1

Le roi qui voulait voir la mer de Gérard de Cortanze

Article du 23 septembre 2021

Un Louis XVI juste, drôle, cultivé, parlant couramment plusieurs la langues, lisant, en anglais, la vie de Charles Ier d’Angleterre par David Hume et les récits de voyages de John Hawkins, voulant le bonheur de son peuple, pestant contre ses conseillers et ses courtisans, désireux de réaliser son rêve d’enfance et de découvrir la mer au-delà du port de Cherbourg : tel est le portrait que trace ici Gérard de Cortanze, narrant avec faconde ce vrai voyage en Normandie.  Ce pays de viking et de sorcières va le révéler à lui même. L’accueil est triomphal. Le retour plus problématique. Tout cela se passe trois ans avant la grande Révolution et les prémices de celle-ci sont bien en  jeu. Louis XVI, à qui peu de choses échappe, qui a le pouvoir de guérir ses sujets, de les protéger, de les libérer, sent bien la limite de ses actions. Ce que raconte ce livre malicieux. L’auteur d' »Une Chambre à Turin », d' »Assam » et de « Laisse Tomber les Filles », qui a mille cordes à son arc, a publié 90 livres, traduits en plus de vingt cinq langues, taquinant tous les genres et tous les styles avec science et brio, s’en donne à coeur joie dans le détail des habits des courtisans, des conseillers, des aristocrates comme des manants, évoquant, in fine, la mort du roi avec une précision glaçante. Tout ici étonne, émeut, instruit, sonne juste. Ce voyage turbulent, qui annonce les évolutions imminentes d’une société bouillonnante, où l’esclavage, le sort des juifs et la misère des paysans sont en suspens, dresse une sorte de carte des changement à venir. Et le portrait de Louis XVI est proprement révolutionnaire. Voilà un beau livre qui ne manque pas de souffle, se lit de façon trépidante et ne se lâche guère avant l’issue finale, fatale. Une réussite flagrante.

Ps: un petit anachronisme, tout de même, qu’on ne peut que relever dans ce blog gourmand : au cours de ce voyage, Marie Harel offre elle-même un camembert au roi. Alors qu’on sait que ce fromage a été inventé durant la Révolution avec l’aide d’un prêtre réfractaire, l’abbé Bonvoust, venu de Brie, et réfugié en Nomandie, vers 1796-1797 … A rectifier, cher Gérard, lors d’une prochaine réédition …

 

Le roi qui voulait voir la mer,  de Gérard de Cortanze (245 pages, 19,90 €).

A propos de cet article

Publié le 23 septembre 2021 par
Catégorie : Livres Tags :

Le roi qui voulait voir la mer de Gérard de Cortanze” : 1 avis

  • Levesque

    Très intéressant bouquin néanmoins j ai cru déceler une inexactitude : Choiseul était le « bras droit » de Louis XV pas de Louis XVI

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !