L’art de cuisiner les (beaux) restes

Article du 5 avril 2021

Un livre sain, pratique, écolo, qui donne bonne conscience, parfait en temps de confinement et 100% féminin, sinon féministe : c’est le bel ouvrage signé Esterelle Payany, qui livre ici ses conseils, explications, idées, complétées de jolis portraits et recettes de cheffes d’aujourd’hui, qui, comme elles, veulent cuisinier sans se soucier d’épater, avec en évitant de perdre ce qui ne le mérite pas. L’art de réutiliser oeuf, fromage, marc de café, riz, pâtes ou pain rassis: voilà son chic. La salade de tomate aux noix, le tzatziki aux radis, le boeuf façon Loc Lac, la bolognaise de lentilles, le hachis Parmentier de pot au feu à la patate douce, le quatre-quarts en baba à la crème de yaourt, les biscuits-empreinte à la crème de citron, le pain perdu au marc de café sont quelques de ses jolies recettes (elles sont 70 en tout). Et les photos de Rina Nurra sont d’une clarté sans faille, offrant de jolies couleurs sans fadeur. On aime aussi retrouver ou découvrir l’univers de Chloé Charles, Julie Caute, Manon Fleury, Alessandra Montagne-Gomes, Alice Quillet et Anna Trattle (« Ten Belles« ), qui partent également volontiers à la chasse anti-gaspi. Un joli livre et une belle action!

ps: pour lui prouver qu’on a bien lu son (excellent) livre de a à z, précisons à Estérelle que Noirmoutier s’écrit bien sans « s » à la fin (cf p. 49, le portrait de Manon Fleury).

La cuisine des beaux restes, de Estérelle Payany (Flammarion, 19,90 €, 176 pages)

A propos de cet article

Publié le 5 avril 2021 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !