siècle, face à son petit frère rouge des Terrasses, fait un peu « bling bling ». Mais il impressionne avec sa haute façade blanche, ses 39 chambres et suites fonctionnelles et pimpantes, ses salons rutilants, fort bien meublés et éclairés, son spa avec piscine couverte, son grand jardin intérieur, ses salles de séminaires, son caveau de dégustation, ses jardins, sans oublier son ancienne chapelle devenue salon de réception avec son limonaire, qui fait songer à ceux que faisait admirer aux amateurs Jean Ducloux jadis dans sa demeure voisine des bords de Saône.

Le chef Stéphane Grégoire © GP

Au salon © GP

La belle surprise du lieu? La table vive et confortable, dite « le Cloître », orchestrée par un service souriant, ouverte tous les jours, proposant des menus équilibrés, notamment une proposition régionale fort bien vue et une autre végétarienne assez malicieuse, avec la cuisine savante du jeune lyonnais Stéphane Grégoire, 29 ans, qui a fréquenté de grandes demeures et a notamment travaillé chez Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or, Philippe Bohrer à Rouffach (la Ville de Lyon) et à Bâle (le Crocodillo), feu Bernard Constantin à Rilleux-la-Pape (Larivoire) et Christophe Marguin aux Echets.

Endives, daurade fumée, émulsion pdt fumée © GP

St Jacques, soupe de moules safranée, chorizo © GP

Tout ce que touche ce bon technicien, sérieux et régulier est digne d’intérêt, sur un mode classique rajeuni, avec des idées de saison et des présentations élégantes. Ainsi, les endives avec daurade fumée,  avec  leur émulsion de pommes de terre fumée et un beurre noisette, la sole aux nouilles Fernand Point revisitée avec des linguine à l’encre de seiche, les saint-Jacques, avec leur soupe de moules safranée, leur chorizo ibérique, sans omettre la jolie pomme de ris de veau avec sa déclinaison de betterave, roulée et craquante.

Ris de veau déclinaison de betteraves © GP

On y ajoute les desserts signés de son épouse, lorraine de Metz, Cassandra Remy, passée notamment à Monaco au Louis XV d’Alain Ducasse, qui épate son monde avec sa splendide pomme en trompe l’œil, son sablé breton , plus cacao et kiwi. On y ajoute une carte des vins très bourguignonnes, avec les crus maison, vinifiés au domaine Debreuille plus le marsannay de René Bouvier. Bref, voilà un lieu aux prix fort raisonnables, parfait pour l’étape d’un soir ou de plusieurs.

Pomme en trompe l’œil , sablé breton , cacao et kiwi © GP

 

Hôtel SPA Restaurant Les Sept Fontaines

1 Av. de la Résistance

71700 Tournus

Tél. : 03 85 36 06 06

Chambres : 110-180 €.
Menus : 29 (formule), 38, 39 ( végétarien), 42, 44 (« Bourgogne revisitée »), 80 (carte blanche en 7 services) €.
Carte : 55-75 €.

A propos de cet article

Publié le 4 mars 2022 par
Catégorie : Restaurants, Voyages Tags :

Tournus : la bonne surprise des 7 Fontaines” : 3 avis

  • Colette Bonin

    Repas au mois d’,Aout très agréable
    Bon accueil visite des lieux en attendant mes amis
    Je l’ai connue en Maison de retraite
    Très belles réalisations en mettant la chapelle en valeur pour beaucoup de Réceptions
    Près de la magnifique Abbaye
    St PHILIBERT TOURNUS

  • Lefebvre

    Nous y avons couchés l’an dernier en plein covid . L’hôtel de taille humaine est magnifique .
    J’ai particulièrement aimé l’ambiance et la décoration raffinée.
    A cause du covid nous avons dîné d’un menu unique qui était très bon malgré sa simplicité.
    J’ai déjà donné l’adresse à des amis qui y sont passés,belle étape entre le sud et la Normandie.
    Je reviendrai sans aucun doute

  • Amandine

    J’y suis allée juste avant le covid, pour l’anniversaire de ma maman, on avait beaucoup aimé et j’avais particulièrement apprécié l’option végétarienne.
    Le cadre est splendide

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !