Rêver des îles avec Gavin Francis

Article du 9 mai 2021

 

« L’islomanie, disait Michel Déon, est une maladie inguérissable ». Goût de la solitude, de l’espace en liberté, du refuge réconfortant, de l’exil volontaire : il y a tout cela dans cet engouement auquel ce bel essai illustré incite à réfléchir. En temps de confinement ou de sortie d’un espace restreint, on ne peut que rêver aux îles. Médecin, écrivain, voyageur et philosophe, résident à Edimbourg, Gavin Francis inventorie ce qui fait le charme, l’attrait, la séduction des îles. Grèce côté Cyclades ou non loin du Mont Athos,  Malouines lointaines ou rêveuses Lofoten, Ecosse et son moutonnement d’archipels, entre Hébrides et Orcades, de Robinson Crusoé et Daniel Defoe à Jean-Jacques Rousseau sur l’île Saint-Pierre sur le lac de Bienne, de l’Utopie de Thomas More au Moby Dick de Melville, tout ici est sujet à la rêverie féconde, à l’enthousiasme buissonnier, au vagabondage fertile. Voilà, avec ses cartes nombreuses, ses riches citations, ses mille références, une formidable invitation aux voyages multiples, réels ou imaginaires.

Rêver des îles, de Gavin Francis, traduit de l’anglais par Laurent Cantagrel et Martine Sgard (Autrement, 254 pages, 19,90 €.)

A propos de cet article

Publié le 9 mai 2021 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !