> > > > La Table de Louise
7

La Table de Louise

« La Table de Louise (Strasbourg): signé Bohrer »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 25 juillet 2011

Salle du rez de chaussée © GP

Dingo, le gars! Avec ses 23 établissements disséminés dans toute l’Alsace, il s’est bâti un empire. Jean-Paul Lacombe avait jadis fait de même à Lyon, Guy Savoy et Michel Rostang avaient essaimé les bistrots à Paris, Alain Ducasse et Joël Robuchon se livrent à une concurrence non dite dans le monde entier, de Tokyo à New York, en passant par Londres, Hong Kong et Paris. Philippe Bohrer, lui, 50 ans tout juste – mais il ne les fait guère – joue les hommes de l’ombre, misant là sur du solide et de l’étoilé (la maison qui porte son nom à Rouffach, le Crocodile à Strasbourg), lançant des chaînes non dites (le Bistrot des Copains, la Table de Louise), rachetant des demeures en difficulté, leur donnant une identité neuve (Aux Armes de la Ville, le Lohkäs, l’Auberge du Ried, Aux Bons Crus, la future Brasserie Vauban), bref, il est chez lui partout, sans y être. Associant à sa démarche des chefs de qualité.

Terrine de maquereau © GP

Témoin ma dernière de ses maisons en vogue en lieu et place du Mandarin chinois, contigu de l’ex Mauresse devenue Dubliners, au coeur de Strasbourg et à deux pas de la cathédrale. Il y a le cadre chaleureux dans les tons rouges (toutes ses maisons sont « surdécorées »), le service plein d’à propos, la cuisine soignée sur un mode mi régional, mi-créatif, jouant la remise au goût du jour de la recette ancienne.

Lieu jaune en croûte de moutarde © GP

Des exemples? La terrine de petit maquereau aux courgettes avec sa rémoulade de céleri à l’huile de noisette, la (divine) blanquette de cuisses de grenouilles à la provençale avec ses nouilles au beurre, le lieu jaune en viennoise de moutarde avec sa purée légère à la livèche, sa tranchée de beurre noisette, son vieux vinaigre balsamique, enfin sa jolie brochette de boeuf « suspendue » sur son « pendule » avec sa fine sauce poivre noir au vin rouge, son tian de légumes provençaux (aubergines, tomates, poivrons), son cornet de frites.

Blanquette de grenouilles © GP

On ajoute les jolis desserts (tarte chocolat avec sa glace à la confiture de lait, crumble aux fruits de saison et glace vanille Bourbon) sans omettre des crus divers et choisis tirés d’une carte pleine d’à propos dans tous les vignobles. On ajoute les tarifs modérés (la blanquette de grenouilles qui fait un plat copieux est à 16,50 €),les menus divers, les propositions journalières, composant un « calendrier gourmand » amusant (bouillabaisse du vendredi, pot au feu du jeudi, tajine de poulet du samedi), plus l’ouverture tous les jours et le service tardif. Bref, on ne s’étonne guère que la demeure fasse un succès justifié depuis son ouverture. Agaçant Philippe Bohrer!

Tarte au chocolat © GP

La Table de Louise

7, rue du Vieux Marché aux Poissons
67000 Strasbourg
Tél. 03 88 75 52 08
Menus : 12,90 (déj.), 19,50, 21,30, 31, 30, 43 €
Carte : 35-55 €
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Site: www.la-table-de-louise.fr

A propos de cet article

Publié le 25 juillet 2011 par

La Table de Louise” : 7 avis

  • nath

    Très déçu par le personnel de service. Accueil très froid, et antipathique par une serveuse dite Amélie ! (Il me semble qu’il s’agit de la responsable). Le service laisse grandement à désirer.
    Cuisine bonne mais sans plus. Très déçue du restaurant qui se veut une bonne adresse.
    Nous n avons pas besoin d’assister à l’humiliation de la dite Amélie envers une petite stagiaire qui est venue s’excuser de s’être faite réprimandée en public. Celle-ci avait raison on ne crie pas en salle devant les clients. Pour conclure je suis très déçue et ne retournerai ni dans cet endroit ni dans les autres restaurants du groupe qui je pense ne devrait pas être mieux. Question de tenir son personnel. Dommage pour le joli cadre.

  • Cyril

    Pour être tout à fait sincère, j’ai envie de dire « bof! », et d’où elle est Loyise ne va pas être contente, mais il faut être franc.

    Certes, le service est souriant, la déco est plutôt sympa. Donc bon à priori en entrant. Mais quand arrive le plats, c’est une autre histoire. L’entrecôte de 500 grammes est nerveuse, et le poulet baigne dans une crême de champignon qui ne semble pas avoir été particulièrement travaillée. disons que c’est mangeable, sans plus.
    Nous sommes ravis de n’avoir commandé qu’une demi bouteille de Saint Julien. Ce vin sent le copeau de bois balancé à la va vite dans le fut, et les sulfates qui vous flient un bon mal de crâne.

    Le serveur vient vous demander plusieurs fois de suite et de manière très pressée, si tout va bien. Que voulez-vous lui répondre, on a l’impression qu’il participe au tour de France?

    Tout cela ne donne pas envie de prendre un dessert, ni d’y revenir pour l’instant. Alors, vous me direz que c’est ouvert le dimanche à Strasbourg et qu’il s’agit là d’un fait particulièrement rare dans cette belle ville. Certes, c’est vrai mais cela ne suffit pas à en faire un bon restaurant.

  • Lucie

    Ce restaurant est une très belle adresse. Il y en a pour toutes les bourses et pour tous les goûts. Moi, j’ai pris un risotto aux truffes: une merveille. Ensuite, un finger choco-pralin que je vous recommande vivement.
    J’ai eu un service fluide et pourtant le restaurant n’était pas vide. Je pense que Lastrasbourgeoise pas eu de chance.

    Voilà, je recommande ce restaurant sympathique avec son cadre tout de même hors du commun…

  • ANTUX

    Le restaurant ne m’a pas déçue.
    En plus d’un cadre vraiment authentique avec une petite touche moderne, l’ambiance est conviviale.

    L’équipe a été soucieuse des clients, sincèrement. Je pensais que le repas d’affaire (il m’a fortement semblé en tout cas) qui avait lieu monopoliserait plus l’attention des serveurs que le reste de la clientèle, mais pas du tout.

    Pour ce qui est des plats, j’y suis allé à l’heure du déjeuner j’ai choisi, après un petit temps d’hésitation, la souris d’agneau rotie, qui m’a agréablement surpris, un plat relativement consistant compte tenu de son prix (environ 19euros)

    Le repas fut satisfaisant, prestation et addition comprises, cela reste cependant un style de cuisine qui peut déplaire.

  • Lire également le reportage sur La Table de Louise avec de nombreuses photos : http://www.julienbinz.com/​Strasbourg-ouverture-de-la​-Table-de-Louise_a1486.htm​l

  • Gus tatif

    Pour avoir testé ce restaurant, je dois bien avouer ne pas être du tout d’accord.
    Certe le lieu en lui même pose un cadre intéressant et il y a un certain effort de carte.
    Concernant les plats, c’est largement trop cher pour ce que l’on nous propose alors.
    Finalement je me permets de me rallier à un autre article trouvé ici : http://www.lesailesdeladinde.com/2011/07/la-table-de-louise

    merci et à bientôt

  • Lastrasbourgoise

    Le sentiment ne fut vraiment pas le même en sortant de ce restaurant il y a quelques semaines! Une tablée de 4 personnes, un soir, une bouchée à la reine sèche accompagnée de pâtes archi-sèches et collées, une salade de fruits en dessert catastrophique, digne d’une conserve insipide ( je ne sais pas comment on peut rater à ce point une salade de fruits…), un service débordé, et une attente de 25 min pour payer… Nous avons parlé de l’horrible salade au serveur qui n’a pas daigné utile d’au-moins nous offrir le café bien que nous avions une addition assez chargée. Ensemble très décevant.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Table de Louise