Lyon et ses archives gourmandes

Article du 31 octobre 2020

Guy Savoy, qui ne manque pas d’humour, conseille à l’auteur, à sa fin de sa malicieuse préface, d’aller voir ce qui se goûte ailleurs. Yves Rouèche, lui, qui nous a déjà entretenu de l’Histoire de la cuisine lyonnaise, se fait, cette fois-ci, l’archiviste de sa ville de prédilection. Les formules de Paul Bocuse, les recettes oubliées des bouchons lyonnais (comme les « cacoux » en tripes, c’est à dire les oeufs aux oignons et gras double), un dîner offert en 1660 au Grand Condé, une soupe à la jambe de bois revisitée par le MOF Eric Pansu, le carpeau farci de Jean Vettard, l’oreiller de la Belle Aurore selon Christian Montaland ou le pâté chaud de la mère Bourgeois revu par Frédéric Therriaud, une omelette au rhum ou un pâté de Belley invitent, entre autres belles pages savamment illustrées, à regarder d’un autre oeil l’immense et si généreux patrimoine lyonnais. Merci à Yves Rouèche de s’y intéresser.

La Gastronomie Lyonnaise, les trésors retrouvés, d’Yves Rouèche (de Borée, 192 pages, 29,90 €).

A propos de cet article

Publié le 31 octobre 2020 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !