Nice : des Bretons qui ont tout bon

Article du 29 septembre 2021

Aurélie Marion et Thomas Hubert © AA

Une bonne étape niçoise prônant le vertueux rapport qualité/prix : notre correspondant de la Côte d’Azur, l’inoxydable Alain Angenost, vous dit tout…

Façade © AA

Depuis huit ans déjà, Aurélie Marion et Thomas Hubert, originaires tous deux de Bretagne, ont ouvert « Olives et Artichaut » qui fait un tabac justifié au cœur du Vieux Nice. Il faut dire que chacun annonce parcours en béton côté cuisine. Aurélie est passée, entre autres, par Le Métropole à Monaco et La Chèvre d’Or à Eze-vilage. Thomas, dès la fin de ses études au lycée hôtelier Paul Augier où il a connu Aurélie, a débuté chez Luc Salsedo, avant de partir à l’Abbaye de la Celle pour travailler avec Benoit Witz. Il restera deux ans et demi avant de rejoindre au Louis XV la grande brigade de Pascal Bardet.

Tarte fine façon pissaladière, fleur de courgette en beignet © AA

Après un an passé à Montréal où il retrouve Aurélie qui travaillait dans un autre établissement, il revient chez Luc Salsedo comme second avant de se mettre à son compte avec sa compagne. L’enseigne annonce la couleur : cuisine du pays entre mer et montagne. Et la façade vert olive et artichaut retient  l’attention.  Avec quatre tables dehors et deux salles à la décoration qui séduit avec ses matériaux bruts. L’on peut admirer le chef dans sa mini cuisine ouverte, astucieusement agencée, en train de fignoler des assiettes qui se révélent pleines de saveurs.

Risotto au safran, spianata et olive © AA

À la carte du moment, on se régale d’une tarte fine façon pissaladière, fleur de courgette en beignet et crémeux d’artichaut, d’un risotto au safran bio de Venanson, avec sa spianata grillée – un chorizo à l’italienne – à l’olive taggiasche, son jus réduit, d’un filet de loup rôti à la plancha avec ses légumes du marché, sa réduction de soupe de poisson, huile, basilic ainsi que d’une côte de cochon ibérique rôti, flanqué de sa garniture grand-mère au jus de viande. Voilà de l’authentique qui colle au fil de la saison.

Filet de loup rôti, légumes du marché © AA

Il y a encore l’ananas rôti au sucre muscovado, sorbet passion et crumble coco et la brioche perdue, très à la mode ces temps-ci, caramélisée et servie avec  une glace vanille maison et noisette façon chouchou. Récompensée par un Bib Gourmand chez Michelin en 2016, cette excellente table tenue par des amoureux du bien manger et des produits du terroir vaut incontestablement l’étape.

Brioche perdue caramélisée, glace vanille © AA

Olive et Artichaut

6, rue Sainte Réparate

06300 Nice

Tél. : 04 89 14 97 51

Menu : 33 €

Carte : 47 €

Fermeture hebdo : Dimanche et lundi

Site : oliveartichaut.com

 

 

A propos de cet article

Publié le 29 septembre 2021 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !