Tours : découvrez Maximilien Bridier !

Article du 16 décembre 2021

Maximilien Bridier © GP

Il est le coming man du Tours qui sort et mange. Maximilien Bridier, blésois de 32 ans, qui a appris le métier chez Jean-Marc Molvaux à l’Orangerie à Blois puis chez Bernard Robin au Relais de Bracieux, avant de partir chez Marc Meneau à Saiin-Père-sous-Vézelay, puis de voyager en Angleterre, en Suisse et en Australie, a racheté l’ancienne demeure des Couturier à Tours, sur la route de Saint-Avertin.

Pâté en croûte de ris de veau, lard de Colonnata © GP

Le lieu a le chic Renaissance façon manoir, le service est le meilleur de la ville, la cave est d’importance, à tous les prix et pas seulement côté Val de Loire (remarquable marsannay 2017 de Trapet, le roi de Gevrey, à 62 €). Le sommelier est de bon conseil, le maître d’hôtel a de l’humour, la mise de table genre maison bourgeoise est soignée. C’est dire qu’un repas ici est une fête.

Couteaux aux algues, langoustine, maquereau, rascasse © GP

Les mise en bouche sont délicatess et pleines d’imprévu, par exemple, histoire d’escorter dignement un vouvray sec de Dhoye- Déruet 2000 servi en magnum, la gaufrette aux algues avec son blanc manger de St-Pierre, le saumon gravlax et sa tuile de soja aux graines de sésame, comme le croustillant de charbon végétal avec crème acidulée, échalotes et ciboulette, sans omettre l’épatant pain aux algues, servi avec son beurre au lait cru et ses cristaux de sel, issu d’ube production artisanale et locale à Montreuil en Touraine et de farine locale, valent l’applaudissement.

Paleron de veau, champignons, noisettes torréfiées © GP

Les choses sérieuses débutent avec le pâté en croûte de ris de veau, lard de Colonnata, pistache et émulsion aux sucs de viande qu’accompagne un verre de pouilly-fumé « Pur Sang » de Didier Dagueneau 2015 et qui conviendra aussi au beau mariage marin sur le thème de l’’iode, avec couteaux farcis aux algues, anchoïade, oignons doux, langoustines, maquereaux, rascasse, voile tiède d’eau de mer et algue Nori. Bien vu!

Filet de cerf Grand Veneur, cannelloni de céleri © GP

On hésitera entre le marsannay de Trapet déjà cité ou un grand chinon de Philippe Aillet histoire d’accompagner le tendre filet de cerf rôti avec son cannelloni de céleri farci aux légumes oubliés, groseille et foie gras, sa sauce « Grand Veneur » ou encore l’épatant paleron de veau braisé aux champignons de Paris crus et cuits, noisettes torréfiées, jus brun infusé aux oignons caramélisés.

Service du fromage © GP

On ne fait l’impasse sur le magnifique plateau de fromages sélectionnés par Adeline et Hans Krischer aux Halles de Tours (France Fromages) avec de jolis couplets sur les chèvres du Val de Loire, valençay, selles-sur-cher, couronnes de Loches, sainte-maure-de-Touraine, que ‘on accompagne d’un paun maison aux fruits secs? Et, en issue, on se régale en légèreté d’une pomme « Rubinette » de Touraine, avec sa tuile miel d’abeille, sa  crème chiboust au pollen, ses pommes crues et son miel de printemps de Mr Cholet. Réservez !

Pomme Rubinettes, crème chiboust au pollen © GP

 

La Roche Le Roy

55 Rte de Saint-Avertin

37200 Tours

Tél. : 02 47 27 22 00

Menus : 60, 85 €.

Fermeture hebdo. : dim., lundi.

Site : larocheleroy.com

A propos de cet article

Publié le 16 décembre 2021 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !