Nice : la Locanda c’est Boni !

Article du 5 septembre 2021

Giovanni Esposito et Boni  © AA

Une belle table italienne à Nice : notre correspondant de la Côte d’Azur,  Alain Angenost, vous dit tout …

En salle © AA

D’un ancien bar de quartier avec terrain de boules, Paolo Bonizzoni, dit « Boni », a fait une petite pépite de la cuisine familiale italienne. Cela fait treize ans qu’il s’y est installé après s’être lancé en ouvrant avec son frère son premier restaurant rue Barla à Nice, puis un second rue Tonduti de l’Escarène. Aux fourneaux depuis ses débuts, cet autodidacte de charme ne cesse de penser à ses racines vénitiennes et piémontaises quand il concocte de savoureux antipasti et des plats succulents servis dans des bols façon « tapas », sa marque de fabrique depuis le début, en sélectionnant le meilleur de l’Italie dans la fraîcheur et la saisonnalité.

Au jardin © AA

Le décor chaleureux est convivial avec son jardin, ses cabanes, sa terrasse, sa cave à vins avec l’incontournable Vespa où pendent les saucissons d’un petit artisan piémontais et les jambons de la maison Rovagnati d’où vient la charcuterie. Sur les murs, trônent des œuvres originales d’artistes niçois et de chatoyantes mosaïques, souvenir de son premier métier quand il en était restaurateur d’art. Il  restaure aujourd’hui une belle clientèle éclectique avec des prix « dolce ».

Les antipasti © AA

L’ardoise est changée tous les trois jours. Dans la collection des antipasti du moment proposés par Audrey, sa charmante compagne on se régale d’un tartare de gambas, stracciatella, salicorne et bisque maison, de l’anguille fumée, taralli – biscuits – aux amandes ou d’un os à moelle à la truffe d’été. Il y a aussi la surprenante tomme de vache du Piémont (paglierina), miel et éclats de pistache, le foie gras fait maison à la truffe et une crème d’aubergines rondes rôties au four, émulsion de tomates jaunes du Vésuve, chips de courgettes trompettes de Nice que ne renieront pas les végétariens.

Spaghettini, tartare de gambas et citron vert © AA

De belles pièces de viande sont proposées ainsi qu’une variété de pâtes qui sont à tomber. C’est à Vérone que Boni a fait l’acquisition d’une machine automatique pour en faire des excellentes avec pour seuls ingrédients de la semoule de blé dur et de l’eau. Et les pièces interchangeables (trafiles) sont en bronze comme il y a deux cents ans. Cela donne des pâtes avec des aspérités qui retiennent parfaitement les sauces qui vont les accompagner. Boni s’est adjoint Giovanni Esposito, expert formé par Antonino Cannavaccioulo, deux étoiles à La Villa Crespi d’Orta San Giulio, sur le lac d’Orta en Piémont. Pour s’en convaincre, il suffit de goûter ses succulents spaghettini, tartare de gambas et citron.

Préparation du tiramisu © AA

Quant au tiramisu, fait à la minute à partir de café amer, biscuit de Savoie, jaunes d’œuf, sucre et mascarpone et cacao amer, et sans blanc d’œuf ni alcool comme dans certains quartiers de Venise, il constitue le nec plus ultra du genre! Viva Boni et Audrey à La Locanda, et viva Italia !

Le tiramisu vénitien © AA

La Locanda

16 avenue Robert Schuman

06000 Nice

Tél. 04 93 18 92 31

Menus : 14,50 € (formule déj.), 18,90€ (déj.), 27, 35 €

Carte : 35-40 €

Horaires : 12h-14h, 18h-21h

Fermeture hebdo. : Dimanche, lundi

Site : www.la-locanda-restaurant-nice.com/

A propos de cet article

Publié le 5 septembre 2021 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !